Elections :

Législatives : incompétence, haine raciale, mise en examen... le lourd bagage de certains candidats


Publié / Actualisé
La course aux législatives est désormais bien entamée et de très nombreux candidats ont pris le départ de la course. Parmi eux il y ceux qui se présentent malgré des bourdes phénoménales, des sorties lunaires et des casiers judiciaires entachés. Tour d'horizon de ces inquiétantes candidatures (Photo rb/www.ipreunion.com)
La course aux législatives est désormais bien entamée et de très nombreux candidats ont pris le départ de la course. Parmi eux il y ceux qui se présentent malgré des bourdes phénoménales, des sorties lunaires et des casiers judiciaires entachés. Tour d'horizon de ces inquiétantes candidatures (Photo rb/www.ipreunion.com)

"J’ai pas préparé, je suis désolée". C’est la réponse apportée par la candidate du Rassemblement national à Belfort, Sophie Carnicer, face à un journaliste qui l’interrogeait sur le budget des collectivités et le financement des services publics. La question, pourtant plutôt banale, l’a fait botter en touche. La prétendante à l’Assemblée nationale a bien tenté de répondre qu’elle souhaitait "faire des économies…sur l’immigration", la réponse n’a pas vraiment convaincue. Elle a fini par admettre elle-même qu’elle a été "très nulle".

Elle peut tout de même se réconforter en sachant qu’elle n’est pas l’unique candidate à se planter en direct depuis le début de la campagne. Une de ses collègues du RN, Mélanie Fortier, qui se présente en Côte d’Or, a elle aussi eu du mal à répondre sur la question des services publics. Après avoir demandé à plusieurs reprises de répéter la question, elle finit par demander à la journaliste s’il sera possible de couper la séquence. Si l’émission n’était exceptionnellement pas retransmise en direct, le tournage a lui été enregistré "dans les conditions du direct", d’après le Figaro. Difficile donc d’accéder à sa demande.

Elle justifiera cette hésitation par le fait qu’il s’agissait de sa première apparition télévision. "Première TV, premier moment d'hésitation, très heureuse de voir que certains en font un buzz" écrit-elle en effet sur ses réseaux sociaux. Si l’argument de la nervosité peut s’entendre, il reste tout de même correct de signaler que Mélanie Fortier est conseillère régionale, et devrait être en capacité de répondre à une question pour le moins basique.

Toujours côté RN (décidément), Gérard Vollory, candidat du Rhône, a tenté de se défendre de faire parti des extrêmes…en brandissant une photo de sa femme, qui est noire. Preuve qu’il ne pourrait donc pas être raciste. Cette scène n’est pas sans rappeler " l’ami plus noire qu’une arabe " de Nadine Morano, qui tentait à l’époque de réfuter des accusations de racisme. Pas sûr que cette technique fonctionne vraiment. Marine Le Pen a d’ailleurs qualifié le geste de "maladroit".

- Une majorité présidentielle pas en reste -

Côté majorité présidentielle, c’est tout un tas de casserole que Renaissance ! (LREM) a décidé de se trimballer. Le parti avait en effet décidé d'investir Jérôme Peyrat (maire de La Roque-Gageac et conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine) dans la 4e circonscription de Dordogne. Ce dernier a pourtant été condamné à 3.000 euros d'amende avec sursis pour des violences sur son ex-compagne ayant entraîné 14 jours d’ITT. Quand on sait qu’Emmanuel Macron a réaffirmé que la lutte contre les violences faites aux femmes serait (encore) la grande cause de son quinquennat, l’investiture est un peu forte de café. Il a finalement décidé de se retirer de la course face à la polémique.

Lire aussi : Le nouveau ministre des Solidarités accusé de violences sexuelles

Le député Thierry Solère, mis en examen pour pas moins de 13 chefs d'accusation, dont "fraude fiscale" et "emploi fictif", avait lui aussi été investi par la majorité présidentielle. Même son de cloche finalement : il s'est fendu d'un tweet pour annoncer qu'il ne serait finalement pas candidat à sa réélection dans la neuvième circonscription des Hauts-de-Seine.

Si deux candidats ont jeté l’éponge, d’autres comptent bien se maintenir dans la course, à l’image de Laëtitia Avia, Anne-France Brunet et Sira Sylla, toutes les trois visées par des enquêtes pour harcèlement moral par leurs ex-collaborateurs.

Eric Woerth, qui est candidat à sa réélection dans la 4ème circonscription de l’Oise, est de son côté mis en examen 2018 pour "complicité de financement illégal de campagne électorale" dans le cadre de l’affaire Sarkozy-Kadhafi. Il est aussi soupçonné d’avoir accordé une aide fiscale à Bernard Tapie dans l’affaire Adidas-Crédit Lyonnais.

Enfin, il y a Patricia Mirallès, épinglée récemment par Médiapart pour ses notes de frais farfelues. "Déménagement de son fils, réparation du disque dur de sa fille, séjour à l’hôtel avec son conjoint : la députée de la majorité Patricia Mirallès, élue à Montpellier dans une circonscription voisine de celle de Coralie Dubost, a elle aussi confondu notes de frais et dépenses personnelles" note en effet le média d’investigation. L’argent du contribuable semble être entre de bonnes mains.

- Reconquête : haine raciale et fiché S -

Le parti d’Eric Zemmour - condamnée pour incitation à la haine raciale - Reconquête, n’est pas non plus en reste. On peut citer Patrick Jardin, père d’une victime du Bataclan, qui est investi dans la 4e circonscription du Nord et qui nourrit une certaine haine envers l'islam et les musulmans. Il avait notamment soutenu Brendon Tarrant, le terroriste qui avait abattu 49 musulmans dans une mosquée de Christchurch en 2019. Ambiance. Patrick Jardin est d’ailleurs fiché S par les autorités.

Jérémie Piano, candidat dans la 11e circonscription des Bouches-du-Rhône, a lui été condamné en première instance à deux mois de prison avec sursis et 30.00 euros pour provocation et incitation à la haine raciale pour l'opération "anti-migrants" dans les Pyrénées lors de son passage dans le groupuscule d’extrême-droite Génération Identitaire, qui a depuis été dissolu par le ministère de l’Intérieur.

- La gauche homophobe -

Du côté de la gauche, l’union a été secouée par l’affaire Taha Bouhafs, qui a été écarté des élections après des accusations d’agression sexuelle portées à l’attention du parti LFI. S’il a annoncé de lui-même s’être retiré de la course en raison des attaques racistes à son encontre, il a été rapidement révélé que ce retrait avait été motivé par le déclenchement d’une enquête interne au sein du parti. D’après une enquête de Le Point, le journaliste aurait par ailleurs "refusé de s’isoler en salle de montage avec un collègue du Média car celui-ci était gay".

En parlant d’homophobie, le député Jérôme Lambert, qui brigue un huitième mandat dans la 3e circonscription de la Charente, a été désinvesti par le PS dans le cadre de l’union de gauche en raison de son opposition à la loi sur le mariage pour tous et à la PMA pour toutes. Son investiture a rapidement été pointée du doigt par les associations militantes, poussant le parti à l’exclure. Entre temps, Médiapart a aussi révélé que le député en poste depuis 1997 occupait un logement social de 95m2 avec un loyer de 971 euros…Loin des prix pratiqués dans la capitale, et alors qu’il touche un salaire astronomique. Depuis, Paris Habitat, le bailleur social, a sommé le député de rendre son logement. C’est ballot.

as/www.ipreunion.com / [email protected]
 

   

9 Commentaire(s)

FM, Posté
Et si on testait les compétences des candidats à La Réunion '
Missouk, Posté
Ce serait bien de nous proposer le même travail avec les élus réunionnais... Il y aurait tellement à dire!
Atterré, Posté
Et vous vous en pensez quoi ' ' '" Qu'il y aura toujours une multitude d'abrutis pour continuer à voter pour ces salauds et ces salaudes ! ! ! "
Jo, Posté
Rien au niveau local....
Niveau local , Posté
C'est bien d'aller voir dans l'hexagone ce qui se passe mais quand est-il des mafieux aux multiples condamnations de notre île, certains toujours en place !!!Les rois de la magouille et de la destruction de l'île, du pouvoir d'achat ... Et la liste est longue.Allez vous faire le même article pour La Réunion ou vous avez trop peur des retombées '!' (Vous devriez vraiment nous lire puos souvent cher "Niveau local" - Webmaster)
Tijac, Posté
C'est bien de faire remonter ce genre d'informations .... nationales mais dans notre département nous n'avons que des candidats tous blancs '
Louis Robert, Posté
Après un un tel article il faudrait aussi s'intéresser à nos candidats locaux qui en terme de casseroles sont pour beaucoup sur le podium. Avec de multiples condamnations dans la 7eme on a un champion...
Ravine, Posté
Vrai beau travailJ attends de vous lire pour faire la même chose au niveau local...prenez votre temps la liste est longue...
Ded, Posté
des candidats qui sont nuls' Pas nouveau !Des candidats voyous' pas nouveau!Des candidats racistes , tricheurs , profiteurs' Pas nouveau!Des candidats au passé glauque d'obsédés' Pas nouveau!Bref , la seule chose qui change , c'est que tous ces pseudo politicards sont tellement nuls qu'ils n'ont pas encore compris qu'avec Internet et ses bases de données gigantesques , aujourd'hui, toutes les casseroles finissent par se voir!Les partis qui les investissent sont d'ailleurs eux aussi , largués sur ce sujet car ils ne vérifient rien...on investit d'abord les copains et les coquins , comme au bon vieux temps pas si lointain!