Incendie dans le massif du Maïdo :

"Il faut maîtriser le feu aujourd'hui"


Publié / Actualisé
Dans la nuit du mercredi 26 au jeudi 27 octobre 2011 et pour la première fois depuis le début de l'incendie ce mardi après-midi, les pompiers ont pris le contrôle du sinistre. Le feu est "circonscrit", mais loin d'être totalement maîtrisé. 8 foyers sont en cours de traitement, indique la préfecture ce jeudi en milieu de journée. 665 hectares ont déjà été la proie des flammes. La météo prévoyant une reprise des vents forts dès vendredi, les pompiers estiment que ce jeudi "est crucial en termes de maîtrise du feu".
Dans la nuit du mercredi 26 au jeudi 27 octobre 2011 et pour la première fois depuis le début de l'incendie ce mardi après-midi, les pompiers ont pris le contrôle du sinistre. Le feu est "circonscrit", mais loin d'être totalement maîtrisé. 8 foyers sont en cours de traitement, indique la préfecture ce jeudi en milieu de journée. 665 hectares ont déjà été la proie des flammes. La météo prévoyant une reprise des vents forts dès vendredi, les pompiers estiment que ce jeudi "est crucial en termes de maîtrise du feu".

C'est la chute du vent depuis la nuit de mercredi à jeudi qui a fait perdre de la force aux flammes qui dévorent le massif du Maïdo. Ces conditions météo favorables à la lutte contre l'incendie devraient durer jusqu'à vendredi matin, date à laquelle la météo prévoit une reprise des rafales de vent. D'où la volonté de services de secours de maîtriser totalement le sinistre dès ce jeudi.

Pour ce faire, la zone de l'incendie, comprise entre les Bénares et le Piton Rouge, a été découpée en 4 secteurs par les pompiers. "La principale préoccupation est dans le secteur sud où l'essentiel des moyens a été concentré" indique, en substance la préfecture.

Près de 400 personnes (sapeurs pompiers, militaires, agents de l'ONF et du parc national, gendarmes) sont mobilisés pour lutte contre les flammes. Les 60 personnels spécialisés dans l'intervention héliportée sont arrivés en renfort de métropole ce jeudi matin à La Réunion. Ils seront opérationnels dans l'après-midi.

À noter que l'origine criminelle de l'incendie ne fait plus de doute. Les éléments de l'enquête lancée par les gendarmes confirment en effet que ce sont des personnes "très au fait des techniques de lutte contre l'incendie" qui ont déclenché, ce mardi après-midi, les six départs quasi simultané de feu (dont trois dans le massif du Maïdo). Les auteurs des ces faits sont activement recherchés. Ils risquent jusqu'à 15 ans de prison.

Le feu ravage une surface de 665 hectares et il a déjà consumé plus de 365 hectares. La catastrophe environnementale est en cours. Dans un communiqué, le parc national note en effet "les premières constatations montrent que 11 espèces (de flore - ndlr) remarquables, dont 2 endémiques ont été touchées sur les 18 stations situées sur la zone. Le parc souligne aussi que "parmi les quelque 100 espèces animales qui vivent dans cette zone, on trouve beaucoup d'insectes, des oiseaux, ainsi que le lézard vert des hauts" (voir article par ailleurs).

Rappelons que l'incendie en cours arrive quasiment un an jour pour jour après le terrible incendie qui a ravagé le Maïdo. Le lundi 11 octobre 2010, deux foyers d'incendie, sans doute volontaires, avaient éclaté au Maïdo. Ce n'est que 12 jours plus tard, le vendredi 22 octobre, que l'incendie a rendu les armes après une lutte acharnée contre les soldats du feu.

www.ipreunion

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !