Dix jours après les annonces d'Emmanuel Macron :

Vaccination anti-Covid : les indécis passent le cap, les réfractaires résistent


Publié / Actualisé
Dix jours après les annonces du président de la République concernant l'extension du pass sanitaire, les Réunionnais évoluent dans leur réflexion face au vaccin. Les avis sont mitigés : les indécis passent le cap parfois "sans grande conviction" et plus par obligation, les réfractaires, eux, refusent catégoriquement l'injection. Du côté des médecins, on ne remarque qu'une faible augmentation dans les prises de rendez-vous (Phoo rb/www.ipreunion.com)
Dix jours après les annonces du président de la République concernant l'extension du pass sanitaire, les Réunionnais évoluent dans leur réflexion face au vaccin. Les avis sont mitigés : les indécis passent le cap parfois "sans grande conviction" et plus par obligation, les réfractaires, eux, refusent catégoriquement l'injection. Du côté des médecins, on ne remarque qu'une faible augmentation dans les prises de rendez-vous (Phoo rb/www.ipreunion.com)

L'extension du pass sanitaire aux lieux de culture et de loisirs, et prochainement aux restaurants et aux bars ne laisse pas les Réunionnais indifférents. Entre atteinte aux libertés fondamentales et espoir à un retour à "la vie d'avant", les avis divergent.

Pour Cyril, jeune métropolitain de 24 ans vivant à La Réunion pour deux mois seulement, le vaccin est devenu une priorité lors de l'extension du pass sanitaire :" je ne voulais pas me priver de mes libertés, sortir boire un verre avec mes amis ou ne pas pouvoir aller au restaurant. Alors oui, j'ai pris la décision de me faire vacciner le lendemain des annonces du président. Avant ça je n'étais pas spécialement contre, mais pas spécialement pour non plus, je préférais juste attendre", affirme le jeune homme, fraîchement vacciné. Il s'exprime à ce propos, regardez.

Même discours pour Marie qui s'est faite vacciner suite aux annonces présidentielles. "Je ne suis pas forcément anti-vaccin mais les annonces du président ont précipité mon choix, j'ai souhaité me faire vacciner pour garder une part de liberté. Regardez :


Pour Alicia, 23 ans, pas question de se plier aux exigences du gouvernement. "Je n'ai pas confiance en ce vaccin. On n'a pas assez de recul pour savoir s'il est efficace. Même si le virus, et notamment l'arrivée du variant Delta me fait peur, je préfère prendre mes précautions et garder mes distances plutôt que de me faire vacciner" témoigne-t-elle.

Du côté d'Olivier, vacciné depuis que c'est possible, la vaccination lui semblait essentielle : "C'était important pour moi de pouvoir participer à la santé publique. Dans la mesure où je suis vacciné, je me dis que les variants ne devraient pas trop me toucher." Regardez :

 

- Une légère augmentation du taux de vaccination, mais pas suffisante -

Le docteur Veerapen, vice-président de l'Ordre des médecins, et le Docteur Kowalczyk, présidente de l'Union des médecins libéraux, observent une légère augmentation des prises de rendez-vous vaccination depuis les annonces d'Emmanuel Macron. Mais cela n'est toujours pas suffisant pour combattre le virus selon eux.

Selon le site Covid tracker, 35,69% de la population réunionnaise a reçu une première injection, selon des données datant du 21 juillet. Un chiffre faible, en comparaison, la couverture vaccinale de l'Hexagone qui s'élève à 57% pour une dose.

"Nous sommes en pleine flambée de l'épidémie, il n'y a clairement pas assez de personnes vaccinées" regrette le docteur Kowalczyk. Elle ajoute : "les gens viennent se faire vacciner surtout par peur de l'arrivée du variant Delta sur le territoire. L'obligation à la vaccination ne marche pas beaucoup". Deux types de patients selon elle : "c'est surtout les indécis qui viennent se faire vacciner. Les réfractaires ne changent pas d'avis."

De fait, selon l'agence régionale de santé, la campagne s’accélère avec une augmentation de 45% du nombre d’injections réalisées cette dernière semaine. Mais avec la menace du variant Delta, les efforts doivent se poursuivre.

Selon les derniers chiffres fournis par l'ARS ce vendredi 23 juillet 2021, 307.229 Réunionnais ont reçu une injection (soit 35,9% de la population totale) et 229.227 Réunionnais disposent d’un schéma vaccinal complet (26,9% de la population totale). C'est toujours deux fois moins qu'en Métropole.

jb/www.ipreunion.com / [email protected]

   

4 Commentaire(s)

Fafa, Posté
Le pseudo vaccin c'est pour les cons
Eleferosi, Posté
La règle c'est de ne pas vacciner en pleine épidémie, non Dr. K '
Momo, Posté
Mi donne mon vaccin à kovalsky
Parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mouvement ( LREM ), Posté
Se faire vacciner ou pas , c'est la responsabilité de chacun , mais sa liberté on ne touche pas ! Je peux vider mes poches sur la table, Ça fait longtemps qu'elles sont trouées, Baisser mon froc j'en suis capable, mais vous n'aurez pas, Ma liberté de penser. Florant Pagny