L'artocarpe à Saint-Paul :

La peinture selon Tony Pipard


Publié / Actualisé
Formé aux Beaux-Arts à Rouen, le peintre Tony Pipard - c'est son vrai nom -, est installé à La Réunion depuis 6 ans. Après avoir décidé de consacrer toutes ses productions à La Réunion, il se lance dans une série d'expositions. Première au restaurant Artocarpe à Saint-Paul jusqu'au 30 mars 2009.
Formé aux Beaux-Arts à Rouen, le peintre Tony Pipard - c'est son vrai nom -, est installé à La Réunion depuis 6 ans. Après avoir décidé de consacrer toutes ses productions à La Réunion, il se lance dans une série d'expositions. Première au restaurant Artocarpe à Saint-Paul jusqu'au 30 mars 2009.
Ses tableaux, très denses et colorés, présentent des villes grouillantes de motifs avec un style intemporel, hors mode, qui n'est pas sans rappeler l'illustration de livres pour enfants. Tony Pipard savait dessiner, avant même de savoir écrire. "J'ai toujours préféré le dessin comme mode d'expression. A l'école, je dessinais au lieu d'écrire, ce qui agaçait mes enseignants : l'éducation nationale n'est pas prête pour ça ! J'ai réussi tout de même à passer à travers les mailles jusqu'au lycée", raconte avec humour ce licencié des Beaux-Arts de Rouen.

Aujourd'hui, le peintre mêle des mots à ses peintures pour véhiculer des messages, mais aussi pour l'amour de la phonétique, avec des jeux de mots : "solide harité" ou "tout est à vende - manque d'R". Sa préoccupation du moment, c'est l'urbanisme. C'est sur thème qu'il expose jusqu'au 30 mars au restaurant l'Artocarpe à Saint-Paul ( 47, rue Rhin et Danube). Se considérant "comme un petit révolutionnaire dans ce domaine", il veut sensibiliser la population à l'importance de préserver son espace urbain.

Le peintre vit de son art, il dit "gagner peu, mais suffisamment pour vivre". Alors qu'il travaillait avant avec cinq galeries en France métropolitaine, Tony Pipard a décidé de lever le pied et exposer davantage à La Réunion. "Ici, le public est là et a une bonne compréhension de mon travail. Il y a des choses à faire". Ses ?uvres devraient être visibles prochainement à la mairie de Saint-Paul et au Conservatoire botanique de Mascarin à Saint-Leu.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !