Crash d'un bimoteur en mer face à l'aéroport de Pierrefonds (Sud) :

Un corps repêché, trois personnes toujours portées disparues


Publié / Actualisé
En milieu d'après-midi, ce vendredi 5 mai 2006, le corps d'une des quatre personnes qui étaient à bord du Piper Aztec a été repêché. Des débris de l'appareil qui gît par plusieurs centaines de mètres de fond ont également été récupérés. Les recherches ont été abandonnées en fin de journée. Une enquête a été ouverte pour tenter de comprendre les raisons de ce crash qui s'est produit jeudi soir en face de l'aéroport de Pierrefonds - Saint-Pierre
En milieu d'après-midi, ce vendredi 5 mai 2006, le corps d'une des quatre personnes qui étaient à bord du Piper Aztec a été repêché. Des débris de l'appareil qui gît par plusieurs centaines de mètres de fond ont également été récupérés. Les recherches ont été abandonnées en fin de journée. Une enquête a été ouverte pour tenter de comprendre les raisons de ce crash qui s'est produit jeudi soir en face de l'aéroport de Pierrefonds - Saint-Pierre
"Nous ne sommes plus aujourd'hui dans une logique de recherche mais dans la phase d'enquête pour comprendre les raisons de l'accident".
15 heures après la chute du Piper PA 23 250 Aztec dans l'océan, les sauveteurs avaient perdu tout espoir de retrouver des survivants.

En milieu d'après-midi, le corps d'une des quatre personnes installées à bord du bimoteur était repêché. Il a été conduit à la morgue de l'hôpital de Saint-Pierre. Quelques instants après, l'ordre était donné de suspendre les recherches.

Tout au long de la journée de vendredi, de gros moyens sont déployés pour tenter de localiser l'épave. En mer et dans les airs. À peine posé à Gillot, le Falcon 50 de la marine reprend les airs pour participer aux recherches. Doté de moyens sophistiqués - une caméra infrarouge notamment - l'appareil est souvent utilisé pour repérer des traces d'hydrocarbures en mer.

Rapidement, un des hommes d'équipage signale une trace brune sur l'eau à environ cinq kilomètres au large de la côte. Dans la zone, plusieurs débris du Piper Aztec sont récupérés, notamment la housse d'un siège, un pare-soleil ainsi qu'un morceau de carlingue de 30 centimètres par cinquante... des débris remis aux gendarmes pour identification.

Le drame s'est produit jeudi soir vers 20h10 peu après le décollage du bimoteur de l'aéroport de Pierrefond. Le Piper Aztec, acquis en 1998 par l'aéroclub Roland Garros et depuis immatriculé F.OHSA avait quatre personnes à son bord : deux pilotes et deux passagers. L'appareil amorçait semble-t-il un virage à droite pour prendre la direction de Saint-Denis. L'incident se serait passé à ce moment-là. Panne de moteur ou erreur humaine ? Difficile de le dire. Selon des témoins, le moteur se serait arrêté et l'avion est tombé à pic.

Aussitôt l'alerte est donnée. La vedette de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) amarrée au port de Saint-Pierre est rapidement sur place. À son bord, il a embarqué quatre sauveteurs en mer, des médecins. L'hélicoptère de la gendarmerie est également dépêché sur place. Il est appuyé par un autre appareil privé. Sur la côte, les secours s'organisent également pour essayer de retrouver les victimes ou des morceaux de l'appareil en présence du sous-préfet de Saint-Pierre. Mais les conditions météo, notamment une mer houleuse, rendent difficile l'organisation du sauvetage.

Abandonnées en milieu de nuit, les recherches ont repris avec le levée du soleil vendredi. L'épave du bimoteur ne sera pas repêchée. L'appareil gît par plusieurs centaines de mètres de fond.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !