Ce n'est pas du football :

L1 : le match à Nice entaché par des chants insultant la mémoire d'Emiliano Sala


Publié / Actualisé
Nice s'est réveillé après la pause et a renversé Saint-Etienne (4-2) dans un match entaché par des chants insultant la mémoire d'Emiliano Sala, mercredi soir à l'Allianz Riviera, en match en retard de la 36e journée. L'ancien attaquant de Nantes est décédé en janvier 2019 dans un accident d'avion. Si l'OGC Nice condamne ces chant, la Ligue indique qu'elle va se pencher sur ce dossier.
Nice s'est réveillé après la pause et a renversé Saint-Etienne (4-2) dans un match entaché par des chants insultant la mémoire d'Emiliano Sala, mercredi soir à l'Allianz Riviera, en match en retard de la 36e journée. L'ancien attaquant de Nantes est décédé en janvier 2019 dans un accident d'avion. Si l'OGC Nice condamne ces chant, la Ligue indique qu'elle va se pencher sur ce dossier.

Nice a failli plonger dans son match d'après, celui de sa finale de Coupe de France ratée contre Nantes samedi (perdue 1-0) au Stade de France. Durant 52 minutes, les hommes de Christophe Galtier ont été complètement à côté du sujet.

Logiquement menés 2-0, ils ont renversé la rencontre grâce à l'ex-Lyonnais Melvin Bard (1-2, 53e), à un doublé d'Andy Delort (2-2, 60e et 3-2, 62e) et à une belle volée d'Hicham Boudaoui (4-2, 80e). Mais la rencontre a aussi été entachée, en première période, par des chants insultants en provenance de la tribune Populaire Sud de l'Allianz Riviera.

Le premier l'a été pour insulter la mémoire de l'attaquant argentin Emiliana Sala, ancien attaquant de Nantes, décédé en janvier 2019 dans un accident d'avion. Aux alentours de la 9e minute, le chant entendu a été le suivant: "C'est un Argentin qui ne nage pas bien... Emiliano sous l'eau..."

- "Si c'est pour insulter les morts, qu'ils restent chez eux" -

Dès la fin de la rencontre, le club a communiqué sur son site internet sa condamnation à l'encontre de ces chants. "Le club ne reconnaît en rien ses valeurs ni celles de l'ensemble de la famille rouge et noir dans cette provocation impensable et abjecte d'une minorité de ses supporters, précise le communiqué. L'OGC Nice adresse son soutien à la famille et aux proches d'Emiliano Sala." Désormais, la Ligue va se pencher sur ce dossier.

"Au nom de mes joueurs, je tiens à présenter mes excuses à la famille d'Emiliano Sala" a déclaré Christophe Galtier en conférence de presse. "On dit que les tribunes sont le reflet de notre société, bah si c'est ça notre société, croyez-moi on est dans la merde (sic). Ce que j'ai entendu c'est inadmissible. Pour moi c'est surréaliste. Si c'est pour insulter les morts, qu'ils restent chez eux, on peut pas entendre ça dans un stade" a-t-il ajouté, manifestement ému.

 

- Chants de soutien à Nantes -

Ce mercredi soir, Nantes affrontait Rennes et l'a éjecté du podium (2-1) en conclusion de la 36e journée de Ligue 1. A la Beaujoire, contrairement à Nice, des chants ont rendu hommage à l'ancien attaquant.

 

L'euphorie se poursuit chez les Canaris. Quatre jours après avoir remporté la Coupe de France contre Nice (1-0) samedi, les Nantais ont donc triomphé de leur grand rival breton.

Une reprise digne d'un attaquant du défenseur Nicolas Pallois (70e) a récompensé l'enthousiasme des joueurs d'Antoine Kombouaré autant que puni la maladresse de ceux de Bruno Genesio.

Les Rennais ont déjoué après avoir ouvert le score par Flavien Tait (31e). Ils ont perdu gros à la Beaujoire. "On n'a rien mérité ce soir (mercredi). Ca nous fait très, très mal", a lâché le défenseur Hamari Traoré, au micro de Canal+ Décalé.

- Ambiance hostile -

Le match avait d'ailleurs démarré dans une ambiance hostile à l'encontre des joueurs niçois. Après quelques minutes de silence, La tribune Populaire Sud a à peine eu le temps d'invectiver les siens par des "Et bougez-vous le c..!", que les Aiglons étaient déjà menés.

Alors que Denis Bouanga s'était déjà créé une première opportunité (2e), il a repris de la poitrine un centre parfait de Yvann Maçon. Plusieurs minutes ont été utiles pour que l'assistance vidéo ne déjuge le hors-jeu sifflé par l'arbitre Rudy Buquet, et ne valide le but stéphanois (0-1, 11e).

Les insultes en provenance de la même tribune ont alors redoublé, notamment à l'encontre, cette fois-ci, de Stéphanie Frappart, l'arbitre de la finale de la Coupe de France samedi.

Nice, en grande difficulté malgré des tentatives d'attaques, a pris un deuxième but juste avant la pause, à la suite d'un très beau contre stéphanois. Ryad Boudebouz a centré sur Zaydou Youssouf, auteur d'une magnifique volée (0-2, 45e+5).

Après les sifflets accompagnant les Niçois aux vestiaires, la reprise a été très compliquée pour les finalistes de la Coupe de France. Jusqu'à ce que Bard ne rallume la lumière (1-2, 52e). Puis Delort, grâce à un coup-franc exceptionnel (2-2, 60e) et sur une passe de Justin Kluivert (3-2, 62e) a offert la victoire aux siens.

Nice, 63 points, remonte ainsi à deux points du podium avant de recevoir Lille samedi lors de la 37e journée. Saint-Etienne, pour sa part, stagne à la 18e place, celle de barragiste, avec 31 points. Et permet à Bordeaux, dernier avec 27 points, de ne pas encore être mathématiquement relégué.

www.ipreunion.com / [email protected] avec AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !