Santé - bilan épidémiologique :

Chikungunya : 67 cas confirmés et 23 cas probables


Publié / Actualisé
Le dernier bilan épidémiologique a été publié ce jeudi 20 mai 2010 et s'élève à 67 cas confirmés autochtones de chikungunya (dont 56 sur la commune de Saint-Paul et 11 cas répartis sur le reste de l'île : Salazie (4), Les Avirons (2), l'Etang-Salé (1), Saint-Benoît (1), Le Port (1) et 2 touristes métropolitains), 23 cas probables autochtones et 1 cas probable importé d'Indonésie. Par ailleurs, depuis le début de l'année 2010, 2 cas confirmés autochtones de dengue (dont une personne résidant au Port, n'ayant pas nécessité d'hospitalisation et une personne domiciliée à Saint-Pierre ayant nécessité une hospitalisation) et 9 cas confirmés importés ont été détectés.
Le dernier bilan épidémiologique a été publié ce jeudi 20 mai 2010 et s'élève à 67 cas confirmés autochtones de chikungunya (dont 56 sur la commune de Saint-Paul et 11 cas répartis sur le reste de l'île : Salazie (4), Les Avirons (2), l'Etang-Salé (1), Saint-Benoît (1), Le Port (1) et 2 touristes métropolitains), 23 cas probables autochtones et 1 cas probable importé d'Indonésie. Par ailleurs, depuis le début de l'année 2010, 2 cas confirmés autochtones de dengue (dont une personne résidant au Port, n'ayant pas nécessité d'hospitalisation et une personne domiciliée à Saint-Pierre ayant nécessité une hospitalisation) et 9 cas confirmés importés ont été détectés.
Depuis le 12 mai, 6 cas supplémentaires autochtones de chikungunya ont été confirmés et 1 nouveau cas probable Parmi les nouveaux cas confirmés, 5 sont domiciliés sur la commune de Saint-Paul (dont 1 à la Saline, 1 à St Gilles-les-Bains, 1 à Grand Fond, 2 à Plateau Caillou) et 1 à Salazie.

Le foyer de transmission principal se situe toujours sur le secteur de Plateau Caillou avec 26 cas confirmés et 8 cas probables.

Le chikungunya et la dengue sont des maladies transmises par le même moustique à La Réunion. Afin d'empêcher la propagation de ces virus dans l'île, une surveillance épidémiologique renforcée et des mesures de lutte anti-vectorielle (LAV) sont mises en place systématiquement autour de tous les cas identifiés.

Par ailleurs, pour lutter contre les moustiques, les actions d'information de la
population se poursuivent dans l'île. Ainsi, en partenariat avec l'agence de santé
Océan Indien, la commune de Saint-Paul et les associations des hauts de l'ouest
organisent une opération baptisée "Chik une caravane" le 22 mai. Durant
cette journée, deux caravanes sillonneront différents quartiers des hauts de l'ouest pour rappeler les bons gestes à adopter (élimination des eaux stagnantes ...) et l'importance des mesures de protection individuelle (répulsifs, vêtements
couvrants...).

En cas d'apparition brutale de fièvre éventuellement associée à des maux de tête, douleurs musculaires, éruptions cutanées, nausées ou fatigue, il faut consulter un médecin, continuer à se protéger des piqûres de moustiques et se signaler au 0 800 110 000 pour une intervention.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !