Un manque de 50% de production à La Réunion :

1er Mai : le muguet, porte-bonheur en ces temps de crise


Publié / Actualisé
Ce dimanche 1er mai 2022, marque le jour de la fête du travail. Mais pas seulement. En ce dernier jour de la semaine, on célèbre également le muguet. Les petites clochettes blanches seront vendues tout au long de la journée. Cette fleur est synonyme de bonheur. Et en ces temps de crise sanitaire et de guerre en Ukraine, il est important de se rappeler cette symbolique. (Photo d'illustration lb/www.ipreunion.com)
Ce dimanche 1er mai 2022, marque le jour de la fête du travail. Mais pas seulement. En ce dernier jour de la semaine, on célèbre également le muguet. Les petites clochettes blanches seront vendues tout au long de la journée. Cette fleur est synonyme de bonheur. Et en ces temps de crise sanitaire et de guerre en Ukraine, il est important de se rappeler cette symbolique. (Photo d'illustration lb/www.ipreunion.com)

À La Réunion, on produit du muguet grâce à des griffes venues tout droit de métropole. Joseph Avril, producteur de muguet à Bassin-Plat et responsable de Multiplantes, en est le gardien. "Cette année, j’ai produit 25.000 pots. D’habitude, j’en fait 40.000", indique l’horticulteur. La raison, la manque de griffes en Europe. "Des entreprises ou entités de produits de brins de muguets n’ont pas eu de successeurs et donc ça généré ce manque", explique Joseph Avril. Ce qu’espère le producteur, c’est que ce manque de griffe ne se répercutera pas sur sa production les prochaines années. "Pour produire des griffes il faut trois ans alors on espère ne pas subir ce manque longtemps."

C’est pourquoi, en cette année 2022, "il y aura un manque de 50 % de production de muguet à La Réunion", précise Joseph Avril. Cette année, chez Multiplantes, le pot de muguet est d'ailleurs un euro plus cher. "On est à 4 euros du pot, explique le producteur. Tout en rajoutant, "on ne fait que du gros pour les entreprises, les supermarchés, les forains et les jardineries. On est ouvert au public mais on n’aura pas de muguet à vendre directement."

Pour faire en sorte que tout soit prêt pour ce dimanche 1 er mai, Joseph Avril avait mis toute son équipe au travail. "On est rôdé, ça fait 25 ans que l’on fait du muguet. Comme d’habitude on a engagé notre personnel, soit 14 personnes, plus deux personnes embauchées. Plantation, mise en pot… En tout, l’équipe a travaillé 1.500 heures de travail pour cette année et pour s’assurer que les réunionnais.es puissent avoir chez eux leur brin de muguet.

- Des clochettes synonymes de bonheur –

Dans l’histoire de France, le muguet était utilisé pour célébrer le retour du printemps. C’est en 1889, que le muguet est associé à la fête du travail. La tradition remonte à la Renaissance, lorsque Charles IX en avait offert à ses proches pour leur porter bonheur.

Dans la tradition, les petites cloches blanches du muguet sont considérées comme des porte-bonheurs. Pour que la chance perdure, il faut penser à conserver les pots à l’ombre, dans un endroit frais et humide. Le muguet est aussi associé au mythe majeur d’Apollon, disposant ses clochettes et ses brins délicats sous les pieds fragiles des muses. La délicatesse, le bonheur, la pureté, la vie : voilà la signification la plus souvent associée aux fleurs de muguet.

- Une réglementation pour les non professionnels -

La préfecture rappelle qu'une tolérance existe (uniquement pour la journée du 1er mai) pour permettre à des non professionnels de vendre du muguet sur la voie publique. Toutefois, même si elle n'est pas soumise à autorisation, cette pratique demeure encadrée par un certain nombre de règles afin d'éviter une concurrence déloyale aux fleuristes professionnels. Nous publions ci-dessous le communiqué de la préfecture.

Réglementation pour les non professionnels. Seules peuvent être vendues par des personnes non professionnelles "des fleurs non cultivées, sans racine, sans adjonction de feuillage ou d'autres fleurs, dépourvues d'emballage et de tout contenantet sans utilisation d’installations fixes de type table ou tréteaux" énumère la préfecture.

"Cette vente ne doit pas avoir lieu à moins de 40 mètres d'un fleuriste. Enfin, il est important de veiller à ce que le point de vente de muguet ne constitue pas un danger ou une gêne pour les piétons ou les automobilistes" termine la préfecture

ma.m /www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !