Des records battus d'année en année :

Abstention : que fera-t-on quand plus personne n'ira voter...


Publié / Actualisé
"Nouveau record d'abstention" : cette annonce revient à chaque élection, et devient un triste marronnier dans le paysage médiatique. A La Réunion, plus de 71% des électeurs ne se sont pas rendus aux urnes, soit près d'une personne sur quatre. Les duels choisis pour s'affronter lors du second tour sont donc loin de représenter l'ensemble de la population. Un score qui confirme le désamour des habitants pour la politique, et dont les élus semblent bien peu se préoccuper. (Photo rb/www.ipreunion.com)
"Nouveau record d'abstention" : cette annonce revient à chaque élection, et devient un triste marronnier dans le paysage médiatique. A La Réunion, plus de 71% des électeurs ne se sont pas rendus aux urnes, soit près d'une personne sur quatre. Les duels choisis pour s'affronter lors du second tour sont donc loin de représenter l'ensemble de la population. Un score qui confirme le désamour des habitants pour la politique, et dont les élus semblent bien peu se préoccuper. (Photo rb/www.ipreunion.com)

Choc ce dimanche soir à l'annonce du fort taux d'abstention à l'issue du premier tour des législatives. En France le record est battu et culmine à 52,3%. A La Réunion il est de… 71,51%. Plus de sept personnes sur dix n'ont pas voté.

En 2017 déjà, nous parlions, surpris, d'une abstention "record" sur l'île avec 65,31% électeurs ne s'étant pas rendus aux urnes. Ce taux est maintenant dépassé de très loin.

Pendant combien d'années encore parlerons-nous de nouveaux records ? Quand seul un électeur sur dix ira voter, comment réagirons-nous ?

- De la responsabilité des politiques -

Sur les plateaux télé c'est donc le regard dur, l'expression grave et sur un ton solennel que les candidats ou soutiens de candidats ont toutes et tous tenu à dire leur désolation en constatant ce score. Pour les anti-Macron, c'est une réaction de colère, à l'encontre du gouvernement. Très vite, certains n'hésitent pas à s'en saisir pour préparer la campagne du second tour.

Mais au-delà des récupérations politiques, force est de constater que les gens n'ont plus envie de voter, et encore moins pour leurs députés. C'est une révolte silencieuse, qui ne se fait pas dans la rue, mais au contraire en restant chez soi. "Déferlez dans les bureaux de vote" a demandé Jean-Luc Mélenchon pour le second tour prévu dimanche. Plutôt qu'un déferlement, c'est en refusant de bouger que les Français ont exprimé leur mécontentement.

Pourtant aucun élu ne semble véritablement vouloir prendre le problème à bras le corps. Chacun y va de son analyse et les experts se succèdent sur les plateaux mais malgré la répétition de ce triste ballet tous les cinq ans, rien ne change.

- Dur de choisir -

Certains électeurs ont pointé du doigt un choix difficile à faire dans l'isoloir, face à la multitude des candidatures. A La Réunion, l'alliance des gauches n'a pas très bien fonctionné. Libre de procéder comme ils voulaient, les territoires ultramarins n'ont pas nécessairement suivi l'élan impulsé au national avec la création de la Nupes. Quelle que soit la couleur politique finalement, chacun a tenu à se maintenir. En tout ce sont 92 candidates et candidats qui se sont présentés sur l'île, sur nos sept circonscriptions.

C'est la beauté de la démocratie diront certains (surtout les candidats). Mais face à une quinzaine de bulletins, les électeurs n'ont pas toujours su qui choisir. Et ont donc préféré s'abstenir.

Il en va aussi de la cohérence stratégique : lorsque l'on défend un renouvellement de l'Assemblée nationale, il faut s'en donner les moyens. Quitte à accepter de se mettre en retrait pour donner plus de force et de poids à des programmes similaires. En somme, oublier les batailles d'egos pour se concentrer sur les idées.

- Une leçon (peut-être) -

Quoi qu'il en soit, cette élection est une leçon. Moins connus (et peut-être moins médiatisés ?) que les candidats de la présidentielle, ou même des municipales, les prétendants de l'hémicycle n'ont pas attiré les électeurs dans les bureaux de vote. Boudés, nos futurs hypothétiques députés ont été départagés lors du premier tour par un quart de la population réunionnaise. C'est loin, très loin, d'être représentatif.

Il faudra faire avec cependant et les tendances s'annoncent semblables pour le second tour. Pourtant ce sont bien les députés qui votent nos lois et l'enjeu cette année est plus que jamais crucial alors que la majorité présentielle est mise en difficulté par la gauche. Au coude à coude, la Nupes et Ensemble sont dans un mouchoir de poche.

La présence ou non des électeurs dans les bureaux de vote peut donc faire basculer l'hémicycle d'une couleur à une autre. Notre mobilisation le 19 juin est capitale et il en va de nos lois, notre avenir, notre pays. Et c'est cela, et rien d'autre, que chacun devrait mettre en avant.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

7 Commentaire(s)

LadiLafé, Posté
Parmi toutes les personnes qui ont un appareil connecté, je me demande qui ne connait pas Shahrukh Khan et qui connaissaient le zelinsky 'Et pourtant, ce petit zelinsk' est en train de dicter à la France ce qu'elle doit faire, de dicter à l'Europe ce qu'elle doit faire, de dicter aux USA ce qu'ils doivent faire.C'est terrible de le voir gronder macron, déjà que beaucoup de français le voit comme le gamin de Brigitte, si en plus, le clown- président s'amuse à l'humilier, je comprends ceux qui ont honte de leur France.
À quoi servent le sénat et l'assemblée ', Posté
Nous sommes dans un régime présidentiel , les élus des deux chambres ne servent pas à grand chose d'une part et de l'autre elles ne représentent pas la population française !On nous rabâche sans relâche jusqu'à la nausée les notions d'inclusivité de représentation des minorités, de justice !Alors que l'électorat du rassemblement national que compte près de 30% des électeurs français ne sont pas ou prou visible ! Sont ils des sous français '
Philo974, Posté
Ça signifiera la révocation de tous les élus de la République, qui seront chassés de leurs trônes à l'image d'une certaine révolution historique...mais sans la guillotine.
Jose, Posté
Il y aura toujours les employés communaux qui iront voter, ils y sont obligés !
Jean Philippe Desby (NSR), Posté
Nous vivons, certes, en France dans un régime de représentation, on appelle ça la démocratie : le pouvoir appartient au peuple... C'est "beau", chaque citoyen, je ne dis pas forcément et d'emblée électeur, dispose d'un pouvoir, et sans son vote personne ne peut être élu. Par exemple, on est tous appelés à voter pour des députés, pour les sénateurs c'est un mode d'élection très différent, et une fois élu (au suffrage universel), chaque député représente la nation française tout entière. Au sein de l'Assemblée nationale, on a des groupes politiques censés refléter la ligne des partis politiques et/ou le programme défendu et porté par tel ou tel autre parti politique..., et chaque citoyen se reconnaît plus ou moins dans ces programmes et/ou idéologies qui sous-tendent ces partis politiques. Là où le bât blesse, c'est que dans réalité ce n'est pas aussi simple ou claire que cela!Une fois élue, la personne, le ou la député(e) bien souvent "change" au gré des circonstances, et parfois devient inaccessible, et estime même qu'il ou elle n'a plus besoin d'échanger avec les électeurs de sa circonscription... Avec les moyens modernes de communication : c'est très facile de débattre avec toutes les personnes sur n'importe quel sujet ou problématique inhérente à notre société, pays, nation.Dans l'Assemblée nationale, les choses se compliquent aussi très vite... On ne fait pas le cow boy ou le Zorro et pas même le Robin des bois là-bas !Un député ça vote des lois, mais le plus important, il se doit d'opérer en permanence un contrôle soutenu et entier sur l'action du gouvernement, sur les activités des membres de notre gouvernement ! Le font-ils' Moi, je connais un peu la réponse...D'ailleurs, le gouvernement français est responsable devant l'Assemblée nationale. Les députés, au moins 60 d'entre-eux, sur les 577, peuvent également introduire des projets de loi.Là, pareil, quand est-ce que ça arrive ' Pratiquement jamais... C'est le gouvernement qui conserve la main, surtout quand il a une jolie et belle majorité, plus de 289... En vérité, il n'y a malheureusement plus de séparation des pouvoirs en France, depuis fort longtemps. Il y a effectivement un vrai problème de fond en France : c'est avant tout notre mode d'élection à scrutin majoritaire à 2 tours. Celui-ci est dépassé et ne correspond plus aux attentes de la population. Il faudrait le revoir et par exemple faire l'expérience d'un vote qui permet à la fois et en même temps de choisir et d'éliminer un ou plusieurs candidats (notamment les candidatures qui nous paraissent inappropriées, indésirables voire dangereuses...). On met tous les noms sur une même feuille, et on permet à chaque électeur de cocher 4 cases en face de ces noms, et aussi d'éliminer au maximum 3 candidats. Le vainqueur est la personne qui aura reçu plus de proposition (déduction éventuelle des votes négatifs). Cela me semble qui en interaction avec la population, et beaucoup plus juste. Le système actuel est très imparfait, l'électeur potentiel ne s'y retrouve plus/pas. Il préfère s'abstenir que de continuer de jouer à ce jeu de dupe. D'ailleurs, on perd aussi en qualité de candidature... Et, les partis ne font plus trop d'effort pour écrire un vrai projet de société. La France s'enfonce un petit peu plus à chaque échéance électorale, y compris pour la présidentielle...Pour être électeur, un bon, un connaisseur, cela demande aussi un investissement personnel pour cerner et comprendre le fonctionnement de nos institutions. L'instruction civique vole très bas dans nos écoles du 1er et second degré. Tout ça n'est pas le fruit du hasard...Actuellement, c'est toujours le clientélisme qui a le vent en poupe..., et plus ou moins tout le monde instrumentalise et/ou manipule tout le monde...pour le plus souvent des intérêts personnels. La démocratie, la vraie, ce n'est pas ça. À La Réunion, une partie de la population vit sous le seuil de pauvreté, 50% gagnent moins de 1 290 euro par mois. Les politiques devraient s'attaquer à ça, au lieu de tergiverser en permanence. La politique, ce n'est pas un jeu.
Nuit tranquille, Posté
Bonjour ce n'est pas pas très clair ca ne peut pas etre à la fois 7 sur 10 et 1 sur 4 ! Ce n'est pas possible.
Mr boyo, depuis son mobile , Posté
Qui sème le vent récolte la tempête ! A quoi sert-il de votée quand en fin compte bones. ou pas voulues les réformes finissent par passer(49/3)