Après une fusillade mortelle :

Philippines: armée et police massivement déployées à la veille des élections


Publié / Actualisé
Plus de 60.000 membres des forces de sécurité étaient en état d'alerte dimanche aux Philippines pour protéger les bureaux de vote à la veille de l'élection présidentielle, après la mort de quatre personnes samedi dans une fusillade liée à l'élection, selon la police.
Plus de 60.000 membres des forces de sécurité étaient en état d'alerte dimanche aux Philippines pour protéger les bureaux de vote à la veille de l'élection présidentielle, après la mort de quatre personnes samedi dans une fusillade liée à l'élection, selon la police.

"Sur la base de notre planification (...) nous sommes convaincus que nous aurons une élection sûre et ordonnée", a déclaré le porte-parole des forces armées, le colonel Ramon Zagala.

Le déploiement de sécurité implique environ 48.000 soldats et 16.000 policiers dans tout l'archipel, selon les responsables. Quatre personnes ont été tuées samedi et quatre blessées lors d'une fusillade entre des partisans de candidats rivaux de la mairie de Magsingal, dans la province septentrionale d'Ilocos Sur, selon le porte-parole de la police Roderick Alba.

La police de la province septentrionale de Nueva Ecija a également arrêté plus de vingt personnes et saisi des armes, dont cinq fusils M-16, un fusil de chasse de calibre 12 et 15 armes de poing, suite à une fusillade entre les gardes du corps de deux candidats à la mairie de General Tinio, au nord de Manille. L'incident a fait cinq blessés, a déclaré M. Alba.

Depuis le 9 janvier, seize "incidents liés aux élections" ont été enregistrés, dont quatre fusillades et une "légère détention illégale", a déclaré M. Alba, des chiffres relativement faibles rapportés aux 133 incidents lors des élections présidentielles de 2016 et aux 60 lors des scrutins de mi-mandat de 2019.

Les élections sont une période traditionnellement instable dans un pays où la législation sur les armes à feu est laxiste et où la culture politique est violente. La police nationale a estimé que cette saison avait été relativement pacifique.

Le porte-parole de la police, le colonel Jean Fajardo, a attribué cette forte baisse à une présence de sécurité renforcée, ainsi qu'à des opérations militaires et policières ciblant les "armes à feu libres" et les groupes armés privés.

La commission électorale interdit largement le port d'armes pendant la période électorale, qui dure jusqu'au 8 juin. Plus de 18.000 postes, du président aux conseillers municipaux, sont à pourvoir lors de ces élections. Le fils de l'ancien dictateur Ferdinand Marcos devrait remporter le scrutin présidentiel haut la main.

Les groupes de défense des droits, les dirigeants de l'Église catholique et les opposants considèrent ces élections comme un moment décisif pour la démocratie du pays et redoutent que Marcos Junior ne gouverne d'une main de fer.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !