La tempête tropicale Anaïs s'affaiblit :

Le départ du Grand Raid maintenu


Publié / Actualisé
Le départ du 20e Grand Raid se fera bien ce jeudi 18 octobre. La menace de la forte tempête tropicale Anaïs ayant perdu de son intensité, "pour l'instant, aucune mesure spéciale n'est envisagée, de sorte que les départs des trois courses sont maintenus aux horaires définis", annonce Robert Chicaud, président de l'association Grand Raid, dans un communiqué. Il précise toutefois que "la pluie risque d'être au rendez-vous" et que "le directeur de course, Denis Boullé va néanmoins exercer une surveillance accrue sur les parties sensibles de Mafate".
Le départ du 20e Grand Raid se fera bien ce jeudi 18 octobre. La menace de la forte tempête tropicale Anaïs ayant perdu de son intensité, "pour l'instant, aucune mesure spéciale n'est envisagée, de sorte que les départs des trois courses sont maintenus aux horaires définis", annonce Robert Chicaud, président de l'association Grand Raid, dans un communiqué. Il précise toutefois que "la pluie risque d'être au rendez-vous" et que "le directeur de course, Denis Boullé va néanmoins exercer une surveillance accrue sur les parties sensibles de Mafate".

Soulagement pour les organisateurs du Grand Raid et les compétiteurs. Sauf événement imprévu, le départ de la manifestation sportive sera bien donné ce jeudi 18 octobre, et ce malgré la présence de la forte tempête tropicale Anaïs à proximité de La Réunion. Le système dépressionnaire s’affaiblissant, le bon déroulement de la course ne devrait en effet pas être perturbé.

Selon les prévisions de Météo France, des pluies sont tout de même à prévoir sur le département à partir de ce mercredi soir, voire jeudi matin, jour du coup d’envoi du Grand Raid. Les restes d'Anaïs devraient par ailleurs intéresser les côtes réunionnaises dans la journée du vendredi. Et ce, alors que les coureurs seront sur les sentiers.

Ce lundi, Robert Chicaud envisageait plusieurs scénarii face à la menace Anaïs : l’annulation du Grand Raid, - une situation apocalyptique, selon lui - ; le coup d’envoi puis l'interruption de l’événement par arrêté préfectoral ; ou un départ différé. La course devrait finalement se faire dans des conditions normales.

"Je remercie les Réunionnais et Réunionnaises d'avoir brulé des bougies et croisé les doigts. Cela a marché", s’est réjoui Robert Chicaud dans un communiqué.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !