Visite des filières de recyclage au Port :

Les déchets ausssi ont droit aux bons traitements


Publié / Actualisé
Une délégation de l'ILC (instance locale de concertation sur les déchets) a visité plusieurs sites de traitements des déchets ce jeudi 2 novembre 2006 au Port. De quoi alimenter la réflexion de cette structure chargée de proposer des pistes d'intervention pour l'élimination "propre" des ordures
Une délégation de l'ILC (instance locale de concertation sur les déchets) a visité plusieurs sites de traitements des déchets ce jeudi 2 novembre 2006 au Port. De quoi alimenter la réflexion de cette structure chargée de proposer des pistes d'intervention pour l'élimination "propre" des ordures
Officiellement installée par le préfet le 3 octobre, l'ILC a programmé une série de visites de terrain. L'idée est de dresser un état de lieux de ce qui existe, ou qui n'existe pas, en matière de traitement des déchets. Des membres de l'instance étaient donc au Port ce jeudi. Ils ont effectué une première halte au boulevard de la Marine où sont implantées la déchetterie, gérée depuis 3 mois par la SEM (société d'économie mixte) Cycléa, la plateforme de compostage régie par la STAR et la plateforme de transit dirigée par l'entreprise HCE.
À noter que la déchetterie était précédemment gérée par le TCO (territoire de la côte ouest, la Possession, le Port, Saint-Paul, Trois-Bassins, Saint-Leu).

18 déchetteries

Ce sont essentiellement des agents en contrats aidés (contrats emploi jeunes etc) qui y étaient employés. "La fin des contrats aidés, nous a conduit à réfléchir à la meilleure solution pour pérenniser l'emploi tout en soulageant la collectivité des contraintes d'une gestion en régie" explique Christian Papoussasmy, directeur général des services du TCO. Un appel d'offres a été lancé en ce sens et il a remporté par Cycléa, la SEM qui assurait déjà le tri des déchets du Port en direction des différentes filières de recyclage. 8 déchetteries sont déjà en service sur le territoire du TCO, 5 seront bientôt ouvertes et 3 sont programmés. "Avec ces 18 unités, nous aurons atteint le ratio généralement préconisé pour une bonne gestion des déchets ménagers d'une déchetterie pour 10 000 habitants" indique Christian Papoussasmy
La délégation de l'ILC s'est ensuite rendue à Métal Réunion et à Solyval, deux sociétés recyclant respectivement le métal et les pneus usagés. C'est par une la visite, une unité de récupération et de traitement des papiers et cartons, et de Cycléa que l'ILC a terminé sa journée de terrain.

Saturés en 2011

Rappelons que cette instance est composée des collectivités territoriales (structures compétentes pour la collecte et le traitement des déchets) et des services de l'État (qui assurent le contrôle des installations et l'accompagnement financier des projets). Les organismes socioprofessionnels, les entreprises exploitant ou utilisant les équipements, les associations de défense de l'environnement et les organismes spécialisés sont également représentés. L'ILC n'a pas vocation à voter quelque motion que ce soit. Il s'agit simplement d'une instance d'information, la prise de décision revenant aux élus compétents.
L'ILC a été mise en place par l'État pour aider à définir, en concertation, une solution au problème récurrent de traitement des déchets. La Réunion en produit 430 000 tonnes par an, soit deux fois plus qu'il y a 10 ans. Cela alors que les centres d'enfouissement de la Rivière Saint-Étienne et de Sainte-Suzanne seront saturés en 2011.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !