Filière agroalimentaire :

Réduire les risques d'accidents


Publié / Actualisé
Une convention régionale a été signée entre la CGSS (caisse régionale de la sécurité sociale) et le SIAD-MEDEF (syndicat des industries agro-alimentaires diverses), ce mercredi 7 décembre 2005. Cette convention fixe un programme d'actions de prévention des risques d'accidents liés à certaines activités de la branche agroalimentaire
Une convention régionale a été signée entre la CGSS (caisse régionale de la sécurité sociale) et le SIAD-MEDEF (syndicat des industries agro-alimentaires diverses), ce mercredi 7 décembre 2005. Cette convention fixe un programme d'actions de prévention des risques d'accidents liés à certaines activités de la branche agroalimentaire
Par cet accord, la CGSS souhaite accompagner pour une période de 4 années, les entreprises de l'agroalimentaire dans leur démarche d'expansion. En effet, selon un article (L.422-5) du code de la sécurité sociale, la caisse générale peut accompagner financièrement les investissements des entreprises destinés à améliorer les conditions de sécurité et des conditions de travail. Toutefois, comme le précise Alain Iglicki, directeur du service prévention à la CGSS "nous n'aidons pas les créateurs d'entreprise mais les entreprises qui existent déjà et veulent s'inscrire dans une démarche de progrès".

Critères précis

Même si le taux d'accidents de travail est relativement bas dans le domaine de l'agroalimentaire, les entreprises doivent satisfaire certains critères pour obtenir une aide financière. Leur effectif doit être inférieur à 200 personnes et elles doivent être en règle vis-à-vis du service de recouvrement de la "Sécu". Elles doivent appartenir à des branches d'activité précises: les traiteurs, les industriels alimentaires, les fabricants de confitures ou de fromages. D'un point de vue technique, les sociétés doivent avoir fait l'évaluation de leurs risques professionnels, défini un plan d'action découlant de cette évaluation et sollicité un accompagnement financier pour ce plan d'actions. 155 demandes ont été déposées à la CGSS pour une demande d'aide financière.

École d'ingénieur

Par ailleurs, une école supérieure d'ingénieur en développement agroalimentaire ouvrira ses portes aux bacheliers dès la rentrée 2006. Pendant 5 ans, elle fournira l'enseignement en vue de l'obtention d'un diplôme d'ingénieur. Elle accueillera, pour la première année, une quarantaine d'étudiants réunionnais et étrangers à l'université. En 2007, elle intègrera ses locaux dans la technopole à la Rivière des Pluies. L'entrée dans cette école se fera sur concours et sur dossiers.

Audrey Hoarau
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !