Incendie dans le massif du Maïdo :

Europe Écologie Les Verts demande un avion bombardier d'eau


Publié / Actualisé
Suite au gigantesque incendie qui touche le massif du Maïdo depuis ce mardi 25 octobre après-midi, Europe Écologie Les Verts Réunion (EELVR) demande "au gouvernement de doter notre département d'un avion bombardier d'eau le plus rapidement possible et de le maintenir dans la région". "Cet outil permettra non seulement de protéger La Réunion des risques futurs mais également de contribuer à la mise en oeuvre d'une politique de protection commune avec Mayotte, Maurice, Madagascar, Les Comores, Les Seychelles. EELVR salue également "le dévouement de l'ensemble des personnels sur le terrain ainsi qu'au commandement qui luttent depuis plusieurs jours".
Suite au gigantesque incendie qui touche le massif du Maïdo depuis ce mardi 25 octobre après-midi, Europe Écologie Les Verts Réunion (EELVR) demande "au gouvernement de doter notre département d'un avion bombardier d'eau le plus rapidement possible et de le maintenir dans la région". "Cet outil permettra non seulement de protéger La Réunion des risques futurs mais également de contribuer à la mise en oeuvre d'une politique de protection commune avec Mayotte, Maurice, Madagascar, Les Comores, Les Seychelles. EELVR salue également "le dévouement de l'ensemble des personnels sur le terrain ainsi qu'au commandement qui luttent depuis plusieurs jours".

"Au mois d'octobre 2010 pendant 9 jours 790 hectares de la forêt du Maïdo furent dévastés par le feu. Un an après, presque jour pour jour le même scénario et cette fois d'une ampleur exceptionnelle recommence. Du Maïdo jusqu'aux remparts de Cilaos, le feu a déjà détruit 1300 hectares et l'impact environnemental pour notre île est considérable. Les incendies modifient l'écosystème d'une forêt de manière conséquente par une perte biologique (faune et flore habituelles des zones boisées), une perte de qualité des sols et un risque important d'érosion, consécutif à l'augmentation du ruissellement sur un sol dénudé. Seulement 10% de la surface détruite par le feu a la capacité à retrouver sa forme originelle. Tamarins, Branle-vert, Fleurs-jaunes, Ambavilles sont des espèces en grand danger devant des envahisseurs dites "pestes végétales" comme les ajoncs épineux d'Europe, les Longoses, l'hortensia une fois le feu éteint. Il est désormais acquis que notre île est une zone à très haut risque en matière d'incendie", conclut Europe Écologie Les Verts Réunion.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !