Compétition à la hache :

Au pied de la mairie de Vienne, les bûcherons font leur show


Publié / Actualisé
En à peine plus d'une minute, ils découpent du bois à la hache, à la tronçonneuse et à la scie: 16 athlètes se sont affrontés ce week-end à Vienne pour le titre de champion d'une discipline atypique, le bûcheronnage sportif.
En à peine plus d'une minute, ils découpent du bois à la hache, à la tronçonneuse et à la scie: 16 athlètes se sont affrontés ce week-end à Vienne pour le titre de champion d'une discipline atypique, le bûcheronnage sportif.

Sur la scène dressée devant le Rathaus, l'imposant hôtel de ville de la capitale autrichienne, des gros bras venus du monde entier enchaînent les duels. Les gestes sont rapides, puissants, précis, les copeaux volent jusqu'à l'entaille décisive.

"La plupart sont bûcherons ou issus du milieu forestier", explique à l'AFP Jean-Noël Raynaud, responsable Timbersports chez Stihl France, l'entreprise organisant la compétition.

Marcel Dupuis, Canadien de 36 ans, 110 kg pour 1,80 m, baigne ainsi dans cet univers depuis tout petit. "J'ai toujours eu un intérêt pour ce sport parce que j'ai coupé du bois toute ma jeunesse", dit-il. Et avant lui, "plusieurs générations" ont manié avec amour cette matière.

"C'est quelque chose que j'aimerais transmettre à mes enfants. Cela fait partie de la vie, de la nature", poursuit ce pompier de profession, précisant que les billots de peuplier et de pin blanc sont systématiquement recyclés après les compétitions.

Le Français Pierre Puybaret se souvient lui aussi du bois qu'il collectait avec ses parents dans sa région natale de Corrèze. S'il est devenu par la suite mécanicien dans l'hydraulique, il a découvert le bûcheronnage sportif en 2010 et est vite devenu accro à cette discipline qui exige d'être à la fois "costaud et technique".

L'athlète de 35 ans "aime la diversité des épreuves", dont le spectaculaire "springboard" où les concurrents, combinant dextérité et sens de l'équilibre, se hissent au sommet d'un tronc de 2,80 m de hauteur à l'aide de planches calées dans des entailles.

"C'est un sport complet, comme un biathlon", détaille le sextuple champion de France qui vit désormais en Isère. Dans l'Hexagone, la pratique reste confidentielle, avec "de 80 à 100 licenciés" répartis dans sept clubs, de l'Alsace aux Pyrénées, selon M. Raynaud.

"On ne peut pas en vivre car les primes ne sont pas assez conséquentes", regrette Pierre Puybaret, qui a dû en outre aménager un lieu pour s'entraîner et doit "faire venir un camion de bois en début de saison".

L'Australie, où est né ce sport, la Nouvelle-Zélande, les Etats-Unis et le Canada sont mieux lotis et comptent parmi les plus grands champions, précise Christopher Borghorst, porte-parole de Timbersports.

Une domination qui se reflète dans le classement du World Trophy, remporté samedi soir par le Néo-zélandais Jack Jordan, devant l'Américain Jason Lentz et l'Australien Brad De Losa.

Dans ces pays, "le bûcheronnage a une longue tradition remontant au 19e siècle, d'où son nom de tout premier sport extrême", raconte M. Borghorst, et ce n'est que bien plus tard qu'il est parti à la conquête de l'Europe.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !