Conseil général :

un plan pour la cohésion sociale


Publié / Actualisé
Le plan départemental de cohésion sociale a été adopté ce mercredi 27 octobre 2004 lors de l'assemblée plénière du conseil général
Le plan départemental de cohésion sociale a été adopté ce mercredi 27 octobre 2004 lors de l'assemblée plénière du conseil général
Nassimah Dindar, la présidente du conseil général, a noté que ce plan a pour principaux objectifs la réduction des inégalités et la lutte contre l'exclusion. Dans ce cadre, il prévoit la création en 5 ans de 1 000 places supplémentaires en structures d'accueil pour les enfants de moins de 6 ans, la construction des crèches départementales dans le Nord et le Sud, l'intensification de la lutte contre l'illettrisme et contre les violences faites aux femmes.
Il serait judicieux, pour la présidente du conseil général d'envisager également une amélioration de la loi programme en offrant une défiscalisation complémentaire aux investisseurs intégrant des aménagements particuliers pour les personnes à mobilité réduite.
En ce qui concerne les personnes âgées, la création de 500 places en structures d'accueil seront créées d'ici 2010, dont 50% en établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes et 50% en structures d'hébergement pour personnes non dépendantes.

Logements sociaux

En matière d'insertion, le conseil général propose le renforcement des dispositifs d'aide à la création de micro-entreprises. L'objectif est aussi d'insérer professionnellement les Rmistes - notamment par le contrat d'insertion par le revenu minimum d'activité (CIRMA).
Il s'agit également pour la présidente du conseil général "d'humaniser la mobilité" en offrant à ceux qui le souhaitent, la possibilité d'occuper les emplois susceptibles de se libérer en métropole ces prochaines années.
En ce qui concerne le logement, Nassimah Dindar souligne que la situation est grave. La Réunion accueillera 250 000 habitants supplémentaires ces 20 prochaines années, ce qui nécessite la construction de 9 000 logements sociaux par an.

Débat

Ce plan de cohésion social a été soumis à débat et celui-ci a beaucoup porté sur la question de l'emploi et du chômage.
Maurice Gironcel de l'Alliance (parti communiste) a émis des inquiétudes quant aux moyens de financement du Département pour mener à bien ce plan, qui estime-t-il, "n'est pas à la hauteur des enjeux".
Pour Patrick Lebreton du PS, ce plan est un "catalogue de bonnes intentions" et il est "irréalisable" dans la pratique. Selon lui, le gouvernement "ultra-libéral" Raffarin, prône la casse sociale. Des propos qui ont fait réagir de manière vive Ibrahim Dindar (DL), qui a proposé de donner à Patrick Lebreton un cours sur la notion de l'ultra libéralisme. Selon lui, ce plan a sa dame de c?ur en la personne de Nassimah Dindar. "Mais vous, vous n'irez pas bien loin avec votre carreau de pique" a-t-il déclaré à Patrick Lebreton. Ibrahim Dindar a conclu son intervention en beauté en ajoutant toujours à l'intention de Patrick Lebreton que "nous allons remplacer votre casse sociale par notre cohésion sociale".
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !