Parcours insolite :

La Réunion mise en boîtes... aux lettres


Publié / Actualisé
Elles sont collectives ou individuelles. Regroupées ou isolées. En bois ou en métal. Fabriquées à la va vite ou avec art. Au ras du sol ou perchées en haut d'un portail. Anonymes ou affichant fièrement leur identité, les boîtes aux lettres de La Réunion ne manquent pas de cachet
Elles sont collectives ou individuelles. Regroupées ou isolées. En bois ou en métal. Fabriquées à la va vite ou avec art. Au ras du sol ou perchées en haut d'un portail. Anonymes ou affichant fièrement leur identité, les boîtes aux lettres de La Réunion ne manquent pas de cachet

Chaudement colorées ou sobrement incolores, les boîtes aux lettres font partie intégrante de la vie quotidienne. Quels que soit leur taille, leur emplacement, leur matière et leurs couleurs, elles reçoivent avec une nonchalante indifférence les nouvelles qui feront que la journée sera bonne ou mauvaise pour celui qui les reçoit. 


Elles sont présentes partout à La Réunion. Car croire qu'en ces temps de communication ultra rapide, via Internet, le téléphone mobile et le fax, la lettre n'a plus d'avenir serait une erreur. Les bonnes vielles lettres, celles que l'on glisse dans une enveloppe, que l'on colle et que l'on timbre avant de les remettre aux bons soins de la Poste, ont encore bien des beaux jours devant elles. Ne serait-ce parce que tout le courrier officiel envoyé par les Administrations, transite toujours (et pour longtemps sans doute) par la Poste.


Pour le plus grand bonheur des boîtes aux lettres. Logique, c'est leur vocation.


À la fin 2010, La Réunion comptait exactement 296 356 foyers équipés de l'une de ces boîtes à bonnes ou mauvaises nouvelles. 75 à 80% d'entre-elles étaient "normalisées" au sens que la Poste donne à ce terme. Celles-là se trouvent dans les couloirs d'immeubles ou à la porte des maisons individuelles. Elles sont en métal inoxydable. Elles ont une ouverture soigneusement calculée pour laisser passer sans encombre de grosses lettres et de petits paquets. Bref, elles sont dans la norme. 


1 515 de ces boîtes normalisées sont des CIDEX (courrier individuel à distribution exceptionnelle). Pour arriver jusqu'à elles, le destinataire du courrier devra parfois marcher plusieurs centaines de mètres. Les CIDEX sont en effet, des boîtes aux lettres regroupées situées à l'entrée d'une voie inaccessible en voiture ou en deux roues. À charge pour l'usager de venir récupérer son courrier.


Les 20 à 25% des autres boîtes aux lettres refusent les normes. Elles sont construites par les usagers. Lesquels ne semblent jamais à court d'imagination. 
Les boîtes peuvent être en bois ou en métal ou en tout autre matériel de récupération. Elles sont implantées là où l'humeur de l'usager les a placées. Parfois, elles sont de simples fentes taillées à même la porte. Souvent elles sont colorées. Peut-être en guise d'exorcisme contre les mauvaises nouvelles.
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !