Tribune libre d'Olivier Hoarau :

Suppression du personnel de santé dans l'Éducation nationale : une aberration de plus !


Publié / Actualisé
Le projet de loi, qui sera soumis au Conseil des ministres dans quelques semaines, vise à transférer le poste des infirmiers scolaires de l'Éducation nationale aux collectivités locales, en l'occurrence au département. Les infirmières et les infirmiers seront sortis des établissements et seront rattachés à un pôle de santé pour exercer de la médecine préventive, du dépistage et surtout augmenter le rendement des visites médicales. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le projet de loi, qui sera soumis au Conseil des ministres dans quelques semaines, vise à transférer le poste des infirmiers scolaires de l'Éducation nationale aux collectivités locales, en l'occurrence au département. Les infirmières et les infirmiers seront sortis des établissements et seront rattachés à un pôle de santé pour exercer de la médecine préventive, du dépistage et surtout augmenter le rendement des visites médicales. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Ce transfert enterre le concept de santé à l’école et avec lui, la réponse aux besoins exprimés par les jeunes et leurs parents. A l’heure où 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire ; où chaque semaine, l’Éducation nationale enregistre un suicide en France ; où à La Réunion, près de 6 % des naissances sont issues de grossesses précoces, il serait insensé, aberrant et irresponsable de supprimer ce relais médical et cette écoute privilégiée.

Il est urgent par conséquent de demander des créations de postes pour les personnels de santé en milieu scolaire afin de renforcer cet échelon de proximité. Dans un tel contexte, cette réforme du statut des infirmiers scolaires serait un recul politique du pays en matière de prévention, d’éducation à la santé et plus largement de lutte contre les inégalités sociales.

Au quotidien, ces infirmiers scolaires reçoivent les élèves et, parfois leurs collègues, gratuitement et anonymement au sein des établissements. Cette proximité permet au jeune de tisser un lien avec le personnel de santé. Ils sont en confiance et peuvent ainsi libérer leur parole.

Or, ce n’est qu’en faisant partie intégrante du service public éducatif, placés au cœur du système scolaire que les infirmiers assureront efficacement leur rôle de référent de santé. Je demande à l’ensemble des parlementaires de La Réunion de s’opposer fermement à ce projet de loi gouvernemental qui va à l’encontre des intérêts de nos enfants, du corps enseignant, des personnels de santé de l’Éducation nationale, des personnels des établissements scolaires, de nous parents, d’autant plus au regard de notre situation sanitaire de ces derniers mois.

Olivier Hoarau, maire du Port

   

6 Commentaire(s)

Kaz, Posté
Bravo, nos enfants méritent une proximité avec ces infirmières en concertation avec les enseignants pour le plus grand bien des marmailles!
Ti jean, Posté
Olivier h ça oui ça un bougue i bataille pour la réunion ! Juin i arriv Didier doit être fini gagner hemoroiïdes
Eli Techer, Posté
Tous a fait d'accord avec vous, éloigné le personnel de santé de nos écoles serais catastrophique...
Eli, Posté
Totalement d'accord avec lo maire le Port !! Arête supprime des emplois partou ! Nout bann marmay la besoin sa mèm ! Mi soutien bann la osi
Jacqueline, Posté
Merci M. Hoarau de nous soutenir. On a l'impression qu'aucun élu n'a conscience du drame qui arrive. Tous les jours nous recevons des enfants en souffrance. Tous les jours nous constatons le mal-être et parfois la maltraitance dont certains sont victimes. Et c'est bien parce que nous sommes à leur contact au quotidien et que nous avons avec ces élèves une relation de confiance que nous sommes capables d'écouter, de voir, d'alerter, de protéger ces enfants. Si cette réforme passe, ce sera une catastrophe. Ce n'est pas simplement un statut que nous défendons, c'est surtout le devenir et le bien-être des élèves. Merci encore M. Hoarau de votre soutien. J'espère que vous serez entendu par les autres élus et les parlementaires de la Réunion. Jacqueline une infirmière scolaire qui s'inquiète du devenir des enfants.
Valérien, Posté
En général ils ne servent pas à grand chose, le médecin traitant faisant la pluie et le beau temps. Donc oui il faut supprimer ces personnels inutiles monsieur le Maire et mettre à la place des maisons médicales pour les jeunes dans les communes. C'est aussi simple que ça.