Sondage koz azot :

Campagne du second tour : les candidats auront-ils réussi à vous convaincre ?


Publié / Actualisé
Premier tour des municipales : 15 mars, second tour : 28 juin... Entre les deux scrutins, le fossé est large. La faute au coronavirus et au confinement. Le second tour, prévu initialement le 22 mars, se déroule donc plus de deux mois après. Entre temps il a fallu jongler avec les différents scénarios envisagés : refaire un premier tour ? Attendre 2021 pour le second ? La situation sanitaire permet finalement un scrutin ce dimanche 28 juin, mais entre temps la campagne électorale s'en est trouvée bien changée. Les meetings politiques étant interdits à cause du Covid-19, il a fallu trouver pour les candidats d'autres moyens de gagner le coeur des électeurs. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Premier tour des municipales : 15 mars, second tour : 28 juin... Entre les deux scrutins, le fossé est large. La faute au coronavirus et au confinement. Le second tour, prévu initialement le 22 mars, se déroule donc plus de deux mois après. Entre temps il a fallu jongler avec les différents scénarios envisagés : refaire un premier tour ? Attendre 2021 pour le second ? La situation sanitaire permet finalement un scrutin ce dimanche 28 juin, mais entre temps la campagne électorale s'en est trouvée bien changée. Les meetings politiques étant interdits à cause du Covid-19, il a fallu trouver pour les candidats d'autres moyens de gagner le coeur des électeurs. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

La préparation du second tour des municipales aura été un peu particulière. A 4 jours du scrutin, on peut se le dire : cette campagne a été mouvementée. Si le premier tour s'est tenu avec l'ombre du coronavirus planant au-dessus des bulletins, le second tour lui est indissociable de la crise sanitaire qui a entraîné le confinement des votants pendant deux mois, repoussant de fait l'organisation du second tour.

Plusieurs scénarios avaient été envisagés : un nouveau premier tour pour les communes dont la ou le maire n'a pas été élu.e, un second tour organisé en janvier... La date du 28 juin a finalement été conservée, la situation sanitaire stabilisée en France permettant l'organisation du scrutin.

Mais la campagne électorale s'en est trouvée profondément modifiée. L'interdiction de grands rassemblements et d'attroupements de plus de 10 personnes n'a pas permis l'organisation de meetings, ciment d'une campagne. Les candidats ont donc enchaîné les débats médiatisés, les discours sur les ronds-points ou la mobilisation de voitures électorales munies de haut-parleurs... La présence physique des candidats s'en est trouvée impactée. Il a fallu être visible autrement, sans rassembler les votants autour de soi.

Une stratégie politique qui peut jouer sur l'attitude des votants, immanquablement. S'ajoute à cette campagne un peu spéciale la peur encore présente face au virus et l'appréhension à l'idée de se rendre dans un bureau de vote pour certains. L'abstention est donc la grande inconnue et la bête noire des candidats.

Enfin la question de certaines alliances peuvent également séduire comme repousser les électeurs. Face à l'absence redoutée des votants dans les bureaux le 28 juin, certaines stratégies se sont renforcées et ce sont des triples voire des quadruples alliances que nous avons pu observer pendant cet entre-deux-tours.

Autant de paramètres qui promettent un second tour aussi particulier que la campagne électorale. Le spectre du coronavirus aura-t-il eu raison du goût des citoyens pour la politique ? Ou au contraire les démarches diverses et variées des candidats auront-elles réussi à trouver un écho ?

Ainsi répondez comme chaque semaine à notre question du mercredi : "Campagne du second tour : les candidats auront-ils réussi à vous convaincre ?" Un sondage que vous pouvez retrouver comme d'habitude sur notre page Facebook et notre page Twitter.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Tipiman, Posté
Entre la (double) peste et le (gros) choléra, difficile de se convaincre d'aller voter, si on risque un covid en prime de bon con-citoyen-dyonisien..
Ce sera sans moi les fléaux de 2020.