Impressions de visite :

Flashs pékinois


Publié / Actualisé
Pékin, capitale de la république populaire de Chine, et en pleine expansion. Abritant bureaux, commerces et logements de luxe, les tours ultra modernes semblent pousser comme des champignons. Les vieux quartiers, les "hutong", n'ont pas disparu pour autant
Pékin, capitale de la république populaire de Chine, et en pleine expansion. Abritant bureaux, commerces et logements de luxe, les tours ultra modernes semblent pousser comme des champignons. Les vieux quartiers, les "hutong", n'ont pas disparu pour autant
Reflet de l'essor économique chinois, Pékin est hérissé de buildings, mais croire que la ville n'est plus qu'une immense forêt de béton serait une erreur. Il suffit d'à peine s'éloigner des grandes avenues pour entrer dans les "hutong", les vieux quartiers pékinois. À l'ombre des tours, ils continuent de vivre, d'abriter d'innombrables boutiques traditionnelles et des centaines de milliers de familles. "Nous appelons ces habitations, les maisons à la cour carrée" explique Fanfan, une jeune étudiante en français de 22 ans. "Plusieurs générations d'une même famille habitent dans la maison. Chacune à une pièce qui donne sur la cour" ajoute-t-elle. Les maisons sont vétustes. "Souvent il n'y a pas d'eau courante, d'électricité ni de sanitaire. Les habitants sont obligés d'aller dans des toilettes publiques parfois situées de l'autre côté de la rue" indique Wang, la guide - interprète. Les climatiseurs ne sont pas légion dans les "hutong", mais il y a au moins une parabole par maison à la cour carrée.

Le temps d'une tasse de thé

Similitude avec les quartiers plus huppés: la propreté des rues. Les maisons sont vieilles et parfois presque en ruine, mais même les plus petites des ruelles sont impeccablement balayées. Ici comme ailleurs dans la ville, cracher ou jeter des détritus à terre est passible d'une sévère amende. Nous sommes loin des clichés occidentaux représentant un Pékin sale et puant.
Exit aussi la réputation de Pékinois fermés aux autres, peu convivial, voire carrément méprisant avec les étrangers. En fait, le sourire est la constante. Dans les "hutong" ou dans les quartiers modernes c'est avec chaleur que l'on s'adresse à l'étranger. La langue n'est même pas une barrière, un peu de chinois, de français, d'anglais et beaucoup de geste suffisent. Habillés top mode made in USA, les jeunes veulent savoir d'où vous venez, les plus âgés parlent de l'amitié franco-chinoise. Certains insistent pour être pris en photos, souvent avec vous. Dans les "hutong", les habitants vous invitent à entrer chez eux, en toute simplicité, le temps d'une tasse de thé, d'un bol de soupe ou d'une surprenant mais finalement goûteuse brochette d'insectes
Impressions de voyage...
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !