Il se présente avec sa suppléante Emma Hoareau :

Législatives : David Lorion lance sa campagne dans la 4ème circonscription


Publié / Actualisé
C'est entouré de ses soutiens que le député sortant de la 4ème circonscription David Lorion a lancé officiellement sa campagne pour les élections législatives. Au restaurant et lieu de concerts Le Zinzin à Saint-Pierre, il a présenté sa suppléante en la personne d'Emma Hoareau, une étudiante qui souhaite lutter contre la précarité des jeunes. Officiellement investi par Les Républicains, David Lorion appelle au "dialogue" avec la majorité présidentielle au sein de l'Assemblée nationale (Photos mm/www.ipreunion.com)
C'est entouré de ses soutiens que le député sortant de la 4ème circonscription David Lorion a lancé officiellement sa campagne pour les élections législatives. Au restaurant et lieu de concerts Le Zinzin à Saint-Pierre, il a présenté sa suppléante en la personne d'Emma Hoareau, une étudiante qui souhaite lutter contre la précarité des jeunes. Officiellement investi par Les Républicains, David Lorion appelle au "dialogue" avec la majorité présidentielle au sein de l'Assemblée nationale (Photos mm/www.ipreunion.com)

Candidat à sa propre succession, David Lorion a souhaité rappeler le bilan de son mandat de parlementaire : mobilisation pour le rétablissement de l'aide pour le logement en accession en Outre-mer en 2020, réintégration de la TVA NPR (non perçu récupérable) - un mécanisme d'accompagnement à l'investissement - ou encore défense des filières péi lors du basculement du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) afin que la baisse des charges sociales compense l'ancien crédit.

- Pouvoir d'achat, précarité étudiante, logement -

Il dresse maintenant la liste de ses priorités pour un nouveau mandat. "D'abord le pouvoir d'achat. Certains candidats proposent le Smic à 1.400 euros, mais on l'atteindra de toute façon avec l'inflation. Moi je propose de revaloriser les bas salaires en fonction du coût réel de la vie." Pour la retraite, le député-candidat souhaite prendre en compte chaque métier et la pénibilité du travail. Sur l'octroi de mer, il propose de supprimer la taxe sur tous les produits de première nécessité qui sont importés.

La lutte contre la vie chère passe aussi par l'aide aux étudiants. Les bourses devront augmenter elle aussi. "On ne peut pas proposer les mêmes bourses dans l'Hexagone et les Outre-mer. Il faut une bourse ultramarine, de 7% plus élevée, avec un montant forfaitaire de 5.000 euros pour tout départ en Métropole" assure David Lorion.

A ses côtés, sa suppléante Emma Hoareau, justement étudiante. Âgée de 22 ans, elle suit un Masteer 2 en relations internationales à Lille et était stagiaire à l'Assemblée nationale. Cette Saint-Joséphoise souhaite "défendre les intérêts des populations jeunes" : "la politique n'est pas réservée à une tranche d'âge, les étudiants doivent agir pour construire leur avenir" martèle celle qui fait de la lutte contre la précarité étudiante son cheval de bataille. Sur ce sujet, "David Lorion nous offre une tribune" assure-t-elle.

Parmi les autres priorités du candidat, le développement économique de La Réunion avec la mise en place d'une "grande conférence territoriale et transpartisane" sur le sujet. David Lorion souhaite aussi valoriser le modèle agricole qui s'appuie sur les circuits courts et avancer vers l'autonomie alimentaire. Sur le plan de la santé, il défend un système de proximité et la nécessaire préservation du CHU Sud. A l'école, il souhaite ancrer davantage le créole, "notre langue maternelle", dans la formation des enseignants, "pour mieux comprendre les élèves".

Sur les questions d'environnement, il appelle à une concertation accrue de la population sur les filières de recyclage et le traitement des déchets. "Nous devons aussi renforcer la lutte biologique par le biais des insectes pour utiliser moins de pesticides chimiques" ajoute le candidat.

Enfin sur le logement, David Lorion appelle à la responsabilisation des bailleurs, s'appuyant sur la loi portée pour bloquer une partie des charges perçues en cas de manque d'entretien. Il souhaite aussi réduire les impôts sur les transmission familiale du principal bien, le contraire étant selon lui "une décision injuste et inhumaine".

- "Discussion avec le gouvernement" -

David Lorion rappelle qu'il est "investi par Les Républicains", une posture dont il se dit fier, et affirme qu'il va "se battre pour porter les valeurs républicaines à l'Assemblée". Entouré cependant de soutiens forts d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle tels que Cyrille Melchior et Serge Hoareau, il se dit conscient de "l'obligation de discussion avec le gouvernement" soit, à l'Assemblée nationale, la majorité présidentielle. "Cette obligation, je la respecterai aussi" a-t-il alors affirmé.

"On ne change jamais une équipe qui gagne, et vous avez ici un très bon capitaine" a déclare le président du Conseil départemental Cyrille Melchior à l'adresse de David Lorion. "Mon voeur c'est de continuer à travailler à tes côtés" a-t-il ajouté, rappelant notamment l'épineux dossier de la recentralisation du RSA, sur lequel le candidat-député s'est mobilisé aux côtés du Département.

Si la sénatrice Viviane Malet a elle aussi rappelé son plaisir à travailler avec son collègue parlementaire et affirme qu'elle "militera" pour lui sur la circonscription, le maire de Petite Ile et président de l'association des maires Serges Hoareau a quant à lui martelé qu'il faisait bien "campagne" pour David Lorion, malgré sa proximité avec le parti présidentiel. Il a applaudi le souhait du candidat d'aller vers un "travail collaboratif" avec la majorité présidentielle. Se tournant vers la suppléante Emma Hoareau, il a souhaité à son homonyme "une longue vie publique, politique si possible" alors que lui aussi est entré dans la politique à l'âge de 22 ans.

Le maire de Saint-Pierre, président de la Civis et leader des Républicains à La Réunion Michel Fontaine a salué une personne "dans le dialogue, qui à travers certaines passerelles puisse faire passer des messages". "Vous pouvez compter sur moi et sur la majorité municipale pour que nos messages soient entendus à l'Assemblée nationale."

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !