Forêt de Bélouve :

En marche vers le Trou de fer


Publié / Actualisé
La boucle du sentier de l'École normale accueille petits et grands tout au long de l'année pour une balade familiale des plus agréables et qui ne dure guère plus de 3 heures aller-retour. Plongée dans la forêt primaire de Bélouve, cette randonnée fait partie des grands classiques de l'île. L'objectif est d'atteindre le fameux et fabuleux site du "Trou de fer", paré d'une impressionnante cascade. Avec 8,5 km de marche et un dénivelé positif et négatif ne dépassant pas les 150 mètres, l'effort demandé est pour le moins raisonnable. Ami de l'aventure sans danger, cette randonnée est pour vous.
La boucle du sentier de l'École normale accueille petits et grands tout au long de l'année pour une balade familiale des plus agréables et qui ne dure guère plus de 3 heures aller-retour. Plongée dans la forêt primaire de Bélouve, cette randonnée fait partie des grands classiques de l'île. L'objectif est d'atteindre le fameux et fabuleux site du "Trou de fer", paré d'une impressionnante cascade. Avec 8,5 km de marche et un dénivelé positif et négatif ne dépassant pas les 150 mètres, l'effort demandé est pour le moins raisonnable. Ami de l'aventure sans danger, cette randonnée est pour vous.
Le point de départ de la marche se trouve au gîte de Bélouve. Pour les plus curieux, un musée retraçant l'histoire d'un téléphérique lontan qui servait à transporter le bois y est ouvert la semaine. Mais la véritable attraction reste le point de vue sur le cirque de Salazie à partir duquel on peut observer Hell Bourg. Une fois rassasié de la vue, la randonnée peut démarrer. Un panneau indiquant le sentier de l'École normale mène vers deux petites passerelles en bois de cryptomeria plongées dans la forêt.

Fini les bruits de voiture et la pollution, ne reste que le chant des oiseaux et le crissement des feuilles de fanjans, de tamarins des hauts, de goyaviers, fuchsias, bringéliers ou encore de vignes maronnes. Il arrive bien, parfois, que résonne le moteur d'un hélicoptère qui survolerait le "Trou de fer", mais rien de véritablement gênant. Attention toutefois de ne pas glisser en admirant les tamarins, espèces d'acacias endémiques mesurant entre 7 et 12 mètres de haut et dont les troncs sont tordus et couchés. En cette période de pluie, la boue règne en maître tout au long du sentier, et notamment dans sa première partie. C'est donc armé de bonnes chaussures et disposé à se salir le pantalon qu'il faut se présenter à Dame nature pour cette balade au c?ur de la forêt tropicale primaire de Bélouve.

Au bout de 15-20 minutes de marche, une petite bifurcation d'à peine 200 mètres mérite le détour. Elle mène à la chambre de "la Reine des Tamarins", un arbre vieux de 300 ans. Photos en poche, il ne reste plus qu'à faire demi-tour pour retrouver le sentier École normale. La route reprend alors son cours, proposant une alternance entre un sol terreux et des marches artificielles en bois de cryptomeria placés par l'ONF. Là encore, des fougères en forme d'arbre se font remarquer mais presque moins que d'étranges pieds de bois ornés de barbes blanches. Jusqu'au "Trou de fer", le chemin est bien moins aventureux que dans sa première partie, les marches limitent la formation de boue. Toutefois, deux pieds de bois couchés en travers du sentier animeront le parcours pour les marmailles en mal de crapahutages.

Et après 1h30 de marche environ, arrive enfin le moment tant attendu : le point de vue sur le "Trou de fer". Si par malchance un épais brouillard tapissait le paysage, pas de panique, la patience paye en ce lieu habitué aux humeurs des nuages qui vont et viennent au gré du vent. En plus de la chute vertigineuse qu'offre le ravin, une superbe cascade de 300 mètres de hauteur trône fièrement à plus ou moins 300 m de distance de nous, au dessus de quelques unes de ses filles. Impossible de les approcher, une barrière rappelle d'ailleurs le danger pour ceux qui ne l'auraient pas senti. Néanmoins, pour les volontaires, de nombreuses associations de canyoning proposent de descendre dans cette chute d'eau.

Le lieu est idéal pour pique-niquer avant de repartir en direction du gîte. Pour retrouver la boucle, il faut revenir quelque peu sur ses pas et la bifurcation se repère vite. Le retour offre un joli sentier. Une longue et large passerelle en cryptomeria d'au moins 1 km démarre la marche pour le plus grand bonheur des enfants. Plus loin, une mare asséchée témoigne des vestiges d'une période plus humide encore. La forêt s'éclaircit sur ce chemin du retour et finit par être traversée par une piste de 4x4 large et dégagée. Fin du rêve de solitude et de la nature maîtresse du monde. Cette piste rejoint finalement la route forestière au niveau du parking qui se situe à 10 minutes en amont du gîte. La boucle est bouclée.

Pour s'y rendre :
Traverser la Plaine des Palmistes, puis prendre la direction de la Petite Plaine.
Il ne reste plus qu'à suivre la route de la forêt de Bébour jusqu'à son extrémité. Si vous venez en semaine, vous pourrez vous rendre jusqu'au gîte en voiture, le week-end une barrière rallonge la marche d'environ 3 km.

Conseils : partir tôt d'Hell bourg pour optimiser ses chances d'avoir un point de vue sur le "Trou de fer". Attention, la balade à partir d'Hell Bourg dure 7 heures environ. La nuit peut vite surprendre un homme non averti.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !