Alliances politiques :

Législatives : l'union des gauches se prépare aussi à La Réunion


Publié / Actualisé
C'est une alliance "historique" : La France insoumise et le Parti socialiste ont conclu un accord en vue des élections législatives. Ce rapprochement change radicalement le paysage politique avant le scrutin prévu les 12 et 19 juin, alors que LFI a déjà convaincu les verts et les communistes. A La Réunion aussi, les discussions vont bon train pour éviter un "éparpillement des voix" de gauche dans les bureaux de vote. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
C'est une alliance "historique" : La France insoumise et le Parti socialiste ont conclu un accord en vue des élections législatives. Ce rapprochement change radicalement le paysage politique avant le scrutin prévu les 12 et 19 juin, alors que LFI a déjà convaincu les verts et les communistes. A La Réunion aussi, les discussions vont bon train pour éviter un "éparpillement des voix" de gauche dans les bureaux de vote. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Elle n'a pas réussi à le faire pour la présidentielle, voilà que la gauche semble tenter le tout pour le tout en unissant ses forces pour le fameux "troisième tour", celui des législatives. Objectif final, tenter la cohabitation en faisant basculer l'Assemblée nationale à gauche. Après Europe Ecologie les verts ce dimanche et le Parti communiste français mardi, LFI vient de conclure un accord avec le PS, désormais soumis à l'approbation des socialistes.

Lire aussi - Législatives : LFI et le PS concluent leur accord, soumis à l'approbation interne des socialistes

Pour le député sortant PS Philippe Naillet, candidat sur la 1ère circonscription, l'accord entre LFI et le Parti socialiste était attendu. "C'est une bonne chose : nous sommes dans une démarche de rassemblement. Personnellement, je n'ai jamais cru à cette thèse qui avance que les gauches sont irréconciliables" commente l'élu.

- "La Réunion a voté Mélenchon, il faut entendre ça" -

Cette union de la gauche tant voulue pour l'élection présidentielle va sans doute rabattre les cartes à La Réunion également. Si les Outre-mer et la Corse ne sont pas directement incluses dans l'accord national, les partis pouvant s'organiser localement, il en va de la cohérence du scrutin.

Député LFI sortant et candidat sur la 5ème circonscription, Jean-Hugues Ratenon souhaite "que la raison l'emporte". Les discussions sont en cours entre les différents partis, ajoute l'élu qui reconnaît un "travail compliqué" sur le terrain. "Ce qui paraissait impossible avant devient alors possible. Si le peuple veut, le peuple peut."

Philippe Naillet pour sa part souhaite être à l'écoute des électeurs réunionnais. "La Réunion a voté à plus de 40% pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour, il faut entendre ça bien sûr. Parce qu'il a fait une bonne campagne d'abord et qu'il a motivé un vote utile. Il aborde aussi les problématiques sociales attendues : les gens veulent des réponses concrètes à leurs difficultés." Quant au vote du second tour, où Marine Le Pen est arrivée largement en tête à La Réunion, il exprime lui aussi un mouvement de colère "anti Macron" selon le député PS.

Du côté des verts, on se prépare aussi au rassemblement derrière LFI. Se félicitant tout autant de l'accord conclu avec EELV au niveau national, le secrétaire régional des verts Jean-Pierre Marchau souhaite "reconnaître la dominante" LFI lors du premier tour de la présidentielle sur le département. "Il y a des échanges actuellement avec les Insoumis, nous sommes d'accord sur le fait qu'il faut éviter un éparpillement des voix à gauche. Jean-Luc Mélenchon a largement fédéré ici, il a toute sa légitimité" admet-il.

- Quatre circonscriptions dans le viseur -

Si un accord avait déjà été trouvé dans les circonscriptions 1, 2 et 5 (où Philippe Naillet, Karine Lebon et Jean-Hugues Ratenon sont respectivement candidats), les quatre autres circonscriptions de l'île posent question. "Il faudrait là-bas une seule et unique candidature de gauche, pour l'instant ce n'est pas le cas" regrette Jean-Pierre Marchau. "Il faut reconstruire une union de la gauche, c'est une occasion qu'on ne peut pas laisser passer."

Les verts ne comptent pas disparaître du scrutin pour autant : "on essaie de garder une circonscription sur les quatre restantes" confie le secrétaire régional, espérant un compromis concluant.

Les discussions vont bon train dans la 6ème circonscription notamment, où Nadia Ramassamy, députée sortante, est candidate à sa propre succession avec l'investiture des Républicains qu'elle a d'ores et déjà obtenue. Dans ce territoire très ouvert, qui s'étend de Saint-Denis à Saint-André, les candidatures sont multiples. Sur les tables des bureaux de vote on devrait voir les bulletins de Monique Orphé, soutenue par la majorité municipale de Saint-Denis, Frédéric Maillot soutenu par la majorité régionale et donc le PLR, ou encore Nadine Gironcel (PCR)... sauf alliance(s) d'ici là.

Lire aussi - Législatives : et les candidatures déclarées ou non sont...

Sur cette circonscription comme dans les 3, 4 et 7, les échanges s'annoncent intenses après les différents accords passés au niveau national. "Tout dépend de ce que décidera madame Bello" estime Maurice Gironcel, membre du secrétariat du Parti communiste réunionnais. Celui qui ne souhaite pour l'heure "pas s'exprimer" sur de potentielles alliances en vue des législatives estime que l'attitude du PLR (Pour La Réunion) sera déterminante dans les circonscriptions où les candidatures sont multiples, et alors que le parti est réputé proche de La France insoumise. La présidente de Région PLR Huguette Bello avait d'ailleurs apporté son soutien à Jean-Luc Mélenchon pour le premier tour de la présidentielle.

- "Reformer les binômes" -

Karine Lebon, députée PLR, est plutôt tranquille dans sa circonscription mais appelle à entendre le message politique des électeurs, qui ont massivement voté LFI à La Réunion. "Une union, ça ne se décide pas comme ça, ça se travaille" déclare-t-elle, alors que les échanges sont "quotidiens" sur le département entre les différents partis de gauche. Cela peut donc passer par un changement de binômes.

Lire aussi - Législatives : les déclarations de candidature seront ouvertes le lundi 16 mai

Le parti LFI pour sa part se dit justement prêt aux concessions. "Les discussions avec le PLR progressent. Là où on peut s'arranger, on s'arrange" dit Jean-Hugues Ratenon qui veut éviter des candidatures PLR et LFI dans une même circonscription. "Mais cela ne veut pas dire qu'il y aura un candidat LFI dans chaque circonscription. Il faudra reformer les binômes."

C'est le cas avec sa propre suppléante, qu'il n'avait pas annoncée à ce stade, étant "prévoyant". "Je lui ai demandé si elle accepterait de laisser sa place, elle m'a dit oui sans hésiter" indique le candidat LFI. A ses côtés pourrait alors se trouver un nouveau suppléant issu de la société civile, ou d'un autre parti de gauche.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

7 Commentaire(s)

Un accord, quel accord, Posté
Je souhaiterais vous signaler que votre phrase "Si un accord avait déjà été trouvé dans les circonscriptions 1, 2 et 5 ... " est factuellement fausse. S'il y avait accord, comment expliquer que la LFI 974 ait annoncé 1 candidat différent sur la 1' Vous devriez vérifier vos sources... Par ailleurs, M Ratenon a des candidats de la majorité qui se présentent contre lui.M Ratenon, vous ne devriez pas jouer de vos étiquettes Rezistans974 ou LFI en fonction de vos seuls intérêts de réelection. La France insoumise à La Réunion, ce n'est pas vous, particulièrement vu les conditions dans lesquelles vous avez été élu en 2017 (bannière Rézistans, puis ralliement à LFI)... Ne dévoyez pas la voix des militants insoumis, cela pourrait finir par se retourner contre vous électoralement.
Virer l'incapable , Posté
En résumé : Voter Ratenon, c'est voter pour Melenchon ' Et si c'était Cent Kilos à la place de Zan Hug est-ce qu'il aurait fallu voter quand même pour LFI ' Dans ces conditions, moin la pu le nez !! Faut quand même regarder la qualité oté ! Si le boug lé capable ou lé pa capable ' Et moi je dis qu'après une erreur de casting (merci JC Fruteau) il faudrait rectifier le cap et virer Ratenon.
Sérieux , Posté
Vous avez envie de bosser jusqu'à 65 ans vous '''Pas moi Alors oui mon vote ira à l'union de la gauche.
Goutanou, Posté
MélenCon a trahi a voté pour MACON!Niet pou lu!
Désolante. , Posté
C.est un tas manger cochon .la France et la Reunion est différente. Y FAUT BATTRE Ratenon qui n.a rien fait .qui répétait bêtement ce que Melenchon disait .il faut que.il laisse la place à des gens intelligents ..Trop terre à terre cet homme ..il s.enrichit avec un poste conseil régional et il fout rien..De toutes façons Melenchon n.aura pas la majorité. LES SOCIALISTES ONT VENDU LEUR AME .dommage .dommage moi je vais rester à la maison .Et Madame Bello je suis déçue elle place ses pions ..bon vote a vous sans moi .sauf si y a un macroniste qui se présente dans lOuest .
La vérité si je mens !, Posté
Avec l'islamo gauchiste mélenchon on s'attend à tout si ce n'est que son hologramme se voit à Matignon . Le rêve est permis mais la réalité va être un cauchemar d'une majorité à macron. Contre le système politique de macron
Pas un robot, Posté
le plr casse l'union de la gauche comme d'habitude avec leurs candidats parachutés, à se demandé si il ne fait pas le eu de macron