Visite du ministre des Affaires étrangères :

Michel Barnier à La Réunion


Publié / Actualisé
Michel Barnier, ministre français des Affaires étrangères et ancien commissaire européen, a effectué une visite officielle d'une dizaine d'heures à La Réunion ce vendredi 21 mai 2004. Il a visité les équipements d'irrigation agricoles financés par l'Europe dans l'Ouest et a participé à une conférence débat sur l'Europe
Michel Barnier, ministre français des Affaires étrangères et ancien commissaire européen, a effectué une visite officielle d'une dizaine d'heures à La Réunion ce vendredi 21 mai 2004. Il a visité les équipements d'irrigation agricoles financés par l'Europe dans l'Ouest et a participé à une conférence débat sur l'Europe
"Redoublez d'énergie pour faire connaître et expliquer votre réalité aux pays de l'Union européenne. Pour ma part je m'engage à vous aider personnellement". C'est le message délivré par Michel Barnier au cours de sa visite officielle éclair à La Réunion. Le ministre des Affaires étrangères et ancien commissaire européen est arrivé dans l'île à 10 heures. Il en est reparti vers 22 heures.
Même s'il a noté que "les régions françaises devront prendre l'habitude de voir le ministre des Affaires étrangères venir leur expliquer ce qui se passe dans le monde", c'est visiblement en tant qu'ancien commissaire européen qu'il a appréhendé son court séjour.

Terrain irrigué

Ainsi, il a visité le site de l'Antenne 4 dans les hauts de Saint-Paul (Ouest). Une zone plantée en cannes à sucre et irriguée grâce au basculement des eaux d'Est en Ouest. Un chantier gigantesque financé en grande partie par des fonds européens. Sur place, le ministre a pu dialoguer avec des agriculteurs. Ces derniers lui ont notamment fait part de leurs craintes concernant la réactualisation de l'OCM (organisation commune de marché) sucre et la menace de suppression des aides à la production sucrière des DOM.
En vertu de la réglementation européenne en effet, ces aides, allouées par l'État, sont jugées incompatibles avec les lois sur la libre concurrence. À ce titre certains membres de la commission européenne prônent leur suppression. Michel Barnier s'est voulu rassurant. "Les négociations sur les aides ne font que commencer. Je peux vous assurer que nous nous ferons tout pour protéger le marché du sucre, l'organiser et le protéger d'une certaine manière". Il assurait également qu'il veillera à ce que "l'élargissement de l'Europe (qui compte 25 membres depuis le 1er mai 2004 - ndlr) ne se fasse pas au détriment des aides versées aux planteurs de cannes".

Stockage

Michel Barnier s'est ensuite rendu à Saint-Denis pour visiter l'entrepôt de stockage de l'aide humanitaire. Ces stocks, constitués par le ministère des Affaires étrangères, sont régulièrement utilisés pour venir en aide aux pays de la zone victimes de catastrophes naturelles.
Après le déjeuner républicain offert aux parlementaires par le ministre à la préfecture et un bref passage à la mairie de Saint-Denis, Michel Barnier a participé à une conférence - débat sur le thème de l'Europe. Parlementaires, élus consulaires et chefs d'entreprises ont ainsi pu débattre des enjeux et des conséquences pour La Réunion d'une Europe à 25.
Michel Barnier a quitté La Réunion pour Paris vers en milieu de soirée.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !