Sport :

Euro de judo: Dicko encore sacrée, huit médailles pour les Bleus


Publié / Actualisé
A seulement 22 ans, Romane Dicko a remporté avec la manière sa troisième couronne aux Championnats d'Europe de judo, dimanche à Sofia, d'où la France repart avec huit médailles.
A seulement 22 ans, Romane Dicko a remporté avec la manière sa troisième couronne aux Championnats d'Europe de judo, dimanche à Sofia, d'où la France repart avec huit médailles.

En battant en finale des plus de 78 kg l'Israélienne Raz Hershko, Dicko, N.1 mondiale de sa catégorie, a permis à la France de décrocher son troisième titre dans cet Euro, après ceux de Shirine Boukli vendredi (-48 kg) et Marie-Eve Gahié samedi (-70 kg).

Très attendue en vue des JO-2024 à Paris, Romane Dicko, qui poursuit en parallèle de sa carrière des études de mathématiques à la Sorbonne, avait déjà été sacrée championne d'Europe en 2018 et 2020.

En trois participations, celle qui compte également une médaille de bronze aux Jeux olympiques de Tokyo n'a jamais perdu un seul combat dans la compétition continentale.

Dimanche, après une petite frayeur dans son premier combat, elle a fait plier toutes ses adversaires par ippon, se montrant particulièrement expéditive en quart de finale face à la Polonaise Kinga Wolszczak, battue en 44 secondes.

"J'étais un peu stressée aujourd'hui. C'est vrai que c'est un stress malheureusement quand on est leader de catégorie", a-t-elle confié. "Et une fois arrivée en finale, je me suis dit +Romane, c'est bon, tu as ta médaille européenne. Lâche les chevaux et éclate-toi! Prends du plaisir sur le tapis et fais tomber.+"

En finale face à la N.3 mondiale, Dicko a été impressionnante de maîtrise et a pris rapidement les devants sur un waza-ari après 30 secondes. A 1 min 30 du gong, elle a finalement renversé Hershko sur un nouveau ippon.

Son prochain grand rendez-vous sur la route des JO de Paris se présente en octobre prochain à Tachkent en Ouzbékistan lors des Mondiaux, championnat auquel elle n'a jamais participé.

- "Frustration" pour Malonga -

Un peu plus tôt dans l'après-midi, Madeleine Malonga, vice-championne olympique à Tokyo l'été dernier, avait dû se contenter de la médaille de bronze chez les moins de 78 kg.

La championne du monde 2019 a obtenu sa médaille sans avoir besoin de combattre dans la finale de repêchage puisque son adversaire, la Portugaise Patricia Sampaio, a dû déclarer forfait en raison d'une blessure.

Après une victoire au Golden Score pour son entrée en lice, Malonga, 28 ans et N.2 mondiale de sa catégorie, s'était inclinée en quart de finale face à l'Italienne Alice Bellandi, 29e mondiale, avant de se ressaisir en repêchage contre la Britannique Natalie Powell.

"Il y a de la frustration forcément, parce que je suis une combattante", a reconnu Malonga. "Je vais repartir au travail et continuer à avancer, tout simplement."

Malgré sa déception, la Française décroche tout de même sa quatrième médaille européenne, après deux titres en 2018 et 2020 et le bronze en 2019.

En l'absence de ses stars Teddy Riner, toujours en phase de préparation, et Clarisse Agbégnénou, qui attend une petite fille, la France termine sa compétition en tant que meilleure nation avec huit médailles: trois en or, deux en argent et trois en bronze.

Parmi ces huit médailles, une seule est à mettre à l'actif du contingent masculin. Sur neuf représentants, seul Cédric Revol, troisième chez les moins de 60 kg vendredi, a réussi à se hisser sur le podium.

Lors de la précédente édition à Lisbonne, les Bleus avaient récolté autant de médailles, mais seule Amandine Buchard s'était parée d'or.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !