Après sa remise en cause aux Etats-Unis :

Le Parlement européen réclame l'inclusion de l'avortement dans les droits fondamentaux


Publié / Actualisé
Le Parlement européen a demandé ce jeudi 7 juillet 2022, que le droit à l'avortement soit inscrit dans la charte des droits fondamentaux de l'UE après sa remise en cause aux Etats-Unis. "Toute personne a le droit de bénéficier d'un avortement sûr et légal" : par 324 voix (155 contre, 38 abstentions), les eurodéputés, réunis en session plénière à Strasbourg, ont décidé de demander au Conseil, qui représente les États membres, d'inscrire ce droit dans la charte des droits fondamentaux. Adoptée en 2000, cette charte, juridiquement contraignante, a la même valeur que les traités.
Le Parlement européen a demandé ce jeudi 7 juillet 2022, que le droit à l'avortement soit inscrit dans la charte des droits fondamentaux de l'UE après sa remise en cause aux Etats-Unis. "Toute personne a le droit de bénéficier d'un avortement sûr et légal" : par 324 voix (155 contre, 38 abstentions), les eurodéputés, réunis en session plénière à Strasbourg, ont décidé de demander au Conseil, qui représente les États membres, d'inscrire ce droit dans la charte des droits fondamentaux. Adoptée en 2000, cette charte, juridiquement contraignante, a la même valeur que les traités.

Inclure l’avortement dans les droits fondamentaux nécessite toutefois l’unanimité des pays membres, selon les traités actuels de l’Union européenne. Or ce sujet de société divise les Vingt-Sept. C’est pourquoi, les eurodéputés ont également demandé au Conseil " qu’il se réunisse pour discuter d’une convention permettant de réviser les traités " afin de remettre en cause la règle de l’unanimité.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !