Arnaque sur internet :

Les pirates du S.O.S


Publié / Actualisé
Les arnaqueurs ne cessent de rivaliser d'imagination pour tenter de soutirer de l'argent aux Réunionnais. Après les petites annonces ou encore les demandes de transfert d'argent d'une riche héritière, les arnaques africaines piratent désormais les adresses mail pour tenter d'escroquer les contacts en leur faisant croire que le propriétaire de l'adresse mail est en danger.
Les arnaqueurs ne cessent de rivaliser d'imagination pour tenter de soutirer de l'argent aux Réunionnais. Après les petites annonces ou encore les demandes de transfert d'argent d'une riche héritière, les arnaques africaines piratent désormais les adresses mail pour tenter d'escroquer les contacts en leur faisant croire que le propriétaire de l'adresse mail est en danger.
Un ami agressé, dépouillé de son argent et de son téléphone dans un pays d'Afrique et qui demande de l'aide (l'envoi d'une certaine somme d'argent par mandat cash) dans un français approximatif. L'affaire a de quoi intriguer. Pourtant, ce mail n'est rien d'autre qu'une vulgaire arnaque africaine comme celle de la riche héritière qui souhaite transférer son argent hors de son pays d'Afrique et qui promet 25% de son pactole à la personne qui acceptera de l'aider.

La différence, est que, si l'on en croit les coordonnées indiquées dans le message, "l'expéditeur" du mail est un proche, une connaissance ou à tout le moins une personne possédant l'adresse du destinataire dans sa mail liste. De quoi semer le doute dans l'esprit des personnes les plus fragiles qui croient venir en aide à un ami en "très grande difficulté" en lui envoyant cet argent.

Maître Rémi Boniface, avocat au barreau de Saint-Denis, dit avoir vécu "une semaine de cauchemar" à cause de cette arnaque. En effet, l'adresse internet de son épouse a été piratée il y a quelques semaines. Un mail en provenance de son compte a été envoyé à tous les contacts de son épouse. "Ce courriel stipulait que mon épouse était gravement blessée en Côte d'Ivoire et qu'elle avait besoin d'argent pour payer ses soins", raconte Me Boniface. "Dès réception de ce mail, nos amis les plus proches nous ont contactés, inquiets. Le bal des appels n'a pas cessé durant une semaine", poursuit-il. Autre dégât collatéral de cette arnaque, tous les éléments qui existaient dans la boîte mail piratée ont été détruits.

Difficile de savoir si des personnes parmi les contacts de la victime piratée sont tombées dans le panneau. "Mais il ne fait aucun doute que des personnes un peu fragiles sont susceptibles de croire au message et d'envoyer l'argent", souligne l'avocat. "Plus c'est gros, plus ça marche", insiste Rémi Boniface. Il estime que "la force d'un arnaqueur est un culot sans limite et une imagination débordante".

Pour rappel, depuis le 1er janvier 2011, les services de police à La Réunion ont enregistré 169 plaintes liées aux escroqueries sur internet. Ces plaintes concernent principalement des utilisations frauduleuses de cartes bancaires pour des sommes avoisinant en moyenne 200 euros.

Certaines de ces plaintes, plus rares, concernent des escroqueries ou tentatives d'escroqueries émanant de la Côte d'Ivoire. "Si en droit, les plaintes sont recevables, les chances qu'elles aboutissent sont minces", indique Me Rémi Boniface. "Il est très difficile de remonter vers l'auteur de ce mail", ajoute l'avocat qui a tout de même souhaité informer le bâtonnier de cette pratique.

D'une manière générale , la police conseille aux internautes la plus grande prudence aux sujets des échanges commerciaux. En cas de doute, le public peut appeler, en amont et avant tout paiement, la plateforme téléphonique national "Info escroquerie" au 08 11 02 02 17, accessible depuis La Réunion. Les victimes ou les personnes qui ont connaissance d'un fait douteux peuvent effectuer un signalement de ce fait sur le www.internet-signalement.gouv.fr.

Mounice Najafaly pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !