Sport :

Tennis: Djokovic lancé vers Roland-Garros avec un 6e sacre romain


Publié / Actualisé
Le N.1 mondial Novak Djokovic a fait le plein de confiance avant Roland-Garros en décrochant son sixième titre - son premier de l'année - dimanche au Masters 1000 de Rome face à Stefanos Tsitsipas (5e mondial) 6-0, 7-6 (7/5). En succédant au palmarès à Rafael Nadal, empereur aux dix sacres romains éliminé cette année en huitième, le Serbe de 34 ans confirme son retour en grande forme après un premier trimestre quasiment à l'arrêt en raison de sa non-vaccination contre le Covid.
Le N.1 mondial Novak Djokovic a fait le plein de confiance avant Roland-Garros en décrochant son sixième titre - son premier de l'année - dimanche au Masters 1000 de Rome face à Stefanos Tsitsipas (5e mondial) 6-0, 7-6 (7/5). En succédant au palmarès à Rafael Nadal, empereur aux dix sacres romains éliminé cette année en huitième, le Serbe de 34 ans confirme son retour en grande forme après un premier trimestre quasiment à l'arrêt en raison de sa non-vaccination contre le Covid.

Oubliée l'expulsion rocambolesque d'Australie en janvier et l'élimination la semaine dernière à Madrid contre l'étoile montante Carlos Alcaraz, absent de Rome pour mieux préparer Roland-Garros (22 mai-5 juin). Le "Djoker" est redevenu implacable en enchaînant cinq victoires sans lâcher une manche sur la terre battue romaine pour conquérir son sixième sacre dans cette Ville éternelle qu'il adore (en douze finales). "Ce terrain a toujours été très particulier pour moi. Il m'a toujours donné confiance et apporté des joies quand j'avais vraiment besoin d'émotions positives, dans les moments où j'étais un peu bas...", a souligné en italien Djokovic en recevant le trophée. "Cette année, avec tout ce qui s'est passé en Australie, il a fallu un peu de temps pour trouver mon équilibre, mentalement et physiquement", a-t-il admis ensuite en interview.

Entré samedi dans le club des joueurs à 1.000 victoires avec Jimmy Connors (recordman avec 1.274 succès), Roger Federer, Ivan Lendl et Rafael Nadal, "Nole" a décroché la 1.001e au terme d'un match assez étrange, marqué notamment par l'inattendu passage à vide au premier set du Grec, vainqueur en avril à Monte-Carlo.

- Relève familiale -

A une semaine du grand rendez-vous parisien, où Djokovic tentera de rejoindre le recordman Nadal au nombre de victoires en Grand chelem (21), cette finale a déjà fait flotter un petit parfum de Roland-Garros avec la réédition de la dernière finale de la Porte d'Auteuil, remportée par "Nole" au terme d'une bataille en cinq sets.

Le combat a cette fois mis une demi-heure à démarrer, le temps mis par Tsitsipas pour entrer dans sa finale. Le Grec a été incapable pendant le premier set de répondre à un Djokovic en mode rouleau compresseur, qui a conclu la manche 6-0 en n'abandonnant que dix points.

Tsitsipas a enfin élevé son jeu au second set, au moment où le Serbe a lui perdu un peu de sa sérénité. "Nole" a joué avec un peu trop de légèreté certaines amorties et montré quelques signes d'agacement quand le Grec l'a breaké pour prendre l'avantage 3-1. Enfin consistant, Tsitsipas a cru pouvoir pousser le Serbe dans un troisième set pour la première fois cette semaine à Rome. Mais c'était sans compter sur la confiance revenue du N.1 mondial. Ce dernier a retrouvé sa solidité initiale pour débreaker et maîtriser avec sans-froid le jeu décisif pour conclure.

Djokovic a tenté de consoler son adversaire lors de la cérémonie de remise des coupes: "Tu dois être fier, je suis sûr que tu vas gagner beaucoup de titres ici à Rome et partout dans le monde". Mais il a aussi prévenu que la relève familiale arrivait déjà: "Aujourd'hui, à 16h, quand on a commencé ce match, mon fils Stefan, qui a 7 ans, a joué son premier match de tennis", a annoncé le Serbe, en ajoutant dans un sourire: "J'espère qu'il a gagné!"

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !