Tribune libre des Jeunes agriculteurs :

Relevons le défi de la canne !


Publié / Actualisé
La filière canne arrive à un point d'étape avec la fin de l'actuelle convention canne en 2015 puis la fin des quotas sucriers en 2017. L'objectif n'est pas de remplacer 24.000 hectares de canne du jour au lendemain ni encore moins de les transformer en cultures fruitières et légumières qui auraient vite fait de saturer le marché intérieur avec 720.000 tonnes de production supplémentaire, alors que nos 120.000 tonnes actuelles couvrent déjà 75% de notre consommation locale.
La filière canne arrive à un point d'étape avec la fin de l'actuelle convention canne en 2015 puis la fin des quotas sucriers en 2017. L'objectif n'est pas de remplacer 24.000 hectares de canne du jour au lendemain ni encore moins de les transformer en cultures fruitières et légumières qui auraient vite fait de saturer le marché intérieur avec 720.000 tonnes de production supplémentaire, alors que nos 120.000 tonnes actuelles couvrent déjà 75% de notre consommation locale.

C’est donc le moment de reprendre la filière canne en main en s’appuyant sur la volonté des planteurs (qui sont des professionnels) à vouloir pérenniser cette filière créatrice d’emploi pour notre jeunesse.  Chaque planteur aspire à augmenter son volume de production, à faciliter ses méthodes culturales (et notamment la récolte), à augmenter son revenu, et à transmettre son outil de travail le moment venu, pour contribuer ainsi au maintien d’une filière historique au poids social, économique et environnemental majeur pour notre île.

Encore faut-il l’y aider !

Les Jeunes Agriculteurs, qui vont passer de très nombreuses années à planter, à récolter, à investir dans la canne, ont besoin d’une visibilité de l’Etat et de l’Europe sur leur soutien à la filière.  Ils ont aussi besoin d’un engagement de Tereos océan Indien en termes de valorisation du prix de la canne, d’accompagnement technique, de transparence de filière, de distribution de dividendes sur les nouveaux débouchés… "Nous avons besoin de décisions courageuses, d’engagements concrets, de visions stratégiques et d’ambitions pour l’avenir", s’attachera à dire le président des Jeunes Agriculteurs de La Réunion au président de la République Française.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !