Premier tour des législatives :

Pas d'élu au premier tour


Publié / Actualisé
L'électorat réunionnais qui s'est à moitié déplacé pour ce premier tour des législatives - 50,76% de particiption -, sera de nouveau appelé aux urnes le dimanche 17 juin 2007. Aucun candidat n'a en effet été élu dès ce dimanche soir 10 juin. L'affiche du prochain tour comportera donc 5 duels (voir aussi en rubrique "Actualités"). Deux ballottages sont favorables à la droite (1ère et 3ème circonscription) et trois le sont à la gauche (deuxième, quatrième et cinquième circonscription)
L'électorat réunionnais qui s'est à moitié déplacé pour ce premier tour des législatives - 50,76% de particiption -, sera de nouveau appelé aux urnes le dimanche 17 juin 2007. Aucun candidat n'a en effet été élu dès ce dimanche soir 10 juin. L'affiche du prochain tour comportera donc 5 duels (voir aussi en rubrique "Actualités"). Deux ballottages sont favorables à la droite (1ère et 3ème circonscription) et trois le sont à la gauche (deuxième, quatrième et cinquième circonscription)
L'une des surprises de ce premier tour de scrutin est le bon résultat de Patrick Lebreton, le maire socialiste de Saint-Joseph, dans la 4ème circonscription. Alors qu'il était plutôt annoncé en troisième position derrière Élie Hoarau, le candidat du parti communiste réunionnais et Michel Fontaine, le maire UMP de Saint-Pierre, il termine la course en tête et s'offre une double satisfaction. D'une part, il fait le plein des voix dans sa commune, ce qui est logique, est se place en tête à Saint-Philippe, la ville du maire UMP Hugues Salvan, ainsi qu'à Sainte-Rose, la commune du maire UMP Bruno Pajany suppléant de Michel Fontaine. D'autre part, il parvient à devancer assez largement Élie Hoarau, obligeant ce dernier à se contenter de la 3ème place.
Le candidat communiste qui a obtenu les suffrages de plus de 12,5% des inscrits pouvait se maintenir au second tour. Il a annoncé dès dimanche soir qu'il se désistait en faveur du postulant socialiste conformément à l'accord signé entre les deux partis.

Arbitre

Dans la troisième circonscription, Paul Vergès, dirigeant historique du PCR, se place de justesse en deuxième position devant le candidat socialiste Jean-Jacques Vlody, et derrière le maire UMP du Tampon Didier Robert. Le candidat socialiste a annoncé qu'il appelait à voter pour Paul Vergès toujours conformément à l'accord signé entre le PCR et le PS.
À noter le rôle d'arbitre que pourrait jouer Michel Dennemont, maire MoDem des Avirons. Le suppléant du député sortant André Thien Ah Koon, et jusqu'à présent farouchement opposé à Didier Robert, termine à la quatrième place et sa décision d'appeler ou non à voter pour un candidat pourrait peser dans la balance.

Duel UMP/PS

Dans la 5ème circonscription, le député UMP sortant, Bertho Audifax, et l'ancien député-maire PS de Saint-Benoît, Jean-Claude Fruteau, seront face à face dimanche prochain. L'avantage est au postulant PS. Le candidat communiste, Pierre Vergès, se classe en troisième position. Il appelle à voter en faveur de Jean-Claude Fruteau.
Dans la première circonscription, à droite que les désistements devront jouer à plein pour permettre au député UMP sortant, René-Paul Victoria, de retrouver son siège. Il a en effet besoin des voix de Nassimah Dindar, la présidente UMP du conseil général - qui s'est présentée contre lui sans l'accord de la direction nationale de son parti -, pour être certain de battre le socialiste Gilbert Annette, ancien député de Saint-Denis.

Huguette Bello en ballottage favorable

Dans la deuxième circonscription, la situation est moins complexe. La communiste Huguette Bello arrive largement en tête devant le maire UMP de Saint-Paul, Alain Bénard. Il est vraisemblable qu'elle ne devrait pas avoir beaucoup de difficulté à l'emporter dimanche prochain. Elle dépasse en effet son adversaire de plus de 5 000 voix.
Le grand perdant de scrutin est sans conteste le taux de participation.
À peine la moitié de l'électorat, 50,76%, a fait le déplacement jusqu'aux urnes des 5 circonscription. La tendance s'était dessinée dès le début de matinée ce dimanche 10 juin 2007. Elle ne s'est pas inversée. Les pics de participation enregistrés pour le premier tour de la présidentielle en avril dernier ne sont même pas effleurés
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !