Malgré l'annulation de la visite de François Hollande :

Le blocage des usines sucrières est maintenu


Publié / Actualisé
Même si François Hollande a annulé son voyage à La Réunion suite au crash de l'avion d'Air Algérie, le blocage des usines du Gol et de Bois-Rouge est maintenu ce vendredi 25 juillet 2014. La circulation est perturbée régulièrement par des opérations escargot au niveau du rond-point du Gol. "On souhaite que l'on nous dise quelque chose. Les conseillers du président sont là, ils devraient nous annoncer ce qu'avait prévu le chef de l'Etat", indique Jean-Bernard Maratchia, 1er vice-président de de la CGPER (Confédération générale des planteurs et éleveurs de La Réunion). "On a rencontré le conseiller agricole de François Hollande hier. Il sait ce que le président allait nous annoncer, et on souhaite savoir ce qui était prévu", ajoute Jean-Yves Minatchy, président de la confédération, qui pourrait rencontrer des hauts responsables de la direction de Téréos ce vendredi. (photo Elodie Georges/RTL Réunion)
Même si François Hollande a annulé son voyage à La Réunion suite au crash de l'avion d'Air Algérie, le blocage des usines du Gol et de Bois-Rouge est maintenu ce vendredi 25 juillet 2014. La circulation est perturbée régulièrement par des opérations escargot au niveau du rond-point du Gol. "On souhaite que l'on nous dise quelque chose. Les conseillers du président sont là, ils devraient nous annoncer ce qu'avait prévu le chef de l'Etat", indique Jean-Bernard Maratchia, 1er vice-président de de la CGPER (Confédération générale des planteurs et éleveurs de La Réunion). "On a rencontré le conseiller agricole de François Hollande hier. Il sait ce que le président allait nous annoncer, et on souhaite savoir ce qui était prévu", ajoute Jean-Yves Minatchy, président de la confédération, qui pourrait rencontrer des hauts responsables de la direction de Téréos ce vendredi. (photo Elodie Georges/RTL Réunion)

Visite annulée ou non, les planteurs sont toujours mobilisés autour des usines du Gol et de Bois-Rouge. "Nous sommes sur le site, nous sommes sur place depuis hier soir. On attend toujours la réponse de Téréos", indique sobrement Jean-Yves Minatchy. Pour président de la CGPER, la non venue de François Hollande n’a pas démotivé les agriculteurs réunionnais : "il y a une unanimité des paysans qui ont suivi notre mouvement. Ils sont encore plus mobilisés. Ils sont encore tous là."

En effet, la mobilisation des éleveurs n’a pas faibli. Au contraire, les manifestants du Gol ont décidé de durcir leur mouvement. En plus du blocage de l’usine, des opérations escargot sont organisées sur le rond-point près de la sucrerie de Saint-Louis. "Nous gênons la circulation de temps en temps. Comme on nous fait tourner en rond, on tourne en rond", s’amuse Jean-Bernard Maratchia, 1er vice-président de la confédération.

Le syndicat agricole attend des réponses des conseillers de François Hollande présents depuis jeudi à La Réunion. "C’est normal que M. Hollande ne vienne pas. Mais je pense que son conseiller en matière agricole est au courant des annonces prévues. Il n’a qu’à les dire aujourd’hui pour rassurer les planteurs !", assure Jean-Yves Minatchy.

Faute de réponse venant de l’Elysée, les agriculteurs attendent toujours une réaction du groupe Téréos, propriétaire des deux usines sucrières de l’île. "On pense qu’avec l’action que nous avons mené, ils vont réagir", devine Jean-Bernard Maratchia. En effet, une rencontre pourrait avoir lieu ce vendredi entre les responsables de la coopérative et la CGPER. En attendant du nouveau, les deux sucreries restent bloquées.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !