Attaque au couteau :

Agression d'un prêtre dans une église de Nice par un homme "bipolaire", pas de caractère terroriste


Publié / Actualisé
Un Français "manifestement bipolaire" a agressé dimanche matin un prêtre, le blessant légèrement, dans une église de Nice (sud de la France), mais son geste "n'a pas de caractère terroriste a priori", a-t-on appris de source policière. L'agression a été annoncée par le ministre de l'Intérieur, dans un tweet. "Une agression a eu lieu ce matin dans une église de Nice. Le prêtre est blessé. Pas de pronostic vital engagé. Solidarité avec les paroissiens et merci aux forces de l'ordre qui ont interpellé rapidement l'auteur. Le Préfet est sur place", a écrit le ministre Gérald Darmanin. (Photo AFP)
Un Français "manifestement bipolaire" a agressé dimanche matin un prêtre, le blessant légèrement, dans une église de Nice (sud de la France), mais son geste "n'a pas de caractère terroriste a priori", a-t-on appris de source policière. L'agression a été annoncée par le ministre de l'Intérieur, dans un tweet. "Une agression a eu lieu ce matin dans une église de Nice. Le prêtre est blessé. Pas de pronostic vital engagé. Solidarité avec les paroissiens et merci aux forces de l'ordre qui ont interpellé rapidement l'auteur. Le Préfet est sur place", a écrit le ministre Gérald Darmanin. (Photo AFP)

L'auteur de l'agression, prénommé Kevin, né en 1991 à Fréjus (sud de la France), de nationalité française, est domicilié à Nice. Il est inconnu des services, selon une source policière.

Il est "manifestement bipolaire" et son geste n'a "pas de caractère terroriste a priori". "Il a spontanément déclaré aux effectifs de police qu’il était de confession juive et qu’en ce jour d’élection, il voulait tuer Macron et qu’il s’était finalement rabattu sur une église", a-t-on ajouté de même source policière.

La ville de Nice a été traumatisée par plusieurs attentats terroristes meurtriers dans le passé.

Le 29 octobre 2020, un Tunisien, Brahim Aouissaoui, avait fait irruption dans la basilique de Nice et tué trois personnes à coups de couteau. Il avait été mis en examen pour "assassinats et tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste".

Le 14 juillet 2016, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, Tunisien demeurant à Nice, avait foncé sur la foule au volant d'un camion de 19 tonnes, fauchant des dizaines de personnes pendant deux minutes, avant d'être abattu par la police. L'attentat, qui avait fait 86 morts, fera l'objet d'un procès en septembre.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !