Visite à La Réunion de la vice-présidente du Front national :

Marine Le Pen chahutée à l'aéroport


Publié / Actualisé
Marine Le Pen, vice-présidente du Front national (FN) et députée européenne, a été chahutée par une cinquantaine de militants anti-racistes ce vendredi 7 juillet 2006 à son arrivée à l'aéroport Roland Garros. Elle a bénéficié d'une solide protection des forces de l'ordre qui ont bousculé manifestants et journalistes. La fille de Jean-Marie le Pen, président du FN, vient animer un séminaire de formation des cadres locaux de son parti
Marine Le Pen, vice-présidente du Front national (FN) et députée européenne, a été chahutée par une cinquantaine de militants anti-racistes ce vendredi 7 juillet 2006 à son arrivée à l'aéroport Roland Garros. Elle a bénéficié d'une solide protection des forces de l'ordre qui ont bousculé manifestants et journalistes. La fille de Jean-Marie le Pen, président du FN, vient animer un séminaire de formation des cadres locaux de son parti
"Racistes dehors", "La Réunion ne veux pas de toi". Regroupés au sein d'un collectif d'associations et de syndicats, les manifestants ne sont pas très nombreux, mais ils donnent fortement de la voix. Des banderoles disent "non à la xénophobie". Des panneaux caricaturent Jean-Marie Le Pen protestant contre la présence des "de Noirs en équipe de France de football". Marine Le Pen et ses accompagnateurs, notamment la martiniquaise Huguette Fatna, responsable des DOM - TOM pour le FN, sont attendus de pied ferme. Les responsables locaux du FN se font très discrets.

"Comment osez-vous venir ici?"

De fait, dès son arrivée dans le hall de l'aérogare Roland Garros, la vice-présidente du FN est entourée par les manifestants. "Artourn out kaz, nou vé pa rasist dann nout péi" ("retourne chez toi, nous ne voulons pas de racistes dans notre île"), "comment osez-vous venir ici, c'est honteux", lancent les militants anti-racistes. Les forces de l'ordre les repoussent sans ménagement bousculant au passage journalistes, photographes et cameramen. Ce qui déclenchent la colère des manifestants. "Pourquoi vous agissez de la sorte, vous n'empêchez jamais les gens de manifester à l'aéroport, alors pourquoi la protégez-vous parce qu'elle est du Front national?" s'indigne une manifestante en s'adressant au commissaire de la police de l'air et des frontières.

Manifestation devant le Créolia

Marine Le Pen essaye de faire face. Elle tente un sourire crispé, mais elle est visiblement surprise par l'accueil qui lui est réservé. Interrogée par Imaz Press Réunion pour savoir si elle aussi trouvait qu'il y a "trop de Noirs en équipe de France", elle répond "non, pas du tout". Elle ajoute qu'elle vient "justement lever certaines ambiguïtés ce genre".
Avec l'aide des policiers, elle arrive à mettre ses bagages dans le coffre d'un taxi et à s'engouffrer dans le véhicule. "Elle peut s'enfuir, nous lui donnons rendez-vous demain matin" s'exclame Ghislaine Bessière de l'association Lanzistisman.
Marine Le Pen animera en effet une formation pour les cadres locaux du FN à l'hôtel le Créolia à Saint-Denis. Le collectif anti Front national appelle à manifester devant l'hôtel à partir de 9 heures 30 ce samedi.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !