Tribune libre de Brigitte Grondin - Perez :

A la suite de la décision du tribunal administratif sur les élections à l'université


Publié / Actualisé
Dans le cadre du renouvellement des conseils et de l'élection du président de l'Université de La Réunion, les infractions récurrentes à la loi commises par le président sortant, Frédéric Miranville, ont été reconnues par des instances indépendantes. En tant que président sortant, Frédéric Miranville était le garant de leur bon déroulement. Force est de constater que le processus ne s'est pas déroulé dans le respect des textes législatifs.
Dans le cadre du renouvellement des conseils et de l'élection du président de l'Université de La Réunion, les infractions récurrentes à la loi commises par le président sortant, Frédéric Miranville, ont été reconnues par des instances indépendantes. En tant que président sortant, Frédéric Miranville était le garant de leur bon déroulement. Force est de constater que le processus ne s'est pas déroulé dans le respect des textes législatifs.

Le 14 avril 2021, la désignation des personnalités extérieures et l’élection du président ont été annulées par une décision du tribunal administratif de La Réunion. Quatre
scrutins avaient déjà été annulés en octobre 2020 par la Commission de Contrôle des Opérations Électorales suite à des irrégularités commises sous l’égide de Frédéric Miranville.

Madame la Rectrice, mais aussi des membres de la liste Nouvel Élan ont alerté, et ce dès le mois d’octobre 2020, l’organisateur des élections, et candidat à sa succession, sur les risques juridiques encourus par la nomination au conseil d’administration d’un personnel de l’établissement en qualité de représentante extérieure à l’université.

Brigitte Grondin-Perez et le collectif Nouvel Élan regrettent que Frédéric Miranville, en ignorant ces alertes, ait plongé une nouvelle fois notre établissement dans une situation délétère, alors même que nous devons faire face à la virulence de la crise sanitaire depuis de nombreux mois, à de lourdes mutations telles que la réforme des études de santé ou encore au déploiement de la nouvelle offre de formation.

L’Université de La Réunion doit pouvoir fonctionner comme un établissement d’enseignement supérieur national, et reconquérir la place qui est la sienne comme élément
structurant du territoire aussi bien au niveau de la formation que de la recherche. Il appartient désormais à Madame la Rectrice de nommer rapidement un administrateur provisoire pour que l’établissement puisse continuer à accomplir ses missions en attendant les nouvelles élections.

Mme Brigitte Grondin-Perez et le collectif Nouvel Élan continueront à dénoncer les irrégularités. Au-delà, c’est le rôle de toute la communauté d’être les vigiles de la légalité. C’est pourquoi nous lançons un appel solennel aux collectivités locales, aux organismes de recherche et aux personnalités extérieures afin qu’ils se mobilisent, en responsabilité, pour que les lois soient respectées à l’Université de La Réunion.

Nous les appelons à rejoindre l’ensemble des personnels et étudiants ainsi que l’alternative portée par le collectif Nouvel Élan, Mme Brigitte Grondin-Perez et ses soutiens, seuls garants du respect de toutes et tous et de la déontologie au sein de l’Université de La Réunion.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !