Nouveau record pour l'abstention :

Législatives : carton plein pour l'union des gauches, le parti présidentiel en déroute


Publié / Actualisé
Ce dimanche 12 juin 2022 avait lieu le premier des élections législatives, un enjeu important en vue de la future majorité à l'Assemblée nationale. La Réunion a poursuivi sa dynamique de la présidentielle en soutenant les candidats de l'union des gauches. Sur les sept candidats en lice, six ont réussi à se hisser pour le second tour. A contrario, le parti d'Emmanuel Macron s'est une fois de plus effondré avec une seule représentante au second tour, à savoir Audrey Fontaine soutenu par LREM et Les Républicains. Le camp de Michel Fontaine sauve les meubles avec un second représentant, David Lorion. A noter les scores record des candidats du Rassemblement national qui, malgré tout, ne parviennent pas à atteindre le second tour qui aura lieu ce dimanche 19 juin. L'abstention demeure quant à elle extrêmement forte : 71,51% des Réunionnaises et Réunionnais ne sont pas allés voter. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Ce dimanche 12 juin 2022 avait lieu le premier des élections législatives, un enjeu important en vue de la future majorité à l'Assemblée nationale. La Réunion a poursuivi sa dynamique de la présidentielle en soutenant les candidats de l'union des gauches. Sur les sept candidats en lice, six ont réussi à se hisser pour le second tour. A contrario, le parti d'Emmanuel Macron s'est une fois de plus effondré avec une seule représentante au second tour, à savoir Audrey Fontaine soutenu par LREM et Les Républicains. Le camp de Michel Fontaine sauve les meubles avec un second représentant, David Lorion. A noter les scores record des candidats du Rassemblement national qui, malgré tout, ne parviennent pas à atteindre le second tour qui aura lieu ce dimanche 19 juin. L'abstention demeure quant à elle extrêmement forte : 71,51% des Réunionnaises et Réunionnais ne sont pas allés voter. (Photo rb/www.ipreunion.com)

1ère circonscription : Philippe Naillet face à Jean-Jacques Morel

Dans la 1er circonscription, Philippe Naillet termine largement en tête de ce 1er tour avec 33,47% des voix. Pour le député sortant, c’est un résultat rassurant alors que la dynamique des présidentielles était plutôt favorable à la droite.

Il retrouvera sur sa route Jean-Jacques Morel (14,61% des voix) qui a remporté son duel à distance avec Murielle Sisteron, la candidate investie par les Républicains qui n’enregistre que 3,93% des voix. Le Rassemblement National frôle de justesse la qualification puisque Gaëlle Lebon obtient 13,04% des voix.

La tâche s’annonce difficile pour l’avocat dionysien. D’abord, compte tenu de l’écart avec le député sortant. D’autre part, il n’est pas certain que la droite dionysienne joue le jeu du soutien plein et entier à Jean-Jacques Morel, celui là même que les Républicains ont tenté d’éliminer dans le cadre de ce scrutin.

Tous les résultats dans la 1ere circonscription ici.

• 2ème circonscription : Lebon – Fontaine en remake de 2020

Dans la 2ème circonscription, on assistera à un duel de femmes. Karine Lebon (NUPES), députée sortante, s’est qualifiée largement pour le second tour avec 42,89% des voix, démontrant que la dynamique de soutien des maires de Saint-Paul, Emmanuel Seraphin, du Port, Olivier Hoarau, et de la présidente de Région, Huguette Bello a pleinement fonctionné. Ce résultat est tout de même en recul par rapport à 2020 où elle avait obtenu 52% des voix au 1er tour des législatives partielles.

Elle affrontera au second tour la candidate du centre-droit et principale opposante à la municipalité saint-pouloise, Audrey Fontaine qui se qualifie de justesse avec 13,11% des voix, malgré le soutien des Républicains et de la République en Marche. Elle devance de très peu Erick Fontaine, connu pour ses combats en faveur du logement digne des Réunionnais, qui obtient 12,57% des voix.

Audrey Fontaine n’aborde pas ce second tour dans les meilleures conditions. Elle devra redoubler d’effort si elle espère pouvoir renverser la tendance au second tour. En 2020, lors des législatives partielles, elle avait été largement battue par Karine Lebon qui avait recueilli 72% des voix.

Tous les résultats dans la 2ème circonscription ici.

• 3ème circonscription : duel des droites entre Patrice Thien-Ah-Koon et Nathalie Bassire

Dans la 3ème circonscription, Patrice Thien-Ah-Koon, fils d’André Thien-Ah-Koon se qualifie pour le second tour avec 21,68% des voix. Il a pleinement bénéficié des soutiens du maire du Tampon, de celui de Cilaos, Jacques Técher, et de Juliana M’Doihoma, maire de Saint-Louis. Il aborde ce scrutin en position de force.

Il retrouvera sur sa route une autre candidature de droite, celle de la députée sortante Nathalie Bassire (16,74%) qui réussit l’exploit de se hisser sans le soutien des Républicains qui l’avaient lâchée dans le cadre de ce scrutin. La tâche s’annonce difficile mais pas impossible pour Nathalie Bassire. Elle pourra s’appuyer sur son bilan pour tenter de convaincre les électeurs.

Alexis Chaussalet (NUPES) échoue de justesse avec 16,57% des voix. Il peut nourrir quelques regrets, payant très certainement la division à gauche et notamment les candidatures de Jean-Jacques Vlody (6,10%) et de Remy Bourgogne (3,37%), qui ont certainement rogné dans les réserves d’Alexis Chaussalet.

Tous les résultats de la 3ème circonscription ici.

• 4ème circonscription : David Lorion (LR) en ballotage défavorable face à Emeline K’Bidi

Dans la 4ème circonscription, David Lorion, le député sortant, s’est qualifié pour le second tour avec 32,48% des voix. Soutenu par Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre, et Serge, maire de Petite-Ile, David Lorion a pu bénéficier d’une dynamique qui lui est favorable sur ces territoires mais aborde ce second tour en ballotage défavorable

En effet, c’est la candidate de la NUPES Emeline K’Bidi qui termine en tête de ce premier tour avec 36,11% des voix. Cette dernière, soutenue par Patrick Lebreton, maire de Saint-Joseph, a fait le plein sur cette commune (63%),

David Lorion n’aborde pas ce second tour dans les meilleures conditions, tandis qu’Emeline K’Bidi va certainement tenter de s’appuyer sur un vote de défiance vis-à-vis du président de la République pour espérer combler son retard au second tour, le député sortant ayant, durant cette campagne, eu un discours moins virulent vis-à-vis d’Emmanuel Macron.

La participation au second tour, et la capacité des deux camps à mobiliser pourrait avoir un rôle décisif dans la victoire de l’un ou l’autre camp.

Tous les résultats de la 4ème circonscription ici.

5ème circonscription : Ridwane Issa défie Jean-Hugues Ratenon

Dans la 5ème circonscription, Jean-Hugues Ratenon (NUPES) s’est logiquement qualifié pour le second tour avec 36,38% des voix. Député sortant et candidat de l’union de la gauche, sa qualification n’est pas vraiment une surprise et il aborde ce second tour avec une large avance vis-à-vis de ses poursuivants.

Il y a avait beaucoup de suspense concernant le nom du candidat qui affronterait Jean-Hugues Ratenon. Il s’agira finalement de Ridwane Issa (Banian) qui a recueilli 16,69% des voix, devant Stéphane Fouassin (14,62% des voix) soutenu par les Républicains, et Laurent Virapoullé (13,34% des voix) investi par la République en Marche, un score extrêmement décevant pour ce dernier qui se disputait cette investiture avec le candidat soutenu par Patrice Selly, maire de Saint-Benoît.

A voir maintenant quelles traces laisseront ces divisions pour le second tour et si Ridwane Issa arrivera à faire le plein des voix du centre et de la droite au second tour. Si Jean-Hugues Ratenon aborde ce scrutin en ballotage favorable mais la victoire n’est pas encore acquise pour le député sortant.

Tous les résultats de la 5ème circonscription ici.

• 6ème circonscription : la bataille surprise des " frères ennemis " Frédéric Maillot et Alexandre Laï Kan Cheong

Dans la 6ème circonscription, les électeurs devront départager Frédéric Maillot, soutenu la NUPES et ancien membre du parti Croise et Oser (23,88% des voix) et Alexandre Laï Kan Cheong, l’actuel leader du parti Croire et Oser (16,99% des voix).  

Les deux " frères ennemis " se retrouveront donc pour un duel au sommet et totalement indécis dans le cadre de ce second tour. En effet, en l’absence de candidat de droite le 19 juin prochain, il est difficile d’anticiper le report des voix de droite dans cette circonscription. Difficile également d’anticiper les reports de voix de gauche puisque l’investiture de Frédéric Maillot était contestée, notamment par Monique Orphé (11,05%) et Nadine Gironcel Damour (11,02%).

L’union de la gauche parviendra-t-elle à se retrouver derrière Frédéric Maillot ou les voix vont-elles se disperser entre les deux finalistes ? Que vont faire les électeurs des autres candidats, notamment ceux d’Eric Leung qui a obtenu 14,35% des voix ? Rien n’est joué dans cette circonscription où la bataille s’annonce palpitante.

Tous les résultats de la 6ème circonscription ici.

• 7ème circonscription : retour réussi de Thierry Robert, qui affrontera Perceval Gaillard

C’était la grande attraction de ce 1er tour dans la 7ème circonscription, celui d’un retour de Thierry Robert au premier plan politique. Pour l’instant son pari est réussi puisque l’ancien député-maire est arrivé en tête de ce scrutin avec 24,53% des voix. Il tentera de retrouver le 19 juin prochain le siège de député qu’il avait dû abandonner en juillet 2018 pour manquement à ses obligations fiscales.

Il retrouvera sur son chemin Perceval Gaillard, le candidat de la NUPES qui parvient à se hisser au second tour avec 20,82% des voix.

La tâche n’était pas aisée pour les deux hommes puisqu’ils devaient aussi faire face à d’autres candidatures de poids, celle d’Hélène Coddeville (LaRem) qui ne parvient pas à rattraper les deux qualifiés avec 8,79% des voix, tout comme Johan Guillou pourtant soutenu par les maires de Saint-Louis, Juliana M’Doihoma, et Mathieu Hoarau, maire de l’Etang-Salé (13,57% des voix).

Si c’est un retour gagnant, pour Thierry Robert, reste à voir quelle sera l’attitude de l’électorat pour ce second tour, tout comme celui des maires de ces territoires. Thierry Robert leur a d’ores et déjà fait un appel du pied, même à Bruno Domen, maire de Saint-Leu, avec qui les relations se sont refroidies ces dernières années. Rien n’est donc gagné pour l’ancien député-maire qui entame désormais une nouvelle élection.

Tous les résultats de la 7ème circonscription ici

- Le pari gagnant de la gauche -

En permettant à 6 de ses 7 candidats de se qualifier pour le second tour, la NUPEs a clairement réussi son pari à l’échelle du territoire.

Ce résultat profite avant tout à Huguette Bello qui a été à la manette des investitures, parfois au prix de déchirements et divisions. La qualification au second tour de Frédéric Maillot illustre parfaitement ce pari gagnant alors que la tâche s’annonçait extrêmement difficile avec deux autres candidats de gauche de poids, Monique Orphe (PS) et Nadine Gironcel Damour (PCR). Autre exemple de pari gagnant, la qualification de Perceval Gaillard pour le second tour face à Thierry Robert, alors que son investiture NUPES avait été contestée en interne durant la phase des pourparlers.

Les qualifications de Philippe Naillet, Jean-Hugues Ratenon, de Karine Lebon et de Emeline K’Bidi paraissent plutôt logiques, ces candidats ayant bénéficié d’une dynamique d’union de la gauche sur leur circonscription respective.

La gauche pourra nourrir quelques regrets dans la 3ème circonscription où Alexis Chaussalet est éliminé de justesse, payant la division de la gauche sur cette zone.

La NUPES aborde ce second tour avec confiance, d’autant plus que les résultats du 1er tour des présidentielles avaient clairement penché pour Jean-Luc Mélenchon. La gauche réunionnaise tentera de surfer sur cette dynamique pour tenter d’améliorer ses résultats de 2017 où elle avait remporté 3 sièges de députés.

- La République en Marche en déroute -

A l’inverse de la dynamique de la NUPES, La République en Marche s’est totalement effondrée lors de ce premier tour, ne parvenant à qualifier qu’Audrey Fontaine, candidate soutenue par LR et LREM, pour le second tour.

Laurent Virapoullé, Bachil Valy, Eric Leung et Hélène Coddeville sont quant à eux éliminés dès le 1er tour. Il semblerait que l’étiquette LREM ait davantage été un boulet plutôt qu’un vecteur de dynamique positive pour ces candidats. On peut notamment l’illustrer avec l’élimination sèche de Laurent Virapoullé, alors qu’il se disputait l’investiture LaRem avec Ridwane Issa, le candidat qui s’est pour sa part qualifié pour le second tour.

Comme pour la présidentielle, le parti d’Emmanuel Macron ne parvient clairement pas à décoller, faisant craindre un vote sanction au second tour pour les candidats qui s’apparenteraient de près ou de loin à la majorité présidentielle, ce qui va certainement amener la candidate qualifiée à essayer de se détacher du pouvoir.

- Les Républicains sauvent les meubles -

Les Républicains parviennent à sauver les meubles avec deux candidats qualifiés pour le second tour, David Lorion et Audrey Fontaine. Stéphane Fouassin est éliminé, tout comme Murielle Sisteron qui paye certainement son peu d’ancrage dans la 1er circonscription et la présence de Jean-Jacques Morel dans ce scrutin.

Ce résultat reste malgré tout décevant pour le parti de Michel Fontaine qui risque de ne plus avoir de représentant réunionnais à l’Assemblée nationale à l’issue du second tour, David Lorion abordant ce scrutin en ballotage défavorable, tout comme Audrey Fontaine.

- Des records pour le Rassemblement National -

Comme à chaque élection locale, le Rassemble National n’a pas eu les résultats du même niveau que les élections nationales. Néanmoins, les candidats ont enregistré des scores record, en progression par rapport aux précédents scrutins, permettant au parti d’extrême droite de se créer une véritable base électorale à La Réunion.

Ainsi, Gaëlle Lebon frôle la qualification pour le second tour dans la 1ère circonscription avec 13,04% des voix, Michelle Graja engrange 8,19% des voix dans la 2ème circonscription, dans la 3ème circonscription, Didier Hoareau enregistre 13,62% des voix, dans la 4ème circonscription Annie Claude Boucher obtient 10,54% des voix, Marie-Luce Brasier Clain recueille 9,01% des voix dans la 5ème circonscription, Valérie Legros comptabilise 8,78% des voix dans la 6ème circonscription, enfin, Jonathan Rivière obtient 8,23% des voix dans la 7ème circonscription.


Ces scores sont malgré tout bien loin de ceux de Marine Le Pen qui, au premier tour des présidentielles, avait recueilli 24,73% des voix. Plusieurs raisons expliquent ce résultat. D’abord, ces candidats n’ont pas le même charisme et la même visibilité que Marine Le Pen. De plus, leur campagne a été extrêmement discrète, ne leur permettant pas véritablement de conquérir l’électorat réunionnais.

Cette dynamique asymétrique confirme tout de même que le vote en faveur de Marine Le Pen lors des présidentielles est davantage un vote de contestation plutôt qu’un vote d’adhésion aux idées du Rassemblement National.

Cela reste une réserve de voix non négligeable que tous les finalistes vont tenter de conquérir, sachant que ces voix ont de fortes chances de se disperser, voire de se réfugier dans l’abstention, le vote nul ou blanc.

- L’abstention au rendez-vous -

Une fois de plus les Réunionnais se sont peu rendus aux urnes pour ce premier tour. Le taux d’abstention s’envole comme en 2017 à 71,51% contre 68,28%u premier tour des législatives il y a 5 ans.

Plusieurs raisons pour expliquer cette tendance. D’abord la multiplicité des candidatures provoquant une perte de repères des électeurs, d’autant plus dans un contexte où le débat d’idées semble assez faible. Les divisions, tant à droite qu’à gauche ont certainement aussi conforté l’envie de certains Réunionnais de ne pas se rendre aux urnes.

Par ailleurs, comme il a été identifié déjà depuis plusieurs scrutins, la fracture entre la population et les politiciens locaux ne cesse de grandir, créant de fait ce désenchantement démocratique qui s’exprime par l’abstention, mais aussi par le vote blanc et nul.  

www.ipreunion.com / [email protected]

   

10 Commentaire(s)

Direction la graisse , Posté
Nena un y sava une deuxième fois à la retraite et i sa va faire huile d'olive. Si li peu ramene demi la route avec lui.
Tout sauf Lorion , Posté
Lorion à été prétentieux et irrespectueux à la TV hier. Il faut lui remettre à sa place et le virer de l'assemblée nationale. Encore un autre qui roule en missouk pour Macron. Y fo donne Lorion son lotion. .... rest trankil.
Les électeurs décident , Posté
Dans la 5 ème circonscription les électeurs ont viré le fils de .... et le cumulard des hauts. Il reste maintenant à s'occuper du banian issa le soutien de Macron dans l'est. Tout sauf Issa. Issa perdre.
Issa perdre, Posté
Issa perdre. I soutien macron. Banian cariate noy veu pas.
Missouk, Posté
Comment VLODY et BOURGOGNE ont pu faire cela à la gauche et du coup saborder l'union des gauches au TAMPON' Inadmissible. Comment Mme BELLO va-t-elle accepter que Mr TECHER, 7e vice-président de la REGION, Maire de CILAOS, ait permis à l'une de ses co--listières de se présenter en binôme avec Mr THIEN AH KOON ' Il va y avoir du retour de bâtons ! Quant à Mr LORION, qui l'a joué un peu grande g... sur l'antenne de Réunion la 1ère, il se pourrait bien que Mme K/BIDI lui fasse ravaler ses méchancetés au 2e tour! Quand on se dit LR, qu'on répète à tout va qu'on sera dans l'opposition, mais qu'en ... missouk, on fraye avec LREM, pas sûr que les électeurs cautionneront ce "mangé cochon".
Législatives 2022, Posté
Pas sûr au second tour pour les pro melenchon
EVE, Posté
'''' La coalition de gauche menée par Jean-Luc Mélenchon (Nupes) a réalisé une percée spectaculaire ce dimanche 12 juin aux élections législatives, lui permettant d'être au même niveau que le camp macroniste et d'espérer priver Emmanuel Macron de majorité absolue à l'Assemblée nationale. Le Nouvel OBS
Jo974, Posté
Et malheureusement cela profite aux extrémistes. Réveillez vous
Comme de rien était..., Posté
Voter n'est pas obligatoire. Si une personne veut soutenir autre thèse, libre à elle. En tout cas, La France ce n'est pas L'Australie (du jour au lendemain, là-bas, on est passé de moins de 50% de participation à plus de 90%..., dans l' entre-deux guerre!) ni La Belgique ou Le Brésil ou de dès, 16 ans on compte pour élire, L'Iran (à partir de 15 ans, on peut s'exprimer dans l'urne...).Cependant, il faut avoir la décence de comprendre que nos représentants n'ont plus de crédibilité ni de légitimité...Il faut absolument revoir notre mode d'élection. Je préconise de mettre tous les noms des candidats sur une même feuille, et laisser la possibilité aux électeurs de cocher au maximum 4 noms, avec l'option de choisir et en même temps d'éliminer au maximum 3 candidats indésirables...La personne déclarée élue est celle qui aura obtenu le plus de croix, déduction éventuelle des croix " rouges" (élimination).Mme Dindar et beaucoup de politiciens n'ont rien compris...jusqu'à hier !On ne peut obliger une personne de vous aimer ni de voter (pour qui que ce soit) et pas même travailler...
Sini doit rire , Posté
Fontaine Audrey qui a du mal a faire 12 % dans la circonscription, Sinimale doit rire. En fait c'est une erreur de casting une fois de plus. Katine LEBON est largement au dessus et bien meilleure.