Parcours du chorégraphe Eric Languet :

Itinéraire d'un danseur de La Réunion


Publié / Actualisé
Depuis plusieurs années, Eric Languet (46 ans) fait l'actu de la danse contemporaine locale à travers ses créations. De Wellington au Port, en passant par Paris, chacune de ces nouvelles pièces fait l'événement. Portrait très personnel d'un artiste d'aujourd'hui.
Depuis plusieurs années, Eric Languet (46 ans) fait l'actu de la danse contemporaine locale à travers ses créations. De Wellington au Port, en passant par Paris, chacune de ces nouvelles pièces fait l'événement. Portrait très personnel d'un artiste d'aujourd'hui.
Il était une fois à La Réunion, un petit homme qui voulait devenir danseur. Il ira se former loin de chez lui, en région parisienne puis en Nouvelle-Zélande. Le Ballet Royal l'accueillera pendant des années, si bien qu'il prendra la nationalité de Kiwis avant de revenir dans notre île en 1999. Ici, il fonde la compagnie Danses en l'R.

Eric Languet formera dans son sillage, entre autres, Soraya Thomas, Nelly Romain et Charlie Valcares. Les deux derniers divorcent de la compagnie en 2008. L'une pour suivre l'aventure danse contemporaine de son côté, l'autre pour aller en métropole pratiquer " un vrai métier ", cédant ainsi à la pression parentale... Ses remous n'enlèvent rien à la qualité du travail du chorégraphe.

Comme ses pairs - Valérie Berger, Pascal Montrouge, Yun Chane -, il invente la danse contemporaine réunionnaise. Celle qui se joue dans les salles, devant un public parfois clairsemé et souvent clair de peau. La danse contemporaine effraie et rebute, surtout ceux pour qui payer pour un spectacle ne fait pas encore partie des m?urs. Alors, Danses en l'R va chercher le public là où il est. A l'instar de Cyclone Production, Le Séchoir, le festival de contes de Joinville et en ce moment Yun Chane et Sakidi dans les quartiers de Saint-Denis, la compagnie multiplie les actions " hors les murs ", sort des théâtres pour aller à la rencontre des spectateurs potentiels dans leurs lieux de vie. Eric Languet a d'ailleurs de grandes ambitions pour La Réunion - moins pour lui, dit-il. Il veut créer une maison de la danse, histoire d'aller un peu plus loin dans la formation de jeunes professionnels.

Mieux encore, la compagnie ouvre ses créations " à ceux qui ne sont pas invités au bal ". C'est ainsi qu'Eric évoque les gros et les handicapés. C'est comme ça qu'avec Adam Benjamin et Jo Parkes, il est allé faire danser des enfants handicapés. C'est aussi comme ça que Marie-Anick Moinache, une jeune femme obèse, se retrouve dans " Carnets de bord ". Une dame au physique massif en soutien-gorge sur scène, ça peut déranger Tant mieux, la danse contemporaine n'a pas pour vocation de laisser les gens à l'aise dans leur fauteuil de théâtre, mais de les remuer de l'intérieur. Sur scène, il est d'ailleurs souvent question de mort, de blessure, d'intimité, de sexualité. Ainsi, " Faux Ciels " met en scène des danseuses allant racoler le spectateur afin de l'entraîner dans une cabine pour un solo de danse, seul à seul.

Au-delà du côté sombre de certaines de ses créations, Eric Languet sait parfois mettre un peu de légèreté dans son travail. " Chemins faisant " s'adresse ainsi aux tout-petits. Remarquez au passage ce penchant pour ces titres évocateurs et curieux. Des phrases qui collent si bien au travail de la compagnie. " Chemin faisant, Danses en l'R écrit les carnets de bord de la danse contemporaine réunionnaise. " C'est ainsi qu'on pourrait décrire le parcours de Danses en l'R.

www.danses-en-l-r.com
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !