Production locale :

Le chocolat Mascarin a 20 ans


Publié / Actualisé
Les chocolats Mascarin ont vu le jour il y a 20 ans. Aujourd'hui, avec plus de 25 références, ils font le bonheur des grands et des moins grands. Seule unité industrielle locale de fabrication de chocolat, Mascarin a su allier cacao et produits locaux, tels que le goyavier, la vanille, le sel de Saint-Leu ou encore l'orange tangor, pour le plus grand plaisir des gourmands. La chocolaterie est aujourd'hui capable de produire jusqu'à 10 000 tablettes par jour, et aspire à conquérir de nouveaux horizons, comme les marchés indien et chinois.
Les chocolats Mascarin ont vu le jour il y a 20 ans. Aujourd'hui, avec plus de 25 références, ils font le bonheur des grands et des moins grands. Seule unité industrielle locale de fabrication de chocolat, Mascarin a su allier cacao et produits locaux, tels que le goyavier, la vanille, le sel de Saint-Leu ou encore l'orange tangor, pour le plus grand plaisir des gourmands. La chocolaterie est aujourd'hui capable de produire jusqu'à 10 000 tablettes par jour, et aspire à conquérir de nouveaux horizons, comme les marchés indien et chinois.
La chocolaterie Mascarin fait son apparition à La Réunion en 1992, sous l'initiative de Philippe Ruiz, un boulanger-pâtissier portois. L'entreprise cherche alors à se démarquer de ses concurrents en proposant un chocolat de qualité, original et aux saveurs locales. Pour ce faire, l'entreprise se lance dans une gamme de chocolats fourrés. En 2005, la tablette de dégustation "Caramel au sel de Saint-Leu" connaît d'ailleurs un véritable succès. Dans le même temps, la gamme de chocolats dégustation s'élargit et offre ainsi à Mascarin ses écussons de Maître Chocolatier de La Réunion.

Aujourd'hui, Mascarin, c'est 10 références de chocolats fourrés, 10 références dans la gamme dégustation, une gamme dessert et une gamme traditionnelle. C'est aussi 43 salariés et un chiffre d'affaires de 17 millions d'euros, dont 1,3 million réalisé à l'export. Pour continuer à pérenniser son activité dans le secteur de la chocolaterie, l'entreprise est d'ores et déjà en quête d'une plus grande productivité, de diversification et d'innovation de produits. D'ici deux ans, Mascarin envisage de remplacer son outil de production.

Dans sa stratégie de développement, Mascarin souhaite également accroître les volumes de production pour étendre sa gamme de produits mais aussi pour produire localement les tablettes de marque MDD. La société envisage aussi de renforcer sa présence en métropole et de s'ouvrir à de nouveaux marchés comme l'Inde et la Chine.
   

2 Commentaire(s)

Mascar, Posté
Le sucre Mascarin et ses sirops son très appréciables. Cependant pour leur chocolat: Pourquoi mettre de la gélatine de porc (graisse et os moelle)??? Où est l'utilité. Regardez les ingrédients vous verrez...Bonne dégustation
DUPRE Monica, Posté
ayant dégusté des tonnes de chocolat suisse réputé pour etre l'exellence, le chocolat Mascarin est parfait au gout tropical ou simplement de dégustation, très peu sucré ,fin, en un mot EXELLENT!!! Bravo et longue vie à notre chocolat. Vous avez tous mes encouragements.