Sécurité routière :

Automobilistes et cyclistes : les règles pour bien cohabiter sur la route


Publié / Actualisé
L'usage du vélo se développe à La Réunion. Pour des déplacements quotidiens, pour les loisirs ou pour pratiquer du sport, de plus en plus de cyclistes empruntent les routes réunionnaises. Si les pistes cyclables se multiplient sur l'île, facilitant ainsi les déplacements, la cohabitation entre cyclistes et automobilistes demeure parfois difficile, entrainant tensions et, malheureusement, des accidents. Petit rappel des quelques règles de bases pour partager la route en toute sécurité, et en toute courtoisie (Photo rb/www.ipreunion.com)
L'usage du vélo se développe à La Réunion. Pour des déplacements quotidiens, pour les loisirs ou pour pratiquer du sport, de plus en plus de cyclistes empruntent les routes réunionnaises. Si les pistes cyclables se multiplient sur l'île, facilitant ainsi les déplacements, la cohabitation entre cyclistes et automobilistes demeure parfois difficile, entrainant tensions et, malheureusement, des accidents. Petit rappel des quelques règles de bases pour partager la route en toute sécurité, et en toute courtoisie (Photo rb/www.ipreunion.com)

• Où doit circuler le cycliste ?
En cas d’existence de pistes cyclables, les cyclistes ont normalement l’obligation de circuler sur ces pistes. Dans le cas contraire, ils peuvent circuler sur la chaussée comme tout usager de la route, tout en respectant certaines règles comme rouler le plus à droite possible afin de faciliter le passage des automobilistes. Si des voitures sont stationnées à droite, les cyclistes sont autorisés à circuler au milieu de la chaussée.

• Pas plus de deux de front
Contrairement à une idée répandue, le code de la route autorise les cyclistes à rouler côte à côte. Néanmoins quelques règles s’imposent. D’une part, en cas de déplacement en groupe, il ne leur est pas autorisé à rouler à plus de deux de front. Si certaines conditions l’exigent (chaussée étroite, la nuit…), ils doivent se positionner en file indienne. Enfin, en cas de dépassement par un véhicule, il leur appartient de faciliter au maximum ce dépassement.

• Le trottoir autorisé sous conditions
Il est interdit aux cyclistes de rouler sur les trottoirs, sauf pour les enfants de moins de 8 ans. Le code de la route autorise néanmoins aux cyclistes de marcher sur le trottoir avec leur vélo. En ce qui concerne les zones piétonnes, les cyclistes peuvent y circuler à condition de rouler au pas et en accordant la priorité aux piétons.

• Le feu rouge de la discorde
Les automobilistes observent régulièrement les cyclistes passer à une intersection alors que le feu est rouge, semant le doute sur le fait que cette pratique est autorisée ou pas. Selon le code de la route, les cyclistes sont considérés comme des usagers de la route classiques, et donc soumis aux mêmes règles que les autres.

Aussi, l’arrêt à un feu rouge est obligatoire, sauf si le feu est équipé d’une signalisation spécifique leur autorisant à passer. Là encore, ils doivent malgré tout laisser la priorité aux piétons et ne pas gêner la circulation des usagers qui, eux, ont le feu vert. Le non-respect d’un arrêt au feu rouge peut être sanctionné d’une amende de 135 euros.

• Dépassement des cyclistes, attention aux indélicatesses
C’est certainement le motif majeur d’incivilités entre automobilistes et cyclistes : le dépassement.
Pour rappel, la règle est très simple. Pour dépasser un cycliste, l’automobiliste doit respecter une distance latérale de sécurité d’un mètre en agglomération et d’un mètre et demi hors agglomération. Si le cycliste n’a pas la possibilité de se serrer à droite (voitures stationnées par exemples), l’automobiliste est autorisé à dépasser la ligne blanche pour effectuer la manœuvre de dépassement.

Le non-respect de ces règles constitue une contravention de 4ème classe (perte de 3 points, amende minorée à 90 €, amende maximale pouvant atteindre 750 €). En fonction des circonstances, la suspension du permis peut même être encourue.

L’agacement ou l’empressement de certains automobilistes peuvent les amener à commettre certaines indélicatesses comme le fait de frôler le cycliste ou encore de tenter de l’intimider (freinage brusque, zig zag…). Ce type de faits expose l’automobiliste à d’éventuelles poursuites pour violences volontaires avec armes (le véhicule pouvant être qualifié d’arme). Ce délit peut être sanctionné d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. 

www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Hugh, Posté
Vous oubliez un aspect très important. Étant donné qu'un cycliste est considéré comme un usagé de la route à part entière, lorsque vous le dépassez, n'oubliez pas de mettre votre clignotant. Cela pour prévenir ceux qui roulent derrière vous et qui n'auraient pas vu le cycliste. Et puis une chose encore: Lorsque vous arrivez dans un virage qui part sur la droite, il se peut qu'un cycliste se soit déjà engagé. Dans ce cas, réduisez votre vitesse et déportez-vous sur la gauche sans couper la bande blanche, cela permettra à un cycliste déjà engagé dans le virage de ne pas se retrouver collé par un véhicule qui sort du virage et à vous, automobiliste de laisser de l'espace au cycliste à la sortie du virage. Trop de conducteurs serrent à droite dans les virages et se retrouvent parfois à la sortie, à devoir freiner brusquement car ils n'ont pas anticipé la présence d'un potentiel cycliste. C'est le b.a.-ba de la conduite.Merci pour eux et merci pour nous.