Les escrocs du web ont encore frappé :

Les gendarmes vous accusent de pédopornographie par mail ? C'est une arnaque


Publié / Actualisé
Un e-mail reçu dans la boîte de réception d'Imaz Press Réunion nous a quelque peu surpris : nous serions accusés d'avoir consulté des sites pédopornographiques par la gendarmerie elle-même qui affirme avoir effectué une "saisie informatique de cyber-infiltration". Il faudrait alors répondre de suite aux gendarmes pour se justifier, sous peine de voir notre dossier diffusé auprès de nos proches et "l'Europe toute entière". Ça fait beaucoup. Surtout pour quelque chose que nous n'avons pas fait. Vous l'avez compris c'est une arnaque... Bien connue pendant un temps, elle semble être revenue dans nos boîtes mails. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Un e-mail reçu dans la boîte de réception d'Imaz Press Réunion nous a quelque peu surpris : nous serions accusés d'avoir consulté des sites pédopornographiques par la gendarmerie elle-même qui affirme avoir effectué une "saisie informatique de cyber-infiltration". Il faudrait alors répondre de suite aux gendarmes pour se justifier, sous peine de voir notre dossier diffusé auprès de nos proches et "l'Europe toute entière". Ça fait beaucoup. Surtout pour quelque chose que nous n'avons pas fait. Vous l'avez compris c'est une arnaque... Bien connue pendant un temps, elle semble être revenue dans nos boîtes mails. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Je suis Mr Christian RODRIGUEZ, directeur général de la gendarmerie nationale. Je vous contacte peu après une saisie informatique de cyber-infiltration (autorisée, notamment en matière de pédopornographie, Site Pornographique, Cyber pornographie), pour vous informer que vous faites l'objet de plusieurs poursuites judiciaires en vigueur". Cet e-mail, ô combien alarmant, nous l'avons reçu dans nos spams sur la boîte e-mail d'Imaz Press.

Envoyé par "la direction générale de la gendarmerie", il nous demande de répondre par mail pour envoyer nos justifications "afin qu'elles soient mises en examen et vérifiées de sorte à évaluer les sanctions ; cela dans un délai strict de 72 heures". Sinon quoi notre rapport sera envoyé à "Mme Mélanie BRIARD, substitute du procureur de la République près le tribunal de grande instance de Créteil et spécialiste de cybercriminalité pour établir un mandat d'arrêt à [notre] encontre" et nous risquons d'être "fiché comme délinquant sexuel".

La "gendarmerie" ajoute : "votre dossier sera également transmis aux médias (le comble quand on est justement un média, ndlr) pour une diffusion où votre famille, vos proches et toute l'Europe entière verront ce que vous faites devant votre ordinateur". Et la gendarmerie termine sur ce terme dramatique : "maintenant vous êtes avertis".

Si vous avez vous aussi reçu cet e-mail et que vous hurlez au scandale parce que vous n'avez évidemment rien fait de tel, rassurez-vous, c'est bien évidemment une arnaque. Et celle-ci a été signalée de nombreuses fois déjà avec le même texte. Quant à Christian Rodriguez il existe bel et bien, comme l'adresse de la gendarmerie qui se trouve bien au 4 rue Claude Bernard à Issy-les-Moulineaux... c'est ce qu'on appelle une usurpation d'identité.

Le meilleur moyen de s'en rendre compte de ce type d'arnaque ? L'adresse e-mail de l'expéditeur, "[email protected]". Drôle d'adresse pour un envoi officiel. Si celle-ci se termine par hotmail, gmail ou autre, vous pouvez être certain qu'il s'agit d'une arnaque. Les envois officiels de la gendarmerie se terminent par "interieur.gouv.fr".

Autre indice : aucune raison que la gendarmerie vous envoie un e-mail. Si vous êtes effectivement soupçonné de pédopornographie, les gendarmes ne se donneront pas la peine de vous laisser le temps de vous justifier par mail, et iront plutôt sonner chez vous directement... La formulation du mail devrait également vous mettre la puce à l'oreille, parce que de là à prévenir "toute l'Europe entière"... on a connu plus professionnel comme message.

Le chantage au porno n'est pas nouveau, c'est d'ailleurs une pratique plutôt courante pour tenter d'extirper de l'argent à des gens hélas crédules ou pas assez informés.

Lire aussi : Arnaqueurs : sans vergogne et sans scrupule, ils profitent de vous

Ne répondez donc pas à cet e-mail, car vous risqueriez de finir avec un méchant virus sur votre ordinateur. Et vous risquez surtout de recevoir une réponse pour vous réclamer de l'argent avec la promesse de taire l'affaire. Même si c'est quelque chose que vous n'avez pas commis.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

9 Commentaire(s)

SD, Posté
Même mail via outlook.com
MPaule, Posté
Bonjour, je viens de recevoir le même message via outlook.com !!
Laplanchiste, Posté
Mail reçu à 05h33 en m'accusant de choses citées dans l'article je ne comprends absolument pas car je n'ai rien à me reprocher par rapport aux faits qui sont décrits dans le mail. J'ai appelé la brigade de protection des mineurs qui m'ont rassurés
Muttieliane, Posté
J'ai reçu ce jour ce mail..... n'ayant rien à me reprocher, il n'y a aucune raison que je réponde. Je pense que la gendarmerie serait venue directement pour m'entendre (cf les films). J'ai aimé la dernière phrase " maintenant vous êtes avertis.... "au pluriel
Mafa, Posté
Reçu le 19 mai 21 à 20h30
Solexine, Posté
Reçu ce matin sur la boite mail du garage. L'adresse de l'escroc se finit par outlook.fr Pas de menaces de divulguer à toute l'Europe, mais juste de me faire entendre par mail pour que "le procureur détermine la sanction dans un délai strict de 72 heures". Les élucubrations se finissent ainsi : "Maintenant vous êtes avertis". La procédure pénale a bien changé...
Roland, Posté
Reçu moi aussi .
7AC, Posté
A mon humble avis, plus rien d'officiel ne devrait passer par mail, car internet est devenu le repaire de toutes les racailles mondiale. Bien souvent il suffit de lire l'adresse mail de l'envoyeur, pour se rendre compte de la supercherie. A quand une Police internationale du net, avec des peines exemplaires pour tous ces escrocs ?
Missouk, Posté
Ca fait un moment que ce mail "tourne"...