Le maire de Saint-Philippe réagit aux recours déposés par le Grand Raid :

Olivier Rivière : " Les menaces ne m'atteignent pas "


Publié / Actualisé
Ce jeudi 13 juin, par la voix de son président Robert Chicaud, l'association du Grand Raid a annoncé qu'elle avait déposé deux recours en justice devant le tribunal administratif pour maintenir le départ à Saint-Philippe, ce à quoi s'oppose le maire de la commune Olivier Rivière, souhaitant accueillir l'arrivée de l'épreuve sinon rien. Ce dernier évoque des " promesses non tenues " et prévient qu'il usera de " tous les moyens légaux " pour obtenir gain de cause.
Ce jeudi 13 juin, par la voix de son président Robert Chicaud, l'association du Grand Raid a annoncé qu'elle avait déposé deux recours en justice devant le tribunal administratif pour maintenir le départ à Saint-Philippe, ce à quoi s'oppose le maire de la commune Olivier Rivière, souhaitant accueillir l'arrivée de l'épreuve sinon rien. Ce dernier évoque des " promesses non tenues " et prévient qu'il usera de " tous les moyens légaux " pour obtenir gain de cause.

Le torchon brûle entre l’organisation du Grand Raid et la municipalité de Saint-Philippe. Ce jeudi après-midi, le maire Olivier Rivière a réagi aux deux recours déposé devant le tribunal administratif par les organisateurs.

" Ce n’est pas une surprise ", confie-t-il. " Hier (mercredi), j’ai eu quelqu’un de braqué en face de moi. C’est à l’image du personnage qu’est Robert Chicaud : quand il n’obtient pas ce qu’il veut, il use de tous les moyens pour l’obtenir. Mais moi aussi, j’userai de tous les moyens légaux pour faire entendre la voix de la commune de Saint-Philippe. J’attends avec impatience ces différents recours. "

" Les menaces ne m’atteignent pas et je ne me sens pas du tout intimidé. On répondra avec tous les arguments que nous avons en notre possession ", ajoute-t-il.

Pour Olivier Rivière, " il y a eu beaucoup de petites gouttes et celle-ci a fait déborder le vase ". Le maire saint-philippois évoque ainsi " beaucoup de promesses non tenues ". Il détaille : " En 2010, on nous avait promis une grande campagne de promotion et je l’attends toujours. Et en 2012, on nous avait promis le retrait des dossards qui s’est finalement fait à Saint-Denis. "

La municipalité de Saint-Philippe se considère donc dans son bon droit. " On pris le soin d’informer l’organisation qu’on ne voulait plus accueillir le départ dès le début de l’année, pour leur laisser le temps de se retourner ", explique Olivier Rivière, qui estime que " le départ peut se faire ailleurs ".

Et pour lui, les arguments avancés évoquant des problèmes de sécurité en cas d’arrivée à Saint-Philippe " ne tiennent pas la route ". Il s’explique : " On me dit que cela pourrait nuire à la santé des compétiteurs. Mais justement, ce sont des compétiteurs. Les modalités d’inscription sont de plus en plus drastiques et ils savent où ils mettent les pieds. Quand on rajoute 10 ou 20 km, ça ne pose pas de problème, mais quand on veut changer de sens, là ça pose problème... "

www.ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

Saint philippe, Posté
je soutiens tous à fait la cause pourquoi pas une arrivée ici, saint Philippe mérite bien d'être mieux valoriser par cette événement !! et à quand le retour du rallye à saint Philippe ? je veux bien qu'on ne peux pas faire plaisir à tous le monde mai on en a marre des cyclistes qui bouche la route la semaine et le week-end envoyé à zot un cou faire un tou cilaos !!
Sitarane, Posté
Il faut que lu respect à nous, déjà en respectant ces promesses.
Saint-philippois, Posté
C'est bien monsieur le maire. Si saint-philippe n'est pas assez bon pour l'arrivée du grand raid, il n'y a aucune raison qu'il soit bon pour le départ. M. chicaud n'a qu'à donner le départ aux coureurs à partir du palais de justice
OZE, Posté
tyinbo larg pa ...