Elections :

Législatives : grand chelem pour la gauche unie, Nathalie Bassire garde son siège


Publié / Actualisé
Une vague rouge a déferlé sur La Réunion ce dimanche 19 juin 2022 à l'occasion du second tour des législatives. En effet, la Nouvelle Populaire, Ecologique et Sociale (Nupes) a fait un grand chelem avec 6 députés élus sur 6 candidats en lice, à savoir Philippe Naillet, Karine Lebon, Emeline K/Bidi, Jean-Hugues Ratenon, Frédéric Maillot et Perceval Gaillard. La gauche réussit ainsi son pari de l'union. En face, la droite est en totale déroute, ne parvenant à ne faire gagner ni David Lorion, ni Audrey Fontaine, ni Patrice Thien-Ah-Koon défait par une Nathalie Bassire bien esseulée. Thierry Robert rate quant à lui son retour politique mais a déjà les yeux rivés sur 2026 et les municipales à Saint-Leu. L'abstention demeure la grande gagnante de ces élections avec 65,32% des Réunionnais qui ont boudé les urnes (Photo rb/www.ipreunion.com)
Une vague rouge a déferlé sur La Réunion ce dimanche 19 juin 2022 à l'occasion du second tour des législatives. En effet, la Nouvelle Populaire, Ecologique et Sociale (Nupes) a fait un grand chelem avec 6 députés élus sur 6 candidats en lice, à savoir Philippe Naillet, Karine Lebon, Emeline K/Bidi, Jean-Hugues Ratenon, Frédéric Maillot et Perceval Gaillard. La gauche réussit ainsi son pari de l'union. En face, la droite est en totale déroute, ne parvenant à ne faire gagner ni David Lorion, ni Audrey Fontaine, ni Patrice Thien-Ah-Koon défait par une Nathalie Bassire bien esseulée. Thierry Robert rate quant à lui son retour politique mais a déjà les yeux rivés sur 2026 et les municipales à Saint-Leu. L'abstention demeure la grande gagnante de ces élections avec 65,32% des Réunionnais qui ont boudé les urnes (Photo rb/www.ipreunion.com)

• 1ère circonscription : Philippe Naillet réélu

Dans la 1ere circonscription, Philippe Naillet l’emporte face à Jean-Jacques Morel avec 60,68% contre 39,32% pour son le candidat de droite.

S’il est réélu, c’est la première fois que le candidat socialiste l’emporte sur son propre nom, puisqu’il avait succédé à Ericka Bareigts en 2020 suite à sa démission pour non cumul de mandat. Ce résultat est rassurant pour la municipalité qui a pu compter ses forces alors que la dynamique semblait pencher à droite lors des derniers scrutins.

Pour Jean-Jacques Morel, la défaite reste honorable. En effet, l’avocat avait réussi à se hisser au second tour sans le soutien des Républicains 974. Une fois ce score digéré, la droite dionysienne devra néanmoins mener une réflexion sur son avenir avec plusieurs chantiers : retrouver l’unité sur le territoire et se trouver un leader capable de battre l’appareil municipal dans 4 ans.

Cette défaite de la droite pourrait ouvrir le champ à Didier Robert qui, malgré son silence depuis sa défaite aux régionales, demeure un observateur attentif de la vie politique locale et se cherche très certainement un terrain où atterrir une fois sa peine d’inéligibilité purgée.

• 2ème circonscription : Karine Lebon l’emporte très  largement

Elle abordait ce second tour en posture confortable. Karine Lebon a réussit à transformer l’essai ce 19 juin en l’emportant très largement face à Audrey Fontaine. Elle recueille 69,4% des voix contre 30,6% pour son adversaire. C’est un score légèrement en recul par rapport à 2020 où la candidate NUPES avait obtenu 71,96% des voix face à la même opposante.

La députée réélue a fait le plein dans les 3 communes du territoire, à savoir la Possession (66,73%), Saint-Paul (66,64%) et Le Port (77,87%).

• 3ème circonscription : la grosse performance de Nathalie Bassire

En ballotage défavorable au moment d’aborder le second tour, Nathalie Bassire a réussi à renverser Patrice Thien-Ah-Koon en l’emportant avec 51,87% des voix contre 48,13% pour son adversaire. C’est une immense performance pour la députée réélu. D’une part, car elle n’a pas bénéficié du soutien des Républicains 974, contrairement à 2017. D’autre part, la majorité des maires des territoires concernés étaient tous opposés à Nathalie Bassire, à savoir André Thien-Ah-Koon (Le Tampon), Juliana M’Doihoma (Saint-Louis) et Jacques Técher (Cilaos).

Malgré tout, Nathalie Bassire l’emporte à Saint-Louis (51,81%) et surtout au Tampon où elle recueille 51,91% des voix.  Le résultat à l’Entre-Deux où Nathalie Bassire termine en tête avec 63,6% des voix peut laisser penser que Bachil Valy n’a pas digéré le fait qu’André Thien-Ah-Koon ait poussé son fils sur cette circonscription, précipitant l’élimination du référant local de LREM au 1er tour.

• 4ème circonscription : Saint-Joseph fait gagner Emeline K/Bidi

Abordant ce second tour en ballotage défavorable, David Lorion n’a pas réussi à inverser la tendance. Il a été largement battu par Emeline K/Bidi qui l’emporte avec 61,33% des voix contre 38,67% pour son adversaire.

David Lorion n’a même pas pu compter sur Saint-Pierre où il est battu par son adversaire qui recueille 52,77% des voix. Saint-Joseph a clairement porté la victoire de la nouvelle députée de La Réunion. Outre un taux de participation supérieure à la moyenne (47,69%), les Saint-Josephois ont massivement voté en faveur de l’adjointe de Patrick Lebreton, recueillant 10 967 voix contre 3004 pour son adversaire, soit près 8000 voix d’écart. S’ajoute le bon score d’Emeline K/Bidi à Petite Ile où elle recueille 58,91% des voix.

C’est bien sûr une défaite importante pour Michel Fontaine qui devra très rapidement se pencher sur les causes de ce résultat et la construction de l’avenir, en vue notamment des municipales de 2026.

• 5ème circonscription : Jean-Hugues Ratenon réélu dans un fauteuil

Dans la 5ème circonscription, Jean-Hugues Ratenon (NUPES) garde son siège. Il l’emporte très largement avec 62,81% des voix, face à Ridwane Issa (Banian) qui recueille 37,19% des voix. Il n’a pas pu refaire son retard de près de 20 points au 1er tour. Pire, il a même été battu à Saint-Benoît où il recueille 45,46% des voix contre 54,54% pour le député réélu.

Victoire aussi à Bras-Panon avec 68,17% des voix en faveur de Jean-Hugues Ratenon, ce qui est un signal inquiétant pour le maire, Jeannick Atchapa, dont le leader de la France Insoumise est l’un des principaux opposants. Même succès à Saint-André où il recueille 64,90% des voix. Même à Sainte-Rose, terre macroniste, Jean-Hugues Ratenon l’emporte très largement avec 73,25% des voix

• 6ème circonscription : Frédéric Maillot fait son entrée à l’Assemblée Nationale

Dans la 6ème circonscription se jouait le match du renouveau politique entre Frédéric Maillot (NUPES) et Alexandre Lai Kai Chéong (Croire et Oser). Le match a tourné en faveur du premier qui l’emporte avec 51,95% des voix contre son adversaire et ancien allié politique qui engrange 48,05% des voix.

C’est une défaite plus qu’honorable pour " Alek " qui ne bénéficiait du soutien d’aucun appareil politique contrairement à Frédéric Maillot qui était soutenu par la NUPES, la présidente de Région Huguette Bello mais aussi par Ericka Bareigts et Maurice Gironcel au second tour. Le score du leader de Croire et Oser à Sainte-Suzanne (54,36%) est tout de même un sérieux coup de semonce pour le maire de la commune.

Frédéric Maillot fera donc sa grande entrée dans l’Assemblée Nationale.

• 7ème circonscription : Perceval Gaillard bat Thierry Robert

Dans la 7ème circonscription, Thierry Robert rate son retour. Il est défait par Parceval Gaillard qui recueille 51,24% des voix contre 48,76% pour son adversaire. Cette victoire vient parachever le grand chelem de NUPES qui réussit à faire élire 6 députés sur 6 candidats qualifiés au second tour.

Pour Thierry Robert, c’est un échec, lui qui avait fait de ces législatives une rampe de lancement de son retour politique. Il paye très certainement son passif, celui de sa condamnation en 2018, mais aussi de ses frasques alors qu’il était député. Certains de ses soutiens peuvent aussi avoir eu l’effet inverse, loin de rassembler les électeurs, jouer un rôle de repoussoir, notamment Cyrille Hamilcaro, davantage connu aujourd’hui pour ses déboirs judiciaires que pour son passé politique en tant que maire de Saint-Louis.

Thierry Robert peut se consoler en analysant le score enregistré à Saint-Leu où il l’emporte avec 54,45% des voix, ce qui fait dire à l’ancien député-maire qu’il sera sur la ligne de départ des municipales en 2026 pour tenter de déloger Bruno Domen qui est désormais sa cible principale.

• La vague rouge déferle à La Réunion

Ils étaient 6 candidats NUPES sur la ligne de départ de ce second tour. Ils ont tous réussi à être élus, donnant à ce scrutin à La Réunion la vision d’une vague rouge qui a déferlé sur l’île. On peut en retirer plusieurs enseignements.

D’abord,  l’union de la gauche a été la bonne stratégie pour ces législatives. Surfant sur la dynamique du 1er tour des présidentielles, la gauche réunionnaise ne s’y est pas trompée en se retrouvant malgré quelques ratés, notamment dans la 3ème circonscription et l’élimination de justesse d’Alexis Chaussalet.

Comme au 1er tour, outre la victoire des députés élus, c’est aussi la victoire de la présidente de Région, Huguette Bello qui a orchestré avec beaucoup de brio cette stratégie d’union. Avec un 6/6 lors de ce second tour, et des résultats plus que satisfaisants en faveur de Jean-Luc Melenchon aux présidentielles, la patronne de PLR (Pour La Réunion) se positionne comme la chef de file incontournable de la gauche réunionnaise, devant Ericka Bareigts et Jean-Hugues Ratenon.

L’autre enseignement, c’est qu’une fois de plus, ne pas se positionner clairement contre Emmanuel Macron à La Réunion est synonyme de défaite. David Lorion en a fait la douloureuse expérience, tout comme Audrey Fontaine, Patrice Thien-Ah-Koon et Ridwane Issa.

Ce vote peut aussi laisser penser que la dynastie des " fils et filles de " est désormais systématiquement sanctionnée par les électeurs, comme ce fut le cas au 1er tour où Nadine Gironcel-Damour dans la 6ème circonscription et celle de Laurent Virapoullé dans la 5ème circonscription ont été défaits par les électeurs. Même punition pour Patrice Thien-Ah-Koon au second tour dans la 3ème circonscription.

Enfin, à travers ce scrutin, les électeurs ont  clairement fait le choix du renouveau politique en élisant 3 nouveaux députés à l’Assemblée Nationale : Frédéric Maillot, Emleine K/Bidi et Perceval Gaillard. Karine Lebon et Philippe Naillet qui n’ont fait qu’un demi-mandat peuvent légitimement compléter ce tableau. La victoire de Jean-Hugues Ratenon et de Nathalie Bassire vient quant récompenser une certaine droiture et fidélité politique, contrairement aux nombreux arrangements d’arrière cuisine et retournements de veste qu’on a pu voir durant ce scrutin.

• L’abstention toujours à haut niveau

Comme au premier tour, l’abstention atteint encore des recours pour ce second tour même si elle est en baisse par rapport au 12 juin dernier. 34,68% des Réunionnais se sont rendus aux urnes, un nouveau triste record puisqu’ils n’étaient que 40,34% à voter au second tour des législatives de 2017. Sur les 235 166 votants, il faut compter les 10596 bulletins blancs (4,51%) et les 11710 bulletins nuls (4,98%)

Une fois de plus, la crise démocratique s’exprime avec une grande force et les prochaines élections au suffrage universel, les européennes de 2024, ne devraient pas déroger à la règle, ce scrutin ne mobilisant que très faiblement. Le prochain grand rendez-vous démocratique aura lieu en 2026 avec les municipales.

Reste à voir si la classe politique nationale, et locale, saura, durant ce lap de temps, reconquérir la confiance des Réunionnais, ce qui passe notamment par la fin du clientélisme, mais aussi une proximité accrue, et pas seulement en temps d’élection. La cohérence de l’engagement sera aussi certainement scrutée, pour ne pas assister une fois de plus à des postures contradictoires.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

5 Commentaire(s)

Patrick, depuis son mobile , Posté
Dommage pour la 3ème CIRCO,Bello a préféré la "famille" plutôt que le travail de terrain et de proximité.Résultat, Bassire,député fumiste et sans colonne vertébrale,qui a voté comme une girouette pour plaire tantôt à LR,tantôt à LREM est réélue.
La vérité si je mens !, Posté
Dans l'opposition ces 6 élus de gauche auront tout le loisir de réfléchir sur du vent qu'ils ont réussi à vendre. La nupes c'est zéro calebasse à l'arrivée . La gueule de bois pour ces 6 élus
Seule fausse note , Posté
Seul ombre au tableau, bassire. Chaussalet aurait été un.bien meilleur depute pour la reunion. Encore fallait il été uni dans cette circonscription pour 51 voix.
Missouk, Posté
Beau résultat, c'est certain, mais douche froide quand même sur le plan national, surtout après l'annonce de COPPE qui parle de pacte de gouvernance... Une raison de plus d'avoir viré LORION et ROBERT qui étaient prêts à cette ignominie!
Jean Philippe Desby (NSR), Posté
Et, maintenant, qu'allons faire'Nous avons, La Réunion, les Réunionnais, y compris ceux et celles qui n'ont pas pris part à la campagne électorale, etc., nos onze parlementaires (7+4)...Quel est le premier sujet commun sur la table en ce lundi 20 juin, au grand matin ' (revoir la formation des prix et des revenus, la retraite, les pensions actuelles, l'éducation (savoir lire, écrire comprendre ce qu'on lit sur-le-champ, compter, calculer de tête, le français, les mathématiques, les sciences, l'histoire, la géographie, l'instructioncivique, ...), la formation, le foncier, la liaison aérienne, les violences intrafamiliales et sociales, sociétaux, ...)Quelle est notre priorité du moment ' Qu'allons nous dire au nouveau gouvernement aussitôt qu'il sera formé, constitué...' Y seriez-vous ' Quel type de contrôle avez-vous songé pour opérer une surveillance sur l'action de ce gouvernement de crise'Quelle va être la stratégie pour sortir notre île du marasme dans lequel nous vivons depuis fort longtemps (chômage, logement, problème de cohabitation transgénérationnel, énorme difficulté de déplacement : imaginea une minute de votre vie un jeune de 20 ou 21 ans qui habite Sainte-Anne ou bien La Coline Camélias et qui doit aller prendre son travail de pompiste à Beauséjour à 5 h 00 du matin ce matin et qui parfois finit à 20 h 00 le soir, et qui n' a pas de voiture, ou encore l'étudiante dont les parents n'ont pas pu payer un logement sur le Moufia, par exemple...)'J'espère que vous savez dans quoi vous êtes à présent en charge et engager. La population vous attend, vous avez beaucoup parler ces derniers jours, maintenant c'est l'heure d'agir, le temps de l'action et surtout des actes.