Lutte contre les violences faites aux femmes :

Deux villas pour accueillir les victimes


Publié / Actualisé
Ce jeudi 24 novembre 2005, Nassimah Dindar, présidente du conseil général a remis à l'association mouvement de soutien pour femmes en détresse les clefs de deux villas. Les deux maisons seront utilisées pour l'hébergement d'urgence des femmes victimes de violences
Ce jeudi 24 novembre 2005, Nassimah Dindar, présidente du conseil général a remis à l'association mouvement de soutien pour femmes en détresse les clefs de deux villas. Les deux maisons seront utilisées pour l'hébergement d'urgence des femmes victimes de violences
Deux villas, "Les Béryls", appartenant au conseil général sont mises, dès ce jour, à disposition de l'association mouvement de soutien pour femmes en détresse afin d'héberger les femmes victimes de violences ainsi que leur(s) enfant(s). Ces deux villas ont été réhabilitées et transformées en 4 appartements pouvant accueillir 4 à 5 familles en fonction du nombre d'enfants. La capacité d'hébergement ainsi offerte est de 17 places. L'association compte à ce jour 51 lits dans 7 appartements, ce qui est bien peu lorsqu'on sait que chaque année, l'association reçoit en moyenne 300 demandes émanant de femmes en grande difficulté. Compte tenu du nombre restreint de places - 20% seulement des demandes aboutissent à un accueil -, des familles sont dirigées vers d'autres structures. Faute de place, certaines demandes restent sans réponse.

1ère cause de mortalité en Europe

Lors de la remise des clés à l'association, Nassimah Dindar a noté que le conseil général souhaite renforcer le plan d'actions spécifiques destinés à soutenir et accompagner les femmes "dans toutes les étapes du parcours auquel elles sont confrontées lorsqu'elles ont le courage de rompre avec le cercle infernal de la violence. La mise en ligne du 115 (numéro vert) depuis 2005 entre dans le cadre de ce plan d'actions. En composant ce numéro, les femmes et enfants victimes de violences sont écoutés, informés, orientés et soutenus dans leur combat.
Tous les ans à La Réunion, 15% des femmes (chiffre 2004 "enquête nationale sur les violences faites aux femmes") sont victimes de violences physiques contre 9% en Métropole. 1 femme sur 5 est victime de violences physiques et verbales dans son couple. En Europe, ces violences sont la première cause de mortalité chez les femmes devant le cancer et les accidents de la route.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !