Panneaux photovoltaïques :

Le tabac mise sur le solaire


Publié / Actualisé
Spécialisée dans la fabrication de cigarette, la SITAR à Saint-Pierre a décidé de miser sur les énergies renouvelables. Des panneaux photovoltaïques sont en cours d'installation sur ses toits. Occupant une superficie d'environ 11 000 m2, il s'agira de la plus grande centrale photovoltaïque de France. À terme, elle pourra alimenter en électricité 750 foyers annuellement. La fin des travaux d'installation est prévue pour septembre 2007
Spécialisée dans la fabrication de cigarette, la SITAR à Saint-Pierre a décidé de miser sur les énergies renouvelables. Des panneaux photovoltaïques sont en cours d'installation sur ses toits. Occupant une superficie d'environ 11 000 m2, il s'agira de la plus grande centrale photovoltaïque de France. À terme, elle pourra alimenter en électricité 750 foyers annuellement. La fin des travaux d'installation est prévue pour septembre 2007
En décembre 2006, la centrale photovoltaïque du Port était inaugurée. Installée sur les toits de la SAPRIM (centrale d'achats des magasins Jumbo et Score), l'infrastructure était alors la plus grande "ferme" solaire de France, capable d'alimenter annuellement 500 foyers en électricité.
L'infrastructure en cours d'installation dans la ZI 2 à Saint-Pierre, sera un tiers plus puissante. Mis en place par la société de conversion d'énergie (SCE) en partenariat avec le groupe Séchilienne - Sidec - déjà promoteurs de la "ferme" du Port - , les panneaux photovoltaïques des toits de la SITAR produiront 1,930 gigawatt/heure (GWh) par an. Ce qui représentera un tiers de la production d'énergie photovoltaïque de La Réunion et l'alimentation en électricité de 750 foyers.

7 millions de kilomètres en voiture

Cet équipement - qui bénéficiera tous les ans d'un ensoleillement moyen de 1 350 heures - , permettra d'économiser annuellement le rejet de 1 350 tonnes de CO2 (gaz carbonique), soit l'équivalent des rejets produits par une voiture parcourant sept millions de kilomètres.
Prévus pour se terminer en septembre 2007, les travaux d'installation ont coûté 6,929 millions d'euros. Le conseil régional et l'Union européenne ont versé aux promoteurs de la centrale un total d'aides de 1,03 million d'euros.
Preuve que l'énergie photovoltaïque a acquis ses lettres de noblesses à La Réunion, la "ferme" de Saint-Pierre devrait bientôt dépasser en production par celle du Port. La SCE et le groupe Séchilienne - Sidec (qui exploite également les centrales bagasse - charbon de Bois Rouge et du Gol) exécuteront prochainement la deuxième tranche d'installation de panneaux sur les toits de la SAPRIM devrait permettre à cette unité de regagner son titre de "plus grande centrale photovoltaïque de France".

Location rémunérées

Les toits de plusieurs autres entreprises au Port, à Saint-Gilles, à Saint-Pierre et à Saint-Denis seront prochainement équipées en panneaux photovoltaïques par les deux promoteurs. Mais le prochain grand chantier sera celui du centre d'enfouissement technique de Sainte Suzanne. Il s'agira pour la SCE et le groupe Séchilienne - Sidec, en partenariat avec la STAR (société spécialisée dans le ramassage et l'élimination des déchets), d'installer un équipement capable de produire 1,9 MWc de solaire photovoltaïque.
À noter que les entreprises acceptant de louer leurs toits pour ces installations sont rémunérées par les promoteurs au prorata de l'énergie fournie
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !