Crash au large des Comores :

Des objets récupérés en mer


Publié / Actualisé
L'armée française a récupéré ce samedi 4 juillet 2009 des objets pouvant provenir de l'Airbus 310 de la compagnie Yemenia Airways qui s'est écrasé au large des Comores en début de semaine. " Nous avons retrouvé un petit coussin de la couleur du siège de la compagnie", a déclaré le capitaine de frégate du "Floréal", un bâtiment de la Marine Française. Des renforts humains et matériels sont annoncés dans les prochaines heures.
L'armée française a récupéré ce samedi 4 juillet 2009 des objets pouvant provenir de l'Airbus 310 de la compagnie Yemenia Airways qui s'est écrasé au large des Comores en début de semaine. " Nous avons retrouvé un petit coussin de la couleur du siège de la compagnie", a déclaré le capitaine de frégate du "Floréal", un bâtiment de la Marine Française. Des renforts humains et matériels sont annoncés dans les prochaines heures.
"Nous avons récupéré très peu de choses depuis 6 heures ce matin mais il faut rester patient et attendre que les débris remontent en surface", a déclaré ce samedi 4 juillet le commandant Menut à bord de sa frégate le Floréal dans lequel ont embarqué 93 militaires. Et le responsable des opérations françaises de reprendre : "l'expérience des autres crashs nous a montré que cela peut prendre quelques jours voire même quelques semaines".

Dans l'après midi, les recherches pilotées depuis le Floréal ont aussi permis de retrouver un objet de couleur jaune pouvant provenir du crash. L'objet a été repéré par l'hélicoptère de la Marine nationale avant d'être repêché par les militaires patrouillant en mer à bord des zodiacs.

Toute la journée, l'armée française a déployé ses moyens maritimes et aériens pour quadriller au mieux la zone du crash de 10 km sur 8. "Nous sommes revenus dans la zone où Bahia, la jeune adolescente a été retrouvée", a indiqué le commandant du Floréal. Ces recherches se sont déroulées avec des conditions météo peu favorables, une forte houle, beaucoup de courant et des rafales de vent pouvant aller jusqu'à 60 kms/h.

Des renforts maritimes sont attendus d'ici dimanche. Ils permettront d'étendre les recherches mais surtout de scruter les profondeurs de l'océan. Un navire Italien équipé d'un sonar a d'ailleurs entamé le travail.
En attendant, sur terre, les secours s'organisent. Sur la plage de Galawa où a été installé le poste de secours avancé, les forces françaises restent mobilisées autour du bureau d'enquête analyse.

Les Comoriens, les Américains et les Yéménites sont également présents. Dans la journée, ces derniers ont d'ailleurs reçu la visite du ministre des transports du Yémen.

Au Cosep centre de secours de Moroni, on prépare l'arrivée des corps. Dans la matinée, des ouvriers ont construit une plateforme en béton destiné à les accueillir, un lieu désormais appelé "identification des corps". Et à quelques pas de là, on prévoit de conserver les débris de l'appareil et les objets retrouvés en mer lors des recherches à l'intérieur de conteneurs déjà cadenassés.

Envoyée spéciale de www.ipreunion en Grande Comore
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !