Air Austral vole vers la Chine :

La Réunion à Pékin


Publié / Actualisé
5 heures, ce lundi 3 avril 2006, le Boeing 777 200 ER d'Air Austral a sorti son train d'atterrissage. Il est en approche finale. Sous l'appareil, des millions de lumières scintillent dans la nuit. Plus alignées que d'autres, certaines de ces lueurs se perdent dans l'infini d'un gigantesque réseau routier. À la mesure ou plutôt à la démesure de la mégalopole que le B777 survole. 5 heures 05, l'avion se pose en douceur sur l'une des multiples pistes de l'aéroport de Beijing - littéralement la capitale du Nord. Bienvenue à Pékin où la compagnie régionale vient de se poser pour la première fois
5 heures, ce lundi 3 avril 2006, le Boeing 777 200 ER d'Air Austral a sorti son train d'atterrissage. Il est en approche finale. Sous l'appareil, des millions de lumières scintillent dans la nuit. Plus alignées que d'autres, certaines de ces lueurs se perdent dans l'infini d'un gigantesque réseau routier. À la mesure ou plutôt à la démesure de la mégalopole que le B777 survole. 5 heures 05, l'avion se pose en douceur sur l'une des multiples pistes de l'aéroport de Beijing - littéralement la capitale du Nord. Bienvenue à Pékin où la compagnie régionale vient de se poser pour la première fois
Élus politiques et consulaires, chefs d'entreprise, touristes "anonymes", ils sont 350, issus de toutes les composantes ethniques de la population, à avoir fait le voyage jusqu'à Pékin. Lorsque l'appareil se pose après 11 heures de vol sans escale depuis l'aéroport Roland Garros, ils sont nombreux à applaudir le commandant de bord et son équipage. Ces félicitations sont habituelles sur les vols long-courriers, mais ce lundi, elles semblent avoir quelque chose de particulier. Un peu comme si les passagers avaient conscience de vivre un grand moment. "Vous donnez un signal, vous êtes les artisans du rayonnement de La Réunion vers l'Asie. Vous devez être félicités pour cela" leur avait, dit dimanche peu avant le décollage, Paul Vergès, président du conseil régional et président du conseil de surveillance d'Air Austral. Et pour cause.
Que la capitale de l'empire du Milieu soit desservie pour la première fois par la compagnie régionale n'a rien d'un hasard. Encore moins d'un pari fou. Ouvrir La Réunion à la Chine, l'un des berceaux de peuplement de l'île fait depuis longtemps partie des projets d'Air Austral et de Gérard Ethève, président du directoire de la compagnie. Un projet, désormais concrétisé, qui reste fidèle à la ligne de conduite d'Air Austral. Créée pour contribuer au désenclavement de l'île, elle l'a d'abord ouverte à ses voisins, les pays de la zone sud de l'Océan Indien, puis à la métropole "et il fallait maintenant se tourner vers l'Asie" notait Paul Vergès.
D'où cette liaison entre La Réunion et Pékin. Rotation pour le moment unique, mais aussi expérimentale. Une sorte de test, Gérard Ethève ne le cache pas, pour des liaisons futures qui, elles, seraient régulières vers la Chine.
Le vol UU 2406 repartira jeudi de Pékin et arrivera à La Réunion ce vendredi.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !