Tribune libre de Serge Hoareau :

Epidémie de dengue : des résultats sont attendus !


Publié / Actualisé
Depuis 2017, l'AMDR avait alerté les autorités de l'État sur les risques de la suppression des contrats aidés : fin d'entretien des ravines, impossibilité d'assurer la salubrité publique sur des territoires vastes et étendus, développement des niches d'insectes. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Depuis 2017, l'AMDR avait alerté les autorités de l'État sur les risques de la suppression des contrats aidés : fin d'entretien des ravines, impossibilité d'assurer la salubrité publique sur des territoires vastes et étendus, développement des niches d'insectes. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Aujourd’hui, en 2021, nous subissons les conséquences de cette politique du chiffre et de la rationalité budgétaire : la flambée de l’épidémie de Dengue.

En effet, depuis 4 ans, la Dengue, maladie foudroyante qui se transmet par le moustique a frappé 40 000 Réunionnais et causé la mort de 42 personnes.

Outre l’impact sur le déficit de la CGSS incombant aux arrêts maladies, l’impact humain et beaucoup plus lourd et inestimable.

Toutes les collectivités déploient des efforts incontestables pour tenter d’endiguer la propagation du moustique porteur du virus.

Nous ne comptons plus les opérations " Vide Fond’Kour " et de nettoyages des espaces publics pilotées par les communes et les EPCI.

L’AMDR salue le Conseil Départemental qui apporte son concours financier au EPCI à hauteur de 7,5 millions d’euros pour la lutte anti-vectorielle et le déploiement des PEC Dengue.

De même, l’AMDR salue l’effort conjoint de la Région qui a fait voter, en commission permanente au titre de l’année 2021, le renouvellement de 22 chantiers emplois verts pour un montant total de 2,7 millions d’euros.

L’AMDR salue également toutes les forces du SDIS974 qui apportent chaque année leur concours aux agents de l’ARS sur le terrain pour des actions communes de prévention vers la population.

Le 15 mars 2021, face à une croissance exponentielle du nombre de cas, l’AMDR a interpellé le Préfet par courrier, demandant une meilleure prise en charge du résiduel au profit des associations qui mènent des opérations de nettoyage des ravines, d’entretien des sentiers, et de ce fait, assument un rôle majeur de lien social, d’insertion professionnelle et de maintien de la salubrité publique.

Avec en moyenne 1000 cas détectés par semaine, chaque année, notre île doit couvrir un deuxième front dans la guerre sanitaire.

Puisque toutes les forces vives de La Réunion, collectivités, EPCI, associations, populations, sont engagées depuis de longues années dans cette bataille, l’AMDR reste dans l’attente de résultats tangibles de la part des autorités compétentes en matière de sécurité sanitaire.

Serge HOAREAU
Président de l'AMDR

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !