Incendie dans les hauts du sud-ouest (Actualisé à 18h25) :

La désolation


Publié / Actualisé
L'incendie ne veut pas rendre les armes mais il a peu progressé au cours de cette journée du lundi 31 octobre 2011. La surface parcourue par le feu reste estimée à 2 700 hectares et c'est un spectacle de désolation extrême que le sinistre laisse derrière lui. Sur le front ouest dans les hauts de la Chaloupe Saint-Leu "la zone parcourue par le feu reste très active" note la préfecture. Les habitants du chemin Vaudeville évacués dimanche n'ont pas été autorisés à réintégrer leurs maisons, mais ils ont pu "gérer leur bétail et récupérer des affaires personnelles" dit encore la préfecture. À Mafate où une partie du rempart s'est enflammé dans la matinée, des rochers ont été déstabilisés par le feu. Une quarantaine d'habitants des îlets de Roche Plate et des Orangers, dont les cases sont situées sous le rempart du Maïdo, a dû être évacuée
L'incendie ne veut pas rendre les armes mais il a peu progressé au cours de cette journée du lundi 31 octobre 2011. La surface parcourue par le feu reste estimée à 2 700 hectares et c'est un spectacle de désolation extrême que le sinistre laisse derrière lui. Sur le front ouest dans les hauts de la Chaloupe Saint-Leu "la zone parcourue par le feu reste très active" note la préfecture. Les habitants du chemin Vaudeville évacués dimanche n'ont pas été autorisés à réintégrer leurs maisons, mais ils ont pu "gérer leur bétail et récupérer des affaires personnelles" dit encore la préfecture. À Mafate où une partie du rempart s'est enflammé dans la matinée, des rochers ont été déstabilisés par le feu. Une quarantaine d'habitants des îlets de Roche Plate et des Orangers, dont les cases sont situées sous le rempart du Maïdo, a dû être évacuée

Des investigations ont été ensuite menées par le BRGM (Bureau de recherche géologique et minière) pour évaluer les risques d'éboulements sur les îlets
de Roche Plate et des Orangers. "La gendarmerie nationale a effectué un point pour identifier le nombres de familles résidant dans ces secteurs" précise la préfecture.

Au sud, la situation s'est stabilisée. Les sapeurs-pompiers continuent leur travail de refroidissement des lisières et les agents de l'ONF, des militaires et des communes se chargent du bûcheronnage et du nettoyage de ces zones. Sur le front est, le travail forestier se poursuit.

Le sinistre qui embrase le c?ur du parc national depuis ce mardi 25 octobre a provoqué une immense catastrophe environnementale. Dans un communiqué publié ce lundi soir, le parc souligne que "tous les invertébrés vivant dans ces habitats naturels ont vraisemblablement été détruits". Le parc note aussi que "pour les oiseaux également, les pertes sont considérables. Toutes les nichées de l'année des Oiseaux verts, Tec-Tec, Papangues et autres passereaux ont été brûlées. Très territoriaux, les adultes continuent à survoler les paysages désolés à la recherche de leur nid" (voir article par ailleurs).

Plus de 600 personnes (pompiers de La Réunion et renforts de Métropole, ONF, parc national, armée, associations, gendarmes) sont mobilisées dans la lutte contre le feu. 171 personnels supplémentaires spécialistes des feux de forêt arriveront de Métropole ce mardi 1er novembre au matin pour renforcer les effectifs déjà engagés. 5 tonnes d'équipements seront également envoyées.

La ministre de l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard sera en visite dans l'île ce mercredi 2 novembre. Une visite afin "d'exprimer sa solidarité aux Réunionnais".

Par ailleurs, la mairie de Saint-Paul informe les parents que compte tenu de "la situation générée par l'incendie du Maïdo, les écoles de Marla, d'Îlet aux Orangers et de Roches Plates dans le cirque de Mafate seront fermées ce mercredi 2 novembre (le mercredi est habituellement un jour de classe dans le cirque mafatais - ndlr)".
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !