Aménagement dans le Nord :

Saint-Denis en quête d'atttractivité


Publié / Actualisé
De plus en plus distancée par le développement des communes sudistes, la ville de Saint-Denis souhaite de nouveau "attirer les Réunionnais". C'est en tout cas le v?u de Gilbert Annette, maire de Saint-Denis. Pour ce faire, il compte sur l' "Espace Océan" et les aménagements qui découleront de ce projet pour refaire du chef lieu "une ville attractive". Mais pour l'élu dionysien, cette ambition ne peut se réaliser "sans la volonté commune de tous les acteurs de la ville", en particulier les entrepreneurs.
De plus en plus distancée par le développement des communes sudistes, la ville de Saint-Denis souhaite de nouveau "attirer les Réunionnais". C'est en tout cas le v?u de Gilbert Annette, maire de Saint-Denis. Pour ce faire, il compte sur l' "Espace Océan" et les aménagements qui découleront de ce projet pour refaire du chef lieu "une ville attractive". Mais pour l'élu dionysien, cette ambition ne peut se réaliser "sans la volonté commune de tous les acteurs de la ville", en particulier les entrepreneurs.
Dévoilé en mars dernier, l' "Espace Océan" est le projet phare de la majorité en place. En chiffres, c'est une surface de 150 000m2 avec près de 750 logements et environ 15 000m2 de surfaces commerciales, le tout en offrant "une modernité architecturale" et en respectant des normes de développement durable. S'ajouteront des services publics et des espaces verts.

Coût prévisible de l'opération, 300 millions d'euros qui seront financés par le promoteur qui remportera l'appel d'offre. "L'entreprise chargée du chantier devra racheter le terrain à la municipalité pour 35 millions d'euros. Il devra suivre un cahier des charges très précis. Les seules structures qui seront financées par la municiplaité seront les équipements publics", signale le maire de Saint-Denis, soit une dépense prévue de 15 millions d'euros. Début des travaux en 2012 pour une livraison prévue courant 2013.

Cet "Espace Océan" remplace l'ancien projet porté par René-Paul Victoria, le "Pôle Océan". Mais le projet devait-il être complètement remis à plat ? "Nous avons modifié sa structure mais nous avons gardé la mixité entre commerces, logements et équipements publics", répond Gilbert Annette. "Mais nous ne pouvions pas garder ce projet tel quel. C'était un gouffre financier", ajoute t-il. "Cette structure sera faite pour exister pendant des décennies voire un siècle. Je préfère perdre un peu de temps et établir un bon projet plutôt qu'aller vite et avoir un mauvais projet", poursuit-il.

Objectif de l' "Espace Océan", "jouer un rôle de propulseur vers le centre historique". En effet, le maire en est bien conscient. "Le centre-ville de Saint-Denis attire moins les Réunionnais". Pourtant, les arguments plaidant en faveur du chef lieu sont multiples. 4 voies dans l'Est, route des Tamarins dans l'Ouest, présence des principales administrations de l'île. "Il n'est plus difficile de venir se promener à Saint-Denis", constate l'élu. Néanmoins, "la population préfère aller ailleurs", note t-il, en faisant allusion aux "périphéries" de la ville (centre commercial Carrefour) ou encore au Sud de l'île.

Face à cette situation, la municipalité a tenté de réagir en proposant par exemple la fermeture des magasins du centre à 19 heures. "Les commerçants ont tenté l'aventure mais dès qu'ils ont vu que ça ne marchait pas pendant 15 jours, ils ont abandonné", regrette le maire de Saint-Denis. "Il faut persévérer, ce sont des habitudes réunionnaises à changer. Cela ne se fait pas en 15 jours", continue t-il. La fermeture des commerces à 19 heures pourrait donc être de nouveau proposée.

Autre idée émise par la municipalité, "mettre en place des navettes entre l'Espace Océan et le centre historique". "Cette zone commerciale ne doit pas être la destination finale des personnes qui viendront sur Saint-Denis. Nous souhaitons qu'ils puissent ensuite profiter des autres rues de la ville", affirme l'élu du PS.

Autre constat établi par le maire, "il manque des animations de nuit". Il s'agit là d'une problématique récurrente, quelle que soit la majorité à la tête de la ville. En effet, l'argument de la route des Tamarins que met en avant Gilbert Annette plaide également en faveur des communes de l'Ouest et du Sud . Les jeunes n'hésitent plus à faire une heure de route pour rejoindre les boîtes de nuit sudistes. "Nous devons développer les espaces de vie", martèle le maire de Saint-Denis. Un souhait qui devrait se concrétiser "d'ici un an", annonce l'élu puisque des bars-restaurant devraient ouvrir leurs portes sur le front de mer dionysien "d'ici un an". La Villa du Général devrait également devenir "un lieu de rencontre", notamment pour les touristes d'affaires.

"Mais animer le centre-ville ne doit pas se faire au détriment de la sécurité", prévient le responsable socialiste, en rappelant les faits-divers qui secouent l'île ces derniers mois (violences à la sortie des boîtes de nuit notamment). "Nous devons avant tout réfléchir à la façon de sécuriser les rues de Saint-Denis pour éviter ce genre de situation", explique t-il.

C'est pour impulser cette politique destinée à rendre la ville du Nord attractive qu'a été mise en place une "association du management du centre-ville". "Elle a pour but d'améliorer la dynamique du centre en mettant en place des actions en concertation avec l'ensemble des acteurs", notamment les commerçants, précise Gilbert Annette. "Il faut que les chefs d'entreprise saisissent cette opportunité pour redynamiser le centre-ville", termine le maire de Saint-Denis.

Mounice Najafaly pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !