Environnement :

Au c?ur de l'étang de Saint-Paul


Publié / Actualisé
Étendue sur 447 hectares, la réserve naturelle de l'étang de Saint-Paul est la plus grande zone humide du littoral réunionnais et les enjeux liés à sa protection sont exceptionnels. Classée réserve nationale depuis 2008, l'étang est aussi l'un des plus hauts-lieux du patrimoine environnemental de La Réunion.
Étendue sur 447 hectares, la réserve naturelle de l'étang de Saint-Paul est la plus grande zone humide du littoral réunionnais et les enjeux liés à sa protection sont exceptionnels. Classée réserve nationale depuis 2008, l'étang est aussi l'un des plus hauts-lieux du patrimoine environnemental de La Réunion.
Situé dans la partie Sud de la ville de Saint-Paul, l'étang est un espace particulièrement propice aux développements des populations végétales et animales, espèces rares et protégées. Plan d'eau permanent s'étalant sur une quinzaine d'hectares, on y compte plus de 25 espèces d'oiseaux, 13 espèces de poissons, plus de 150 espèces de plantes, et plusieurs centaines d'espèces d'insectes. Parmi les espèces remarquables, l'étang. Il abrite ainsi des hérons verts, des cailles de Chine, des poules d'eau, des "zoizo blancs", des papangues ou encore des caméléons.

D'une superficie de 447 hectares, dont 190 en espaces naturels sensibles, la réserve naturelle comprend également deux zones : une zone de protection forte (249 hectares) avec un accès restreint et une réglementation renforcée et une zone périphérique (198 hectares), où s'exercent des activités agricoles, de pépinières et aquacoles. Aussi, la protection et la conservation de ce milieu naturel constituent une préoccupation majeure.

Afin de le préserver, un programme d'actions pour l'année 2010 a été lancé par la commune de Saint-Paul gestionnaire de la réserve depuis 2009, la DIREN (direction régionale de l'environnement) et le conseil général. "Notre principale mission est de préserver ce milieu naturel et d'y maintenir la les divers aspects de la diversité à un niveau élevée", précise Marc Attié, conservateur de la réserve naturelle nationale de l'Étang de Saint-Paul.

Le conservateur évoque notamment plusieurs enjeux, à savoir, la régulation du niveau d'eau par une gestion mieux appropriée du cordon littoral ou encore la lutte contre les espèces exotiques envahissantes, telles que les jacinthes et laitues d'eau, actuellement à l'aide d'un bateau et bientôt au moyen d'une mini-pelle flottante amphibie. "10 éco-gardes participent à l'extraction de ces espèces sur les canaux et la réhabilitation écologique des prairies de l'étang se poursuit avec l'arrachage de 3 hectares supplémentaires de l'espèce exotique envahissante, Pluchea rufescens originaire de Madagascar, des actions coordonnées par Jaouen Papillon, chargé opérationnel au sein de la réserve", note Marc Attié.

D'autre part, dans un "aspect de valorisation du site et dans une optique de découverte de la nature", plusieurs animations organisées par Marina Corbière, figurent également au programme d'actions 2010. Visites guidées, manifestations sur le thème du développement durable et découverte de la réserve en ckanoë kayak seront proposées aux petits et aux grands. "Des week-ends nature est sont prévus pour le mois d'octobre sur l'espace cet espace naturel sensible", souligne le conservateur.

À noter que le conseil général, la Diren et la commune de Saint-Paul sont les principaux financeurs de la réserve naturelle de l'étang de Saint-Paul.

Emilie Sorres pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !