Sport solidaire :

Saint-André : le rugby est aussi un tremplin pour l'insertion des jeunes


Publié / Actualisé
Ce jeudi 19 mai 2022, Marcélia et Marianna, deux jeunes femmes originaires de Madagascar et ambassadrices de l'association Terres en Mêlées sont allées à la rencontre d'une centaine d'enfants des quartiers Nord de La Réunion (Saint-Benoît, Saint-André et Le Chaudron). Tous se sont réunis sur le stade Sarda Garriga de Saint-André et ont pu participer au tournoi de rugby solidaire du projet Run Rugby City. (Photos : rb/www.ipreunion.com)
Ce jeudi 19 mai 2022, Marcélia et Marianna, deux jeunes femmes originaires de Madagascar et ambassadrices de l'association Terres en Mêlées sont allées à la rencontre d'une centaine d'enfants des quartiers Nord de La Réunion (Saint-Benoît, Saint-André et Le Chaudron). Tous se sont réunis sur le stade Sarda Garriga de Saint-André et ont pu participer au tournoi de rugby solidaire du projet Run Rugby City. (Photos : rb/www.ipreunion.com)

Marcélia et Marianna sont deux femmes au parcours hors du commun. C’est la première fois que les deux jeunes malgaches de respectivement 22 et 21 ans posent leurs valises à La Réunion. Elles ont traversé la mer pour venir à la rencontre des jeunes des quartiers de La Réunion, dans le cadre du projet "Rugby solidaire". Accompagnées de leur interprète Julia, elles racontent leurs parcours. À 22 ans, Marcélia n’a pas eu une vie facile, devenue mère à seulement 13 ans, c’est grâce au rugby qu’elle a pu s’épanouir. "J’ai choisi le rugby parce que j’ai dû arrêter l’école très tôt." Un sport qui lui a permis de s’émanciper. "Le rugby m’a permis d’avoir confiance en moi, de voir d’autres choses."

Marianna, 21 ans, a quant à elle, de suite apprécié ce sport. "J’ai choisi le rugby car ça m’a beaucoup plu. J’ai constaté que ce n’est pas violent comme à la télévision et que les filles peuvent jouer." Très timide, le rugby a totalement changé Marianna. "Cela m’a permis d’aller vers les autres, maintenant je parle à tout le monde", dit-elle.

C’est grâce à l’association Terres en Mêlées que les deux jeunes malgaches ont pu sortir de leurs quartiers. "On a pu voyager à l’international", raconte Marcélia. Toutes les deux ont pu également se former au métier de leur rêve, la coiffure pour Marcélia et l’éducation physique et sportive pour Marianna.

Lire aussi - Rugby solidaire : le fabuleux destin de Marcelia, la jeune malgache

À La Réunion pour la première fois de leur vie, les deux sportives sont heureuses de pouvoir rencontrer les marmailles de l’île. "C’est important car ça me rappelle chez moi, de voir des jeunes jouer au rugby", explique Marcélia. Pour Marianna, c’est "très important de partager des valeurs et la passion du rugby avec les enfants réunionnais. Et ça fait plaisir de transmettre". Écoutez-les :

- Terres en Mêlées... l'association qui a changé leur vie -

Marcélia et Marianna, les deux jeunes malgaches ont pu découvrir le rugby grâce à l’association Terres en Mêlées dont Pierre Gony est le fondateur. Ce passionné et joueur de rugby va à la rencontre des jeunes enfants africains pour leur faire découvrir ce sport. "Nous utilisons le rugby à des fins éducatives pour aider les jeunes enfants", explique-t-il. "On utilise un rugby mixte, sans contact et avec des règles simplifiées pour permettre aux enfants d’apprendre en s’amusant."

Marcélia et Marianna, les jeunes joueuses, sont d’ailleurs les ambassadrices de son association. "J’ai rencontré Marcélia quand elle avait 14 ans et un bébé dans les bras", raconte Pierre Gony. "Je lui ai proposé de prendre le ballon. Elle a traversé le terrain et ça a été un moment très fort pour elle et pour moi." Pierre Gony explique qu’un film intitulé "La jeune fille et le ballon ovale", retrace sa vie. "Marcélia a aussi été élue femme de l’année en 2019 et a donné le coup d’envoi du match Pays-de-Galles/France au Stade de France." Pierre se dit très "heureux qu’elle puisse inspirer des jeunes filles". Concernant Marianna, Pierre explique que le rugby a changé sa vie. "Elle a appris à raconter son histoire et s’exprimer pour porter le message autour de cette égalité", conclu-t-il. Écoutez :

- Le rugby, un sport aux valeurs éducatives -

Le jeudi 19 mai, les deux jeunes femmes sont d’ailleurs venues rencontrer les marmailles des quartiers Nord de La Réunion. Des enfants qui participent au projet Run Rugby City. Un projet démarré en 2017 par la Ligue de rugby et qui regroupe 11 communes de l’île. "On a trois chargés de développement qui travaillent dans ces quartiers et font de l’animation de rugby", explique Daniel Blondy, président du comité territorial de rugby. Le président se dit très heureux d’accueillir Marcélia et Marianna. "Aujourd’hui elles rencontrent les enfants des quartiers et c’est important car elles ont vécu dans les mêmes conditions." Grâce à ce projet, il souhaite partager les valeurs du rugby. "Le respect, l’échange et la solidarité. Car tout seul on ne peut pas gagner", explique Daniel Blondy. "L’idée de Run Rugby City est venue d’une envie d’aller au-delà du sport car un club doit participer à la vie de la ville", conclu-t-il. Écoutez :

Sébastien Alcaraz, chargé de développement à la Ligue de rugby pour le secteur Nord, s’implique énormément pour les jeunes marmailles. "On propose une activité de rugby pour les jeunes des quartiers, pour qu’ils aient accès au sport", indique-t-il. "On vise beaucoup notre projet sur l’égalité des chances", souligne Sébastien Alcaraz. Pour lui, les valeurs du rugby sont très importantes, "le rugby c’est une famille". Pour terminer, il explique tout faire pour "aller plus loin que le sport, afin d’amplifier l’éducation des jeunes". Écoutez :

Demain, vendredi 20 mai 2022, Marcélia et Marianna, les deux jeunes joueuses de rugby, rentreront à Madagascar, après 15 jours à sillonner notre île et à rencontrer des enfants qui, comme elles, portent hauts les valeurs du rugby.

ma.m.www.ipreunion.com/[email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !